Château de Châteauneuf-sur-Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Châteauneuf-sur-Loire
Image illustrative de l’article Château de Châteauneuf-sur-Loire
Châtelet d'entrée et tours carrées du XVIe siècle
Début construction XVIIe siècle
Destination initiale Habitation
Propriétaire actuel Municipalité
Destination actuelle Mairie, musée de la marine de Loire
Protection Logo monument historique Classé MH (1927, 1942)[1]
Coordonnées 47° 51′ 51″ nord, 2° 13′ 00″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Orléanais
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Commune Châteauneuf-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : Loiret
(Voir situation sur carte : Loiret)
Château de Châteauneuf-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
(Voir situation sur carte : Centre-Val de Loire)
Château de Châteauneuf-sur-Loire
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Château de Châteauneuf-sur-Loire

Le château de Châteauneuf-sur-Loire, est un château français[1], édifié aux XVIIe et XVIIIe siècles et situé à Châteauneuf-sur-Loire, dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Le musée de la marine de Loire est situé dans les anciennes écuries du château.

Géographie[modifier | modifier le code]

À l'origine, le château est bâti dans l'ancienne province de l'Orléanais du royaume de France. Il se situe aujourd'hui sur le territoire de la commune de Châteauneuf-sur-Loire, dans le canton de Châteauneuf-sur-Loire, le département du Loiret et la région Centre-Val de Loire.

L'édifice est situé dans la région naturelle du Val de Loire, à l'angle des places des Douves et Aristide-Briand, dans le centre-ville de la commune, à proximité de la rive nord de la Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parc du château

La construction du château débute au XVIIe siècle[1]. Certaines parties et structures de la résidence seigneuriale sont réalisées au moyen d'une pierre de nature calcaire et de couleur jaunâtre[3],[4],[5]. Ce matériau de construction est issu des carrières de la ville d'Apremont-sur-Allier[3],[4],[5]. Les blocs de pierre étaient alors acheminés par voie navigable via le cours de l'Allier, puis celui de la Loire grâce à des embarcations à fond plat[3],[4],[5].

Pendant la Révolution française, le château est pillé.

Il est racheté entre 1792 et 1794 par l'architecte orléanais Benoît Lebrun qui fait détruire une grande partie du bâtiment. Il ne conserve que la rotonde, une galerie, l'orangerie, des communs et les pavillons d'entrée. Il y meurt le [6],[7].

La commune de Châteauneuf-sur-Loire achète le château en 1926 et y aménage des écoles et la mairie[7].

Parc[modifier | modifier le code]

Grande perspective de Châteauneuf sur Loire vers 1700 (aujourd'hui détruit)

L'organisation du parc, datant du XVIIe siècle, suit d'abord l'influence d'André Le Nôtre, jardinier du roi de France au XVIIe siècle. En 1821, l'espace est remanié en parc à l'anglaise sous l'impulsion de René Charles Huillard d'Hérou[8],[9].

Le parc s'étend sur une vingtaine d'hectares et inclut une rivière qui relie les douves du château aux bords de la Loire[8].

En 1934, le conseil général du Loiret devient propriétaire du parc et gère son aménagement[8].

Parmi la flore remarquable, on peut citer l'allée de rhododendrons et d'azalées arborescents, de magnolias géants et de tulipiers[8].

Le parc accueille une trentaine d'arbres remarquables parmi lesquels un Sophora du Japon et un Tulipier de Virginie inscrits depuis juin 2009 au répertoire des arbres remarquables de France[8].

La reconstitution du temple de l'Amour édifié à l'origine dans le parc au XVIIIe siècle a été réalisée par des élèves du lycée Henri Gaudier-Brzeska de Saint-Jean-de-Braye et inauguré le 14 février 2009[9].

En 2010-2011, le conseil général du Loiret fait aménager 7 hectares du parc afin d'assainir les milieux humides du parc et relier la promenade à la Loire[8].

Personnalités liées au château[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Le château de Châteauneuf-sur-Loire », notice no PA00098736, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Coordonnées trouvées sur Google Maps
  3. a b et c Sylviane Albertan-Coppola (dir.), Antony McKenna (dir.) et al., « Françoise de Person : Bateliers sur la Loire 17e-18e siècles., 2001. », dans Sylviane Albertan-Coppola (dir.), Antony McKenna (dir.) et al., Christianisme et Lumières, vol. 34, Dix-huitième Siècle, (lire en ligne), page 609.
  4. a b et c Franck Tournadre, « Châteauneuf-sur-Loire : Découvertes inédites sur la grande salle du château. », Bulletin Monumental, vol. tome 168, no 4,‎ , pages 377 et 378 ; note 29 (DOI 10.3406/bulmo.2010.7606, lire en ligne, consulté le ).
  5. a b et c Caroline Holmes et Odile Menegaux (trad. oui), « Le château d'Apremont : Apremont-sur-Allier », dans Caroline Holmes, Tim Knox (introduction) et Odile Menegaux (traduction), Folies et fantaisies architecturales d'Europe, Paris, Citadelles & Mazenod, (ISBN 978-2-85088-261-6), pages 218 à 221.
  6. Jacques-Henri Pelletier, « L'ancien théâtre d'Orléans et l'architecte Benoît Lebrun », Mémoires de la Société d'agriculture, sciences, belles-lettres et arts d'Orléans, Académie d'Orléans, 6e série, t. 1,‎ , p. 127-140 (ISSN 0994-6357, lire en ligne)
  7. a et b J. Guillon, « Excursion de la Société Dunois. Le 25 juin 1929. À Chécy, Châteauneuf-sur-Loire, Germigny-des-Prés, Saint-Benoît-sur-Loire, Sully-sur-Loire et Jargeau », Bulletin de la Société dunoise : archéologie, histoire, sciences et arts, Société dunoise, t. 15, no 215,‎ , p. 244 (lire en ligne, consulté le )
  8. a b c d e et f Collectif, « Parc de Châteauneuf-sur-Loire », sur www.loiret.fr, Conseil départemental du Loiret (consulté le ).
  9. a et b Collectif, « Parc départemental du château », sur tourisme-chateauneufsurloire.fr, Office de tourisme de Châteauneuf-sur-Loire (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]