Châtel-Saint-Denis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chatel.
Châtel-Saint-Denis
Blason de Châtel-Saint-Denis
Héraldique
Image illustrative de l'article Châtel-Saint-Denis
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Fribourg
District Veveyse[1]
Localité(s) et Communes limitrophes
(voir carte)
Localités :
Châtel-Saint-Denis, Fruence, Les Paccots, La Frasse, Prayoud
Communes limitrophes :
Remaufens, Maracon, Semsales, Haut-Intyamon, Blonay, Saint-Légier-La Chiésaz, Corsier-sur-Vevey
Syndic Damien Colliard
NPA 1618 Châtel-Saint-Denis
1619 Les Paccots
N° OFS 2325
Démographie
Gentilé Châtelois
Population 6 363 hab. (31 décembre 2014)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 37″ Nord, 6° 54′ 04″ Est
Altitude 1 208 m (min. : 701 m) (max. : 2 014 m)
Superficie 4 789 ha = 47,89 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg

Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Châtel-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Châtel-Saint-Denis

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Châtel-Saint-Denis
Liens
Site web www.chatel-st-denis.ch
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Châtel-Saint-Denis (Tsathi-Chin-Dèni ou Tsathi Écoutez en patois fribourgeois[4]) est une commune suisse du canton de Fribourg, chef-lieu du district de la Veveyse.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Veveyse de Châtel traversant la localité.
Teysachaux et la Dent de Lys vues depuis Châtel-Saint-Denis.

Châtel-Saint-Denis est située au pied des Préalpes fribourgeoises à 810 mètres d'altitude. La localité est traversée par la Veveyse, qui prend sa source dans le massif de la Dent de Lys pour rejoindre le lac Léman à Vevey. La localité se trouve sur la ligne de partage des eaux, qui rejoignent le Rhône et le Rhin via la Veveyse et la Broye. La Dent de Lys est le point culminant de la commune à 2 014 mètres d'altitude. Au nord de la ville, le lac de Lussy, vaste zone marécageuse, est une réserve naturelle protégée tout comme le lac des Joncs aux Paccots et la réserve forestière de Pro Natura Les Preises-Le Barlattey-Goille au Cerf.

Outre Châtel-Saint-Denis, la commune comprend les localités de Fruence, Les Paccots, La Frasse et Prayoud.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Châtel-Saint-Denis mesure 47,89 km2[3]. 7,0 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 46,7 % à des surfaces agricoles, 42,3 % à des surfaces boisées et 4,0 % à des surfaces improductives[3].

Selon la typologie des paysages suisses, Châtel-St-Denis et Prayoud se situent dans un « paysage de collines du Plateau suisse marqué par les cultures fourragères », tandis que Les Paccots et La Frasses sont situé dans un « paysage montagnard calcaire des Alpes septentrionales », ce dernier type de paysage est dominant sur le territoire de la commune[réf. nécessaire].

Châtel-Saint-Denis est limitrophe des communes de Haut-Intyamon, Remaufens et Semsales, ainsi que de Blonay, Corsier-sur-Vevey, Maracon et Saint-Légier-La Chiésaz dans le canton de Vaud.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Châtel-Saint-Denis compte 6 363 habitants à la fin 2014[2]. Sa densité de population atteint 132,9 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Châtel-Saint-Denis entre 1850 et 2008[5] :

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Selon l'histoire, Châtel-Saint-Denis est déjà habitée avant le Ier siècle par les Helvètes, puis occupée dès le Ier siècle par les Romains. Ces derniers construisent des routes et développent le commerce de la contrée. Puis les Burgondes s'implantent dans la région et, après la mort de Charlemagne, qui marque aussi la fin de son empire, la région est divisée en plusieurs territoires répartis entre les nobles locaux.

Châtel-Saint-Denis est alors attribuée à la seigneurie de Fruence. Les sires choisissent le lieu nommé aujourd'hui Vieux Châtel, situé sur un promontoire à la confluence des Veveyse de Châtel et de Fégire, pour y édifier leur château qui occupe ainsi une position stratégique. À cette époque, la famille des seigneurs de Fruence est riche et puissante.

Mais dès 1220, les expéditions guerrières et les croisades appauvrissent cette famille et marquent l'amorce du déclin. Ruinée enfin, elle doit se résoudre à se défaire de tous ses biens au profit du comte Pierre II de Savoie et finalement à vendre sa seigneurie au bailli du Chablais qui agissait au nom d'Amédée V de Savoie.

Le comte Amédée V de Savoie ratifie cet achat le et, d'emblée, manifeste son intention de fonder une nouvelle ville. Abandonnant l'emplacement escarpé du Vieux Châtel, il fait construire un nouveau château et prit toutes dispositions utiles pour inciter la population à s'installer dans le nouveau bourg.

