Maracon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maracon
Maracon
La Broye à Maracon.
Blason de Maracon
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Vaud Vaud
District Lavaux-Oron
Communes limitrophes Oron (VD), Châtel-Saint-Denis, Remaufens, Saint-Martin et Semsales (FR)
Syndic Didier Fattebert
NPA 1613
No OFS 5790
Démographie
Gentilé Maraconais
Population
permanente
537 hab. (31 décembre 2020)
Densité 123 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 32′ 58″ nord, 6° 52′ 15″ est
Altitude 843 m
Superficie 4,38 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Maracon
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.
Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud
Voir sur la carte administrative du canton de Vaud
City locator 14.svg
Maracon
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Maracon
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Maracon
Liens
Site web www.maracon.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Maracon est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Lavaux-Oron.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village de Maracon a fait partie du gouvernement de Haut-Crêt puis du bailliage d'Oron de 1547 à 1798.

En 1949, le village connaît une affaire criminelle appelée « crime de Maracon ». Deux jeunes filles sont retrouvées mortes dans une forêt de la commune.

Le , la commune de Maracon fusionne avec La Rogivue sous le nom de Maracon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Maracon est limitrophe d'Oron ainsi que Châtel-Saint-Denis, Remaufens, Saint-Martin et Semsales dans le canton de Fribourg.

Population[modifier | modifier le code]

Gentilé et surnom[modifier | modifier le code]

Les habitants de la commune se nomment les Maraconais.

Ils sont surnommés lè Bourata-caion (les baratte-cochons, boratter signifiant faire, bricoler, foutimasser en patois vaudois)[3],[4],[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

Temple. L'église réformée a été construite en 1822 d'après le modèle de celle de Villars-Tiercelin en remplacement d'une ancienne chapelle Saint-Georges. Cloche de 1609, déposée. Table de communion de 1822 et chaire de 1950. Les vitraux du chœur datent de 1979 et sont dus à Jean-Pierre Kaiser et Robert Schmit, tandis que les verrières de la nef, plus anciennes, ont été réalisées par le verrier Pierre Chiara. Dans le vestibule, mosaïque de 1950 par Pierre Moesching[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la statistique (consulté le )
  2. « Portraits régionaux 2021: chiffres-clés de toutes les communes », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  3. Charles Roux, Noms et sobriquets des Vaudois, Yens-sur-Morges, Cabédita, , 129 p. (ISBN 2-88295-339-9), p. 57
  4. « Maracon : Alphabet des communes vaudoises », sur www.faovd.ch (consulté le )
  5. « Lexique Vaudois », sur www.topio.ch (consulté le )
  6. Guide artistique de la Suisse : Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Vaud, Genève, vol. 4a, Berne, Société d'histoire de l'art en Suisse, , 642 p. (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 372.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :