Château de Pierrefitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierrefitte.
Château de Pierrefitte
Image illustrative de l’article Château de Pierrefitte
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIIe siècle
Fin construction XVe siècle
Propriétaire initial Famille de Bort
Destination initiale Résidence seigneuriale
Propriétaire actuel Famille de Tournemire
Destination actuelle Privé
Protection  Inscrit MH (1927)
Site web tournemire.net
Coordonnées 45° 24′ 37″ nord, 2° 27′ 56″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Limousin
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Commune Sarroux - Saint Julien

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

(Voir situation sur carte : Corrèze)
Château de Pierrefitte

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Pierrefitte

Le château de Pierrefitte, est un ancien château fort du XIIIe siècle qui se dresse sur la commune de Sarroux - Saint Julien dans le département de la Corrèze, en région Nouvelle-Aquitaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1370, Dauphine de Lestrange épouse Roger-Hugues de Bort dans la commune de Poussanges en Creuse. Les deux familles sont issues de grandes familles chevaleresques et s'illustrent dans la région depuis plusieurs siècles[1].

La famille de Bort[modifier | modifier le code]

Les Bort est une très ancienne famille chevaleresque, plusieurs ont été chevaliers des ordres du Roi. Ils ont participé à la quatrième croisade, ont fondé le Monastère de Bort, et livré de nombreux chevaliers de l'Ordre du Temple, ayant témoigné lors du fameux procès intenté à l'Ordre par Philippe le Bel. Dans la région, la famille a une réputation et une situation considérables : ils ont contracté des alliances illustres, se sont distingués dans les nombreuses guerres de leur époque et tirent des bénéfices importants de la situation privilégiée de la commune de Bort, le plus gros centre commercial de la région[1].

La famille de Lestrange[modifier | modifier le code]

Les Lestrange, quant à eux, possèdent de très anciens droits seigneuriaux en Marche et en Limousin, et en 1370, Dauphine compte parmi ses frères trois dignitaires ecclésiastique éminents (Guillaume à Rouen, Elie au Puy, et Raoul, Légat de Grégoire XI), lui-même neveu de Clément VI, pape Limousin qui avait promis d'installer dans sa province "un rosier qui fleurirait à jamais"[2].

La construction du château[modifier | modifier le code]

Les mariés décident de remettre en état une vieille forteresse qui était située au milieu de la prairie en dessous du château actuel, à qui ils donnent probablement le nom de Pierrefitte, du nom de l'apanage limousin de Dauphine. Il deviendra désormais la résidence de la famille[2].

Une centaine d’années plus tard, le château devait menacer ruine, Charles de Bort, gentilhomme de la Chambre de Charles VIII, époux d'Antoinette de Saint-Avit ordonne la construction du nouveau château de Pierrefitte tel qu'on peut le voir aujourd'hui. Les travaux commencés en 1471 et dureront sept années. Une trentaine d'années après la construction du château de Val.

Les fondations du château furent construites en 1471 par Robert Rigal, maître maçon. Les travaux furent ensuite arrêtés pendant deux ans pour laisser se produire les tassements[2].

En 1474 la maçonnerie fut reprise, et les bois de charpente furent coupés dans la forêt de Pierrefitte. Pierre Bahut était alors maître maçon, et Peyrat, le maître charpentier. En 1478 la construction était presque terminée. « On recouvrit les toits de tours avec des feuilles de fer blanc cimentées avec un mastic dans la composition duquel rentrait de la poix. Le principal corps de logis, qui pendant la construction, avait été protégé avec de la paille, fut couvert en schistes » (Notes du Dr. Longy) [2].

Pendant plus de 300 ans, dix générations de la famille de Bort vont se succéder au château de Pierrefitte. En 1861 s'éteindra le dernier descendant de la famille. Vendu en 1822, puis racheté par Éléonore Clara Meul de la Motte qui épousa Monsieur de Bailleul, Marquis de Croissanville en 1830, celui-ci mourra en 1839, Éléonore épouse deux ans après Henri-Louis de Tournemire descendant d'une vieille famille installée sous le nom de Tornamira en Haute-Auvergne à l'époque gallo-romaine[3].

Le château est finalement inscrit au titre des monuments historiques en 1927[4].

Le château de Pierrefitte est totalement privé, la famille de Tournemire en est le propriétaire depuis le XIXe siècle.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pierrefitte qui veut dire : pierre fichée, pierre dressée, nom de nombreux lieux-dit dont l'un existe encore sur la commune de Poussanges[1].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Le château de Pierrefitte », sur sarroux.com (Mairie de Sarroux) (consulté le 4 mars 2017)
  2. a, b, c et d GUILLAUME DE TOURNEMIRE, « Visite de Pierrefitte », sur www.tournemire.net (consulté le 4 mars 2017)
  3. « l'ABC de Riviereesperance », sur riviereesperance.canalblog.com (consulté le 11 juin 2017)
  4. Notice no PA00099887, base Mérimée, ministère français de la Culture