Académie d'Orléans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Académie d'Orléans-Tours.
Académie d'Orléans
Histoire
Fondation
1761 puis 1809
Cadre
Type
Siège social
Pays
Organisation
Président
Affiliation
Site web

L’académie d’Orléans est une société savante française située à Orléans dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Société royale d'agriculture de la généralité d'Orléans est créée en 1761[réf. nécessaire] sous le règne du roi Louis XV puis devient Académie royale des sciences, arts et belles-lettres d'Orléans de 1786 à 1792.

Cette dernière est supprimée par le Comité d'instruction publique, mis en place au cours de la Révolution française, dans sa séance du [Note 1],[1].

Refondée en 1809 au cours du Premier Empire sous le nom de Société des sciences physiques et médicales d'Orléans, elle change à nouveau de nom en 1810 pour devenir la Société des sciences physiques et médicales, et d'agriculture d'Orléans. En 1819, au cours de la Restauration, avec le retour d'un roi, Louis XVIII, la société redevient « royale » et adopte le nom de Société royale d'agriculture, sciences, belles-lettres et arts d'Orléans. En 1851, au cours de la IIe République, le qualificatif « royale » disparait à nouveau et la société devient la Société d'agriculture, sciences, belles-lettres et arts. Elle porte ce nom jusqu'au , date à laquelle elle adopte celui d’académie d’Orléans[2].

Elle est déclarée d'utilité publique par le décret présidentiel du [3].

Présentation[modifier | modifier le code]

L’académie siège au 5 de la rue Antoine-Petit, à Orléans (Loiret), dans une maison mise à sa disposition par la municipalité depuis 1809. Cette maison avait préalablement été occupée, au XVIe siècle par la maison des apothicaires, puis, au XVIIIe siècle, par le collège des chirurgiens dans lequel Antoine Petit avait établi le bureau de consultation médicale gratuite pour les indigents[réf. nécessaire][Note 2].

L’académie publie tous les ans un volume de Mémoires, qui rassemble les textes des communications présentées, en séance privée ou publique, par ses membres sur des sujets variés, mais où le patrimoine culturel d’Orléans et de l’Orléanais sont largement représentés. Elle édite également des monographies.

Elle a récemment élargi son activité en organisant des colloques interdisciplinaires et des dîners-débats sur des sujets de société.

Elle constitue l’un des académies membres de la conférence nationale des académies des sciences, lettres et arts (CNA) ayant pour but de coordonner et de développer les initiatives et réalisations des académies[4] sous l’égide de l’Institut de France[Note 3]. Depuis octobre 2014, l'académie d'Orléans préside, et pour deux ans, cette Conférence Nationale des Académies (cf. site officiel de la CNA: www.inter-academies.fr).

Présidents[modifier | modifier le code]

  • 1809-1815 : M.[Quoi ?] Lanoix
  • 1815-1818 : M.[Quoi ?] Dugaigneau de Champvallins
  • 1818-1819 : M.[Quoi ?] de Choiseul-Daillecourt
  • 1819-1842 : A.[Quoi ?] de La Place de Montévray
  • 1842-1849 : M.[Quoi ?] Ranque
  • 1849-1875 : A.-G.[Quoi ?] Laisné de Sainte-Marie
  • 1875-1883 : Gabriel Baguenault de Viéville
  • 1883-1892 : Eugène Bimbenet
  • 1892-1901 : Albert Paulmier
  • 1901-1904 : Marcel Charoy
  • 1904-1910 : Anatole Basseville
  • 1910-1919 : Georges Rocher
  • 1919-1925 : René de La Loge
  • 1925-1931 : Charles Fauchon
  • 1931-1945 : Jules Courgeon
  • 1945-1947 : René Auboyer-Treuille
  • 1947-1953 : J.[Quoi ?] Touzard
  • 1953-1959 : Pierre de La Giraudière
  • 1959-1965 : Louis Le Roux
  • 1965-1968 : André Patricot
  • 1968-1975 : Yves Thépaut
  • 1975-1981 : Jean Lahontâa
  • 1981-1984 : Gérard de Montmarin
  • 1984-1991 : André Barré
  • 1991-1995 : Yves O'Mahony
  • 1995-1997 : Bernard Bonneviot
  • 1997-2001 : Jacqueline Suttin
  • 2001-2004 : Claude-Joseph Blondel
  • 2004-2010 : Gérard Hocmard
  • 2010-2013 : Joseph Picard
  • depuis 2013 : Marc Baconnet

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le décret proposé par le comité d'instruction publique figure : « Article 1er. — Toutes les académies et sociétés littéraires, patentées ou dotées par la nation, sont supprimées »
  2. Le bureau de consultation médicale gratuite pour les indigents est supprimé par la Révolution française.
  3. La CNA publie une revue « Akademos » qui diffuse les colloques annuels de la conférence ; ces colloques se tiennent alternativement à l’Institut de France à Paris ou en province ; Akademos est diffusé à tous les membres de la CNA ainsi qu’aux responsables des cinq académies, regroupées au sein de l’Institut de France.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Une académie sous le directoire. Jules Simon. Académie des sciences morales et politiques : Suppression des anciennes académies
  2. « Académie d'Orléans », sur cths.fr, Comité des travaux historiques et scientifiques (consulté le 4 juin 2014).
  3. Page de garde de Mémoires de l'académie d'Orléans, 2008, série VI, tome 18
  4. Journal officiel de la République française du 23 juin 1995.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]