Cazideroque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cazideroque
Cazideroque
Église de Cazideroque.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Canton Le Fumélois
Intercommunalité CC Fumel Vallée du Lot
Maire
Mandat
Jean-Claude Cavaillé
2014-2020
Code postal 47370
Code commune 47064
Démographie
Gentilé Cazideroquois
Population
municipale
230 hab. (2015 en diminution de 3,77 % par rapport à 2010)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 23′ 59″ nord, 0° 55′ 46″ est
Altitude 150 m
Min. 80 m
Max. 237 m
Superficie 11,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Cazideroque

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Cazideroque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cazideroque

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cazideroque

Cazideroque est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans l'Agenais entre Tournon-d'Agenais et Penne-d'Agenais. Elle est limitrophe du département de Tarn-et-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cazideroque[1]
Trémons Saint-Georges Bourlens
Dausse Cazideroque Tournon-d'Agenais
Valeilles
(Tarn-et-Garonne)
Anthé

Climat[modifier | modifier le code]

Cazideroque se situe dans la zone climatique océanique. Mais, il s'agit d'un climat océanique dégradé avec une amplitude thermique annuelle plus marquée et des précipitations moins abondantes que sur le littoral aquitain. De plus, à la différence du littoral, le printemps (surtout à sa fin) y est plus arrosé que l'hiver. Les vents dominants sont d'ouest sans être exclusifs[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au sein de la commune de Cazideroque, le castrum de Najejouls[3] (alias Mirogol) est mentionné en 1259, en coseigneurie entre les frères E. de Fumel et B. de Montesquieu, qu'ils tiennent vraisemblablement de l'abbaye d'Eysses, détentrice de droits que la paroisse. Le Saisimentum de 1271 désigne ce castrum dans l'honneur de celui de Tournon. Avec une église paroissiale, placé sous le vocable de saint Étienne, une résidence seigneuriale, et sans doute un habitat villageois subordonné, Najejouls est dès lors un village castral. Assiégé par les partisans du roi de France en 1436, il est pris et rasé par le vicomte de Lomagne en 1441. Le site est rapidement réactivé, puis que les minutes du notaire Anthérieux mentionne en 1503 un boutge (emplacement) près le "portal", confrontant « au levant la rue qui va du portal à l'église et par le fond avec une rue qui va du portal à l'ostal des seigneuries. » Seule l'église en ruine avec son cimetière et une maison figurent encore sur le plan cadastral de 1831. Il ne subsiste plus aujourd'hui au sommet du pech ayant servi d'assiette à l'ancien castrum que quelques vestiges, dont un puits isolé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Claude Cavaillé DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1876. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 230 habitants[Note 1], en diminution de 3,77 % par rapport à 2010 (Lot-et-Garonne : +0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
451447437434420422421387347
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
352351356332307295261227223
1990 1999 2005 2010 2015 - - - -
244264250239230----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Louis Papy, Atlas et géographie du Midi atlantique, p. 27, Paris, Flammarion, 1982
  3. La référence Mérimée IA47002501 (inventaire générale du patrimoine culturel d’Aquitaine)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le village de Cazideroque, implanté à mi-pente et entouré de vergers, surmonté du château construit sur le haut du relief à flanc de rocher, procure un panorama de grande qualité au site. Le safran y est cultivé. Visites possibles. Se renseigner auprès de l’office de tourisme.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :