Château de Lavagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Lavagnac
Période ou style Classique
Architecte Inconnu
Début construction 2e quart du XVIIe siècle
Fin construction 1re moitié du XVIIIe siècle
Propriétaire initial Jean de Mirmand
Trésorier général du Languedoc
Propriétaire actuel SCCV Domaine du petit Versailles[1]
Destination actuelle Projet de résidence de tourisme
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1951)
Logo monument historique Classé MH (1973)
Site web domainelavagnac.com
Coordonnées 43° 30′ 33″ nord, 3° 28′ 30″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Languedoc roussillon
Région Occitanie
Département Hérault
Commune Montagnac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Lavagnac
Géolocalisation sur la carte : Hérault
(Voir situation sur carte : Hérault)
Château de Lavagnac

Le château de Lavagnac est un édifice privé situé dans le domaine éponyme (également privé), sur la commune de Montagnac près de Pézenas, dans l'Hérault en France. Datant des XVIIe et XVIIIe siècles, il est classé au titre des monuments historiques.

Historique[modifier | modifier le code]

Édifié entre le 2e quart du XVIIe siècle et la 1re moitié du XVIIIe siècle, le château de Lavagnac est avant la Révolution la propriété du comte de Polastron, qui le tient de sa mère, Yolande de Mirman, et le vend en 1770 aux princes de Conti. Ces derniers le cèdent à Jean-Maurice de Faventines de Fontenilles, fermier général originaire du Vigan dans le Gard.

Le château entre ensuite par mariage de Marie-Clémence de Faventines-Montredon avec Henri-André Daudé, chevalier puis vicomte d'Alzon, dans la famille Daudé d'Alzon. Cette dernière possédait également l'hôtel de La Condamine au Vigan en Cévennes. Leur fils, Emmanuel d'Alzon y laissa de nombreux souvenirs. Par succession, il devient la propriété des Chastenet de Puységur puis des Suarez d'Aulan.

La situation du domaine qui domine la vallée de l'Hérault sur une surface de sur 180 ha, autant que sa façade et sa terrasse, lui ont valu le surnom de « Versailles du Languedoc ». Une broderie de buis, œuvre de madame de Suarez d'Aulan, a été ajoutée à l'ensemble dans les années 1960.

En 1987, une société japonaise, pour le compte du milliardaire Hideki Yokoi, rachète le château de Lavagnac sans y effectuer d'entretien[2],[3].

Le domaine fait l'objet, depuis 2006, d'un projet immobilier spéculatif[4] comprenant 650 maisons de tourisme. En 2008, une conférence de presse est organisée avec le président du Conseil régional du Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, le préfet de région, Cyrille Schott et l'un des propriétaires Barry Cox, parmi les 4 frères fondateur des célèbres « Hard Rock Cafe »[5]. En , les travaux n'ont toutefois toujours pas commencé[6]. En 2014, le promoteur France Pierre est muet de sa promesse de redonner vie au domaine[7]. En 2017, la mise en examen et l'incarcération provisoire du richissime président de France Pierre : Antonio de Sousa qui a fait fortune dans l'immobilier est accusé de complicité et d'abus de bien social et de trafic d'influence[8]. L'année suivante, sous la relance du préfet de l’Hérault Pierre Pouëssel, un projet redimensionné est proposée avec 360 villas[7].

En 2019, le PDG de France Pierre se rend sur les lieux afin d'évaluer la situation et faire remettre en état les villas et appartements témoins délaissés[9]. Une entreprise de travaux public est diligentée pour effectuer le terrassement et le débroussaillage[9]. Le cabinet d'architectes Cadence est missionné pour un projet de réhabilitation du domaine en hôtel 5 étoiles, country club avec terrain de golf 18 trous, centre de conférence et la construction de 633 maisons et villas d’exception[10],[11]. Les ventes sont effectuées en « vente sur plan » ou VEFA[12].

Protection[modifier | modifier le code]

L'ensemble comprenant les intérieurs de l'orangerie, de l'écurie ainsi que la grande cour d'entrée fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [13].

La totalité des façades et toitures du château, de l'orangerie et de l'écurie, du portail et de la balustrade de la grande cour d'entrée, des terrasses avec leurs murs de soutènement et leurs balustrades, y compris le vivier avec sa fontaine et le puits, ainsi que le jardin ordonnancé (cadastré AB 21, 42) fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [13].

Culture[modifier | modifier le code]

En 1986 et 1987, le réalisateur Jean-Pierre Mocky tourne le film Les Saisons du plaisir. Au 14e cérémonie des Césars en 1989, la comédie est nommée au César de la meilleure affiche[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Société : SCCV Domaine du petit Versailles », sur Societe.com, (consulté le ).
  2. « Montagnac : le château de Lavagnac patrimoine en déshérence », sur Midi-Libre, (consulté le ).
  3. « Lavagnac, un patrimoine sacrifié », sur lepetitjournal.net, (consulté le ).
  4. Céline Castan, « Le domaine de Lavagnac : plus grand projet touristique en Languedoc Roussilon » (version du 14 novembre 2008 sur l'Internet Archive), sur Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée, (consulté le ).
  5. « Au château de Lavagnac, un grand golf en 2010 ? », sur herault-tribune.com, (consulté le ).
  6. Olivier Raynaud, « Lavagnac : travaux toujours en attente de démarrage », Midi libre,‎ .
  7. a et b Thomas Tedesco, « Le projet Lavagnac relancé en février ? », sur objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr, (consulté le ).
  8. Annie Menras, « Château de Lavagnac, le rêve se transforme en cauchemar », sur La Marseillaise, (consulté le ).
  9. a et b « Lavagnac, ça bouge », sur lepetitjournal.net, (consulté le ).
  10. « Domaine de Lavagnac », sur cadence-architectes.fr, (consulté le ).
  11. « Domaine de Lavagnac : Notice descriptive de la gamme luxury », sur Calaméo (consulté le ).
  12. « Luxueuse villa La Nymphe; Golf Resort International Domaine de Lavagnac », sur paulcaumetteimmobilier.fr (consulté le ).
  13. a et b Notice no PA00103512, base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. « Décès du cinéaste Jean-Pierre Mocky : retour sur ses tournages à Agde, Montagnac et Mende », sur France 3 Occitanie, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Librairie Hachette et société d'études et de publications économiques, Merveilles des châteaux de Provence, Paris, Collection Réalités Hachette, , 324 p.
    Préface du Duc de Castries vice-président de l'Association des Vieilles maisons françaises : Languedoc méditerranéen : Montagnac : Lavagnac, Sa châtelaine aurait aimé Molière..., pages 208 à 211
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, 4ème trimestre 1979, 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4 et 2-86535-070-3)
    Montagnac, pp. 773-774

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]