Chalais (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chalais
Chalais (Vienne)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Intercommunalité Communauté de communes du Pays loudunais
Maire
Mandat
Bernard Jamain
2020-2026
Code postal 86200
Code commune 86049
Démographie
Gentilé Chalaisiens
Population
municipale
509 hab. (2018 en diminution de 2,3 % par rapport à 2013)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 58′ 46″ nord, 0° 06′ 08″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 122 m
Superficie 14,87 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Loudun
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Loudun
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Chalais
Géolocalisation sur la carte : Vienne
Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Chalais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chalais
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chalais

Chalais est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont appelés les Chalaisiens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chalais est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Loudun, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 25 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (81,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (60,2 %), zones agricoles hétérogènes (20,7 %), forêts (15,3 %), zones urbanisées (3,1 %), prairies (0,6 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village proviendrait du gaulois cal qui signifie pierre, augmenté du suffixe roman -esem qui indique quelque chose de pierreux[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[9]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 août 2018 Hubert Baufumé   Décédé en août 2018[10]
août 2018 En cours Bernard Jamain[11]    

}

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2018, la commune comptait 509 habitants[Note 3], en diminution de 2,3 % par rapport à 2013 (Vienne : +1,47 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
776801806801812785769766755
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
717683701670663671659639604
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
590595554515523534532530544
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
578524489546603553530527524
2013 2018 - - - - - - -
521509-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008,selon l'Insee, la densité de population de la commune était de 35 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 en France.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes, il n'y a plus que 13 exploitations agricoles en 2010 contre 26 en 2000[16].

Les surfaces agricoles utilisées ont, paradoxalement, augmenté et sont passées de 712 hectares en 2000 à 723 hectares en 2010[16]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[17].

52 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges), 27 % pour les oléagineux (colza et tournesol), et 11 % pour le fourrage. En 2010, 3 hectares (5 en 2000) sont consacrés à la vigne. Le domaine viticole est partagé par 3 fermes (11 en 2000).

L'élevage de volailles a disparu en 2010 (559 têtes sur 11 fermes en 2000)[16].

La maison de Pays du Loudunais commercialise les produits des artisans des environs sur l’aire de repos La Briande, avec essentiellement une mission de promotion, sans être rentable[18].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église est inscrite comme Monument Historique depuis 1926.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le moulin de Puy d'Ardanne est un moulin à vent qui est installé sur le sommet d'une colline en tuffeau. De là, un magnifique panorama s'offre aux visiteurs, sur le pays loudunais. Ce moulin cavier est dit de type angevin. Il date du XVIIIe siècle. De nos jours, le moulin abrite des expositions qui permettent de comprendre son fonctionnement, son histoire et les diverses étapes de sa restauration.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Simon Boutreux, écrivain né en 1984, a publié le bourreau des cœurs, polar édité aux éditions Joe à Chinon.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Loudun », sur insee.fr (consulté le 5 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 avril 2021)
  8. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Edition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7).
  9. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  10. « [titre manquant] », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest (consulté le 26 juillet 2020).
  11. « Hubert Baufumé : il y a un an, l'électrochoc du décès du maire de Chalais », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 30 août 2019).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. a b et c Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  17. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Agreste
  18. Anthony Bonnet, « Les paniers pas très garnis des maisons de Pays », Centre Presse, 7 août 2010, p. 2.