En 1513, le château et la seigneurie sont vendus à l'État de Fribourg. Après la conquête du Pays de Vaud en 1536, la suzeraineté de Châtel revient définitivement à l'État de Fribourg[6]. En 1574 Fribourg en fait le chef-lieu du nouveau bailliage de Châtel-Saint-Denis qui durera jusqu'en 1798.

En 1806, Remaufens de sépare de Châtel et devient une commune à part entière.

Transports[modifier | modifier le code]

Transports publics

Routes

Économie[modifier | modifier le code]

Industries.

Châtel-Saint-Denis a plusieurs zones industrielles. La plus importante est à la sortie de l'autoroute. L'entreprise Laurastar y a son siège. Implanté sur trois sites, Swisspor (en) Romandie SA y produit des isolants en polystyrène expansé. L'éditeur Säuberlin & Pfeiffer et Marvinpac, une entreprise spécialisé dans le conditionnement et l'emballage de produits alimentaires, cosmétiques et autres, y sont implantés.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Châtel-St-Denis vit au rythme des saisons et des coutumes locales. On y retrouve tout au long de l'année une multitude de fêtes comme le carnaval ou la Bénichon.

Culture[modifier | modifier le code]

Outre les activités organisées par la Société de Développement de Châtel-St-Denis/Attalens et les autres sociétés locales, la scène culturelle veveysanne peut compter sur le Cinéma SIRIUS[7] qui propose chaque semaine environ deux films du moment. Différents évènements sont organisés dans l'année (ciné-club, halloween, passeport-vacances, projections spéciales...). En 2005 a été lancé le festival « Tourné-Monté »[8] dédié au Super 8.

C'est à Châtel-Saint-Denis qu'en 1990[9] se sont tournées plusieurs scènes du film-opéra Jacques & Françoise[9] (notamment, le duo d'amour – chanté – intitulé : A la ferme de Buchille), fruit de l'œuvre du cinéaste Francis Reusser, dont la trame et la musique s'inspirent essentiellement de l'opéra Pauvre Jacques[10] qui, à l’origine, fut composé par Carlo Boller[11],[12].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Depuis 1967, Châtel-Saint-Denis est jumelée avec la commune française de Volx dans les Alpes-de-Haute-Provence.

Monuments[modifier | modifier le code]

La localité de Châtel-Saint-Denis[13] et Prayoud[14] sont classés dans les catégories petite ville/bourg et hameau de l'Inventaire fédéral des sites construits à protéger en Suisse.

L'église Saint-Denis, église néogothique construite selon les plans de l'architecte Adolphe Fraisse de 1872 à 1875, est classée à l'inventaire des biens culturels d'importance nationale. Le château baillival, la cure, quatre fermes dont la ferme de Catherine Chiller, la ferme domaniale de la Rota et la ferme Pilloud aux Granges de Belmont ainsi qu'une maison double du XVIIIe siècle à Fruence sont classés à l'inventaire des biens culturels d'importance régionale.

Sport[modifier | modifier le code]

Les sports d'hiver peuvent se pratiquer dans la station de sports d'hiver des Paccots, ainsi que dans la petite station de ski de Rathvel aménagée à 9 km à l'est de Châtel-St-Denis. Mehdi Amhand, membre de l'équipe de suisse de taekwondo, est né dans la commune.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 15 décembre 2008)
  2. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le lieu de naissance et la nationalité », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. Dictionnaire-Dikchenéro: Français-Patois/Patê-Franché. Société cantonale des patoisans fribourgeois. Fribourg: 2013. p. 103
  5. [xls] « Evolution de la population des communes 1850-2000: Canton de Fribourg », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 20 décembre 2008)
  6. Site officiel de la ville
  7. Cinéma SIRIUS
  8. le festival « Tourné-Monté »
  9. a et b Jacques & Françoise : film-opéra de Francis Reusser, inspiré et adapté de Pauvre Jacques, dont la musique fut originellement composée par Carlo Boller. Ce film – issu d'une commande gouvernementale et coproduit par la TSR – est sorti sur les écrans en 1991, à l’occasion du 700e anniversaire de la Confédération suisse ou Confoederatio Helvetica (cf. pacte fédéral).
  10. Pauvre Jacques : du compositeur Carlo Boller, sur un livret de Fernand Ruffieux ; la première représentation théâtrale de cette œuvre musicale eut lieu en 1947, avant d'être reprise, près d'une cinquantaine d'années plus tard, sous une forme cinématographique remaniée – alias Jacques & Françoise – par le cinéaste Francis Reusser, à l'instigation du producteur Jean-Marc Henchoz.
  11. Biographie de Carlo Boller sur chœurs.ch
  12. Biographie de Carlo Boller sur scoutwiki.org
  13. [PDF]Châtel-Saint-Denis, ISOS.
  14. [PDF]Prayoud, ISOS.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]