Chartreuse de Currière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chartreuse de Currière
Saint-Laurent-du-Pont, Chartreuse de Currières.jpg
Les bâtiments après restauration par la famille de Bethléem
Présentation
Destination initiale
Destination actuelle
monastère
Construction
Propriétaire
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Isère
voir sur la carte d’Isère
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La chartreuse de Currière est un ancien monastère de l'ordre des Chartreux aujourd'hui monastère de la famille de Bethléem. Il est situé dans le Dauphiné (en région Auvergne-Rhône-Alpes) à Saint-Laurent-du-Pont, dans le département de l'Isère.

La chartreuse est inscrite à l'inventaire des monuments historiques en 1927, pour sa porte sculptée du XIIIe siècle[1].

Conformément au mode de vie de la famille de Bethléem, le monastère ne se visite pas, mais l'église est ouverte pour certaines célébrations.

Histoire[modifier | modifier le code]

La chartreuse de Currière est fondée par Amblard d'Entremont en 1212[2], en 1296[3] ou en 1297[4]. La volonté des Chartreux est d'y fonder un monastère isolé, dans un lieu « propice à la méditation et à la prière »[5].

Le monastère est d'abord autonome, puis il est rattaché à la Grande Chartreuse à partir de 1388[4]. Il sert alors d'annexe ou de refuge aux chartreux, et parfois d'infirmerie[5].

Sous la Révolution française, le monastère est fermé, pillé et en partie détruit. Lorsque les chartreux y reviennent au milieu du XIXe siècle, ils en font une institution pour les enfants sourds-muets, mais doivent quitter le pays en 1903 lors de l'expulsion des congrégations religieuses[5].

La chartreuse de Currière sert ensuite occasionnellement pendant la Première Guerre mondiale comme casernement ou camp de prisonniers. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle est un refuge et un abri pour les réfractaires au STO et les résistants[5]. Après-guerre, elle sert de colonie de vacances de 1945 à 1970[5].

Les chartreux réhabilitent le monastère et le confient en 1973 aux moniales de Bethléem[5], qui y installent une communauté en 1974, sous le nom de monastère de Notre-Dame-du-Buisson-Ardent. Ces religieuses sont adonnées à la vie contemplative, et le monastère ne se visite pas. Seule est accessible leur boutique d'artisanat monastique[5].

Juste à côté du monastère des moniales, à droite, se trouve celui de dix-huit moines (monastère de l'Assomption-Notre-Dame), membres également de la famille monastique de Bethléem.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chartreuse de Currière », notice no PA00117258, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Achille Raverat, À travers le Dauphiné : voyage pittoresque et artistique : par le Bon Achille Raverat,..., Maisonville et fils et Jourdan, , 503 p. (lire en ligne), p. 271
  3. Cyprien-Marie Boutrais, La Grande Chartreuse (4e édition) : par un chartreux, A. Côte, , 442 p. (lire en ligne), p. 7-8
  4. a et b Dominique Mielle de Becdelièvre, Prêcher en silence : enquête codicologique sur les manuscrits du XIIe siècle provenant de la Grande Chartreuse, Saint-Étienne, Université de Saint-Etienne, , 589 p. (ISBN 2-86272-280-4 et 9782862722801, lire en ligne), p. 229.
  5. a b c d e f et g Richard Juillet, « Currière, la Chartreuse méconnue », sur isere.fr, (consulté le 1er septembre 2017).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]