Géraud de Salles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Géraud.

Géraud (ou Giraud) de Salles, fils de Foulques, seigneur de Salles et d'Aeardis (Deux-Sèvres), décédé à l'abbaye des Châtelliers, à Chantecorps (Deux-Sèvres) le 20 avril 1120, est un ermite prédicateur, et fondateur d'établissements religieux. L'église catholique romaine l'a reconnu bienheureux. sa fête est le 20 avril[1].

Sa famille[modifier | modifier le code]

Son père et sa mère embrassèrent la vie religieuse. Il eut deux frères, Grimoald, qui fut chapelain de Tustonium, puis prieur de Castellare, puis après 1120 élu abbé de Sainte-Marie-des-Alleux, et enfin évêque de Poitiers, mais juste l'année d'avant sa mort, en août 1141, et il fut enterré à Fontevrault. Son autre frère, Foulques, prit l'habit d'ermite à Boscavium où il mourut en odeur de sainteté et fut enterré.

Biographie[modifier | modifier le code]

Disciple de Vital de Mortain[2], il s'établit en 1114 comme ermite dans la forêt de Dalon en Limousin, sur une terre donnée par Géraud et Golfier de Lastours qui en étaient seigneurs. Aidé par Robert d'Arbrissel, il consacra son héritage qui était considérable et le reste de sa vie à y fonder l'abbaye de Dalon et dans tout le Sud-Ouest une multitude de petite communautés comme Cadouin ou Grandselves où il reçut Saint Bernard. "Géraud gouverna ses religieux merveilleusement, par ses paroles et ses exemples. Ils n'avaient point de règle écrite, mais la vie sainte et admirable de Géraud était leur règle vivante et animée, dans la solitude de Dalon, et ils n'étaient encore astreints sous aucun ordre religieux ni de son temps, ni quelques années après.."[3]. On trouve aussi chez Nadaud que c'est une erreur et qu'il suivait et faisait suivre exactement la règle de saint Benoît, sans toutefois adopter la réforme de Cîteaux.

Il s'éteignit le 20 avril 1120 en l'abbaye des Châtelliers et y fut inhumé en dalmatique dans l'actuel village de Saint Girault (deux-Sèvres) source: André Delpech pour " les amis de Cadouin"

Par la suite, les différents monastères qu'il a fondés furent pour la plupart affiliés à Cîteaux.

Fondations[modifier | modifier le code]

  • Abbaye de Tutione (pour les filles), d'abord chef d'ordre, fondée avec Robert d'Arbrissel, sera absorbée par sa filiale l'Fontevrault. On lui attribue la fondation de Tusson (Charente) dans sa Vitae, mais la sœur Marie-Odile Lenglet, dans on article fondateur paru dans Cîteaux en 1978, démontre qu'il s'agit d'une interpolation du XIIIe siècle. De même, Tusson chef d'ordre de Fontevraud, qui aurait été abandonnée pour le site de Fontevraud pour son manque d'eau, relève de la même interpolation.
  • Abbaye de Bibione (pour les filles)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://nominis.cef.fr/contenus/saint/6632/Bienheureux-Geraud-de-Salles.html
  2. Ivan Gobery
  3. Bonaventure de Saint-Amable, Annales du Limousin

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources à consulter[modifier | modifier le code]

  • Sœur Marie-Odile Lenglet, "La biographie du Bx Géraud de Sales", in Cîteaux Commentarii cistercienses, t. 29, 1978, p. 7-40.
  • Marcel Berthier, "Géraud de Salles, ses fondations monastiques, leur évolution vers l'Ordre cistercien à la fin du XIIe siècle", in Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord (Périgueux), t. 114, 1987, p. 33-48.
  • Sœur Marie-Odile Lenglet, "Un pauvre du Christ, Géraud de Sales dit Saint Giraud", in Les Amis des monastères, no 74, 2e trim. 1988, p. 15-19.
  • Abbaye de Dalon, A. Bontemps, 1863, in Bulletin de la Société archéologique du Limousin
  • Ivan Gobry, Les Moines en Occident, tomes V et VI, 1997, Paris, François-Xavier de Guibert.