Montcuq-en-Quercy-Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Montcuq-en-Quercy-Blanc
Montcuq-en-Quercy-Blanc
Vue de Montcuq.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Intercommunalité CC du Quercy Blanc
Maire
Mandat
Alain Lalabarde
2020-2026
Code postal 46800
Code commune 46201
Démographie
Population
municipale
1 739 hab. (2018)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 23″ nord, 1° 12′ 37″ est
Altitude Min. 127 m
Max. 300 m
Superficie 78,23 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Luzech
Législatives 1re circonscription du Lot
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Montcuq-en-Quercy-Blanc
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Montcuq-en-Quercy-Blanc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montcuq-en-Quercy-Blanc
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montcuq-en-Quercy-Blanc

Montcuq-en-Quercy-Blanc est, depuis le , une commune nouvelle française située dans le département du Lot en région Occitanie.

Elle est issue du regroupement des cinq communes de Belmontet, Lebreil, Montcuq, Sainte-Croix et Valprionde.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de Tarn-et-Garonne.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique altéré », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du même type de climat dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat, Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique et les climats de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 12,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9,8 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 15,7 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 853 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 6,5 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1972 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records MONTCUQ - ROUIL (46) - alt : 193m, lat : 44°18'42"N, lon : 01°12'48"E
Records établis sur la période du 01-03-1972 au 04-07-2021
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,7 1,9 4 6,1 9,6 12,8 14,8 14,6 11,8 9,3 4,9 2,3 7,8
Température moyenne (°C) 5,4 6,5 9,3 11,7 15,6 19 21,3 21,1 18 14,3 8,9 5,9 13,1
Température