Bossonnens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bossonnens
Blason de Bossonnens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Fribourg
District Veveyse[1]
Syndic Anne-Lyse Menoud
NPA 1615
N° OFS 2323
Démographie
Gentilé Bossonnensois
Population 1 462 hab. (31 décembre 2014)
Densité 357 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 31′ 18″ Nord, 6° 50′ 54″ Est
Altitude 751 m (min. : 645 m) (max. : 804 m)
Superficie 410 ha = 4,1 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg

Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
Bossonnens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Bossonnens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Bossonnens
Liens
Site web www.bossonnens.ch
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Bossonnens (Bossounin Écoutez en patois fribourgeois[4]) est une commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Veveyse.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Bossonnens est située au sud du canton, à la frontière avec le canton de Vaud (au nord de la commune). Le point le plus haut de la commune est à 804 m d'altitude et le plus bas à 645 m.

Le village s'est développé du sud vers le nord, à partir du château et du bourg médiéval. La chapelle construite en 1716 avec les matériaux des anciennes chapelles du château et de St-Claude marque la partie la plus ancienne du village. Une autre pôle s'est développé autour de la gare construite en 1900 avec l'arrivée du chemin de fer. Un restaurant, ancien Hôtel de la Gare, et un tea-room installé dans un nouvel ensemble locatif qui abrite aussi l'administration communale, la poste et des commerces et services variés constituent le nouveau centre de gravité du village. A mi-chemin entre ces deux secteurs, l'école communale, un très beau bâtiment de 1913 complété d'une construction moderne dotée d'une salle polyvalente ajoutée en 2000, constitue un élément de liaison entre nord et sud.

Au sud de la commune se trouvent les importants vestiges d'un château et d'un bourg médiéval qui s'y développa au XVIe siècle mais fut abandonné dès le début du XVIIe siècle. Les restes d'une imposante tour ronde marquent l'extrême sud du site.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bossonnens mesure 4,1 km2[3]. 12,3 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 71,8 % à des surfaces agricoles et 15,9 % à des surfaces boisées[3].

Bossonnens est limitrophe d'Attalens et Granges, ainsi que d'Écoteaux et Palézieux dans le canton de Vaud.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Bossonnens compte 1 462 habitants à la fin 2014[2]. Sa densité de population atteint 356,6 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Bossonnens entre 1850 et 2008[5] :

La population de Bossonnens est à 70 % catholique et à 20 % protestante. 90 % des habitants sont de langue maternelle française.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Seigneurie d'Attalens.

Bossonnens était appelée Bucenens vers l'an mil, il y avait alors 180 habitants, 251 en 1811, 311 en 1850, 436 en 1900, et finalement 1 041 en 2000.

Le château a été construit vers 1150, il fut incendié en 1475 lors des guerres de Bourgogne. Le site médiéval qui comportait le château et un bourg fortifié a été progressivement abandonné. En 1716, la construction d'une nouvelle chapelle dans le village développé au nord du château marque la fin de l'épisode médiéval.

Bossonnens a appartenu à la famille de Blonay dès le XIe siècle, puis à la famille d'Oron et aux seigneurs de la Sarraz. Ces derniers vendent la seigneurie à la Maison de Savoie en 1513[6]. Lors de la conquête du Pays de Vaud par les troupes bernoises et fribourgeoises en 1536, Bossonnens passe sous la domination de Fribourg qui y installe un bailli. Le bailli sera plus tard déplacé à Attalens.

Transports publics[modifier | modifier le code]

La commune compte une gare de la ligne à voie étroite des Transports publics fribourgeois (TPF) qui relie Palézieux-Châtel-Saint-Denis-Bulle, ainsi que plusieurs arrêts de bus des TPF et des VMCV (Vevey-Montreux-Chillon-Villeneuve) qui portent principalement vers Vevey et Oron.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Le village est surtout entouré de champs et de prairies. Au niveau des industries on trouve sur le territoire de la commune une usine-dépôt, une grande entreprise de vêtements professionnels diverses entreprises du domaine de la construction et des services. Une partie importante de la population travaille sur le bassin lémanique vers Vevey et Lausanne. Un important centre de tennis draine des joueurs de toute la région.

Monuments[modifier | modifier le code]

Au sud du village, à proximité de la route conduisant à Vevey, on peut visiter les vestiges d'un château et du bourg médiéval fortifié installé à ses pieds. Un sentier didactique fournit de nombreuses informations sur ce site particulier.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 15 décembre 2008)
  2. a et b « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le lieu de naissance et la nationalité », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. a, b et c « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  4. Dictionnaire-Dikchenéro: Français-Patois/Patê-Franché. Société cantonale des patoisans fribourgeois. Fribourg: 2013. p. 81
  5. [xls] « Evolution de la population des communes 1850-2000: Canton de Fribourg », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 20 décembre 2008)
  6. Marianne Rolle, article Bossonnens dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .

Sur les autres projets Wikimedia :