Belmontet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Belmontet
Belmontet
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Cahors
Commune Montcuq-en-Quercy-Blanc
Code postal 46800
Code commune 46025
Démographie
Population 149 hab. (2013)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 22′ 00″ nord, 1° 09′ 15″ est
Altitude 194 m
Min. 181 m
Max. 300 m
Superficie 12,12 km2
Élections
Départementales Luzech
Historique
Date de fusion
Commune(s) d'intégration Montcuq-en-Quercy-Blanc
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 15.svg
Belmontet
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 15.svg
Belmontet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
Belmontet
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
Belmontet

Belmontet est une ancienne commune française située dans le département du Lot, en région Midi-Pyrénées, devenue, le , une composante de la commune nouvelle de Montcuq-en-Quercy-Blanc.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Village situé dans le Quercy Blanc, où coule la Séoune et le Boudouyssou qui y prend sa source.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de Tarn-et-Garonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Belmontet, de formation romane, est composé à partir des termes occitans bèl (beau), du latin bellus, mont (montagne), du latin mons, avec le suffixe diminutif -et, du latin -ittum[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fusion de communes

Dans un contexte de baisse des dotations de l'État, et afin d'obtenir le maintien de la DGF, de réaliser des économies, de mutualiser les moyens, tout en gardant une certaine autonomie aux anciennes communes[3], les communes de Belmontet, Lebreil, Montcuq, Sainte-Croix et Valprionde décident de fusionner pour former la commune nouvelle de Montcuq-en-Quercy-Blanc.

Celle-ci est créée le , entraînant la transformation des cinq anciennes communes en « communes déléguées » dont la création a été décidée par un arrêté préfectoral du [4],[5].

Le fonctionnement des mairies annexes ayant été suspendu depuis avril 2019, si ce n'est pour l'enregistrement des actes d'état-civil et afin de résuire les frais de fonctionnement de la structure, le conseil municipal du , après avoir réélu le maire sortant après les élections municipales de 2020 dans le Lot, a décidé de supprimer les communes déléguées de Montcuq, Lebreil, Sainte-Croix, Valprionde et Belmontet pour ne plus faire qu’une seule entité territoriale : Montcuq-en-Quercy-Blanc[6]. .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[7]
Période Identité Étiquette Qualité
1802 1809 Antoine Solacroup    
1809 1816 Arnaud Carlat    
1816 1825 Borredon    
1825 1830 L.-ch. Puinet (de)    
1831 1832 Baptiste Molinie    
1833 1835 Doumic    
1835 1852 Guillaume Basset    
1852 1860 Pierre Brocard    
1860 1870 Guillaume Basset    
1871 1876 Pierre Brocard    
1876 1889 Amédée Galiacy    
1890 1890 Pages    
1890 1892 Emile Fabre    
1892 1896 Valat    
1896 1902 Isidore Lespinet    
2001 décembre 2015 Guy Vidal    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 149 habitants, en diminution de −1,97 % par rapport à 2008 (Lot : 0,05 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
570582586474474530570530452
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
485501415374376451442335303
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
313294266228236253241210207
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2013
198159150132148141157147149
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Coteaux-du-quercy (AOVDQS).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 106.
  3. « Montcuq. La commune nouvelle a élu son maire et ses adjoints », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C'est sans surprise Alain Lalabarde, unique postulant à la fonction, qui a été élu maire de la commune avec 36 voix, 3 voix allant à Patrice Caumon, maire de Valprionde, qui ne se présentait pas, et 11 blancs ou nuls ».
  4. « Arrêté préfectoral du 20 octobre 2015 portant création de la commune nouvelleMontcuq-en-quercy-blanc », Recueil des actes administratifs de la préfecture du Lot, nos 46-2015-013,‎ , p. 14-17 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  5. « Montcuq. 2015, une année clé pour la commune », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ) « 2015 a été une année clé pour la commune de Montcuq. En mars elle a vu son canton disparaître au profit de celui de Luzech, avec l'élection d'une nouvelle conseillère départementale, Maryse Maury, en binôme avec Marc Gastal. À peine signés les nouveaux statuts de l'intercommunalité Montcuq-Castelnau-Montratier, les élus ont refusé à l'unanimité le schéma départemental proposé par la préfète qui préconise un rapprochement avec la Vallée du Lot et du Vignoble. Le projet de commune nouvelle a été mené par les maires de Montcuq, Belmontet, Valprionde, Lebreil et Sainte-Croix. Montcuq-en-Quercy-Blanc verra le jour le 1er janvier 2016 ».
  6. « Montcuq. Suppression des mairies annexes : https://www.ladepeche.fr/2020/05/28/suppression-des-mairies-annexes,8906523.php », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C’est le 26 mai qu’Alain Lalabarde a été reconduit comme on s’y attendait dans sa fonction de maire de la commune de Montcuq-en-Quercy-Blanc (...) Les permanences des quatre mairies annexes n’étant plus assurées depuis le mois de mars 2019, et afin de réduire les coûts de fonctionnement de ces mairies qui ne servaient plus qu’à l’enregistrement des actes d’état civil, la suppression des communes déléguées de Montcuq, Lebreil, Sainte-Croix, Valprionde et Belmontet a été décidée, puis votée, pour ne plus faire qu’une seule entité territoriale : Montcuq-en-Quercy-Blanc ».
  7. « Les maires de Belmontet », sur Site francegenweb, (consulté le ).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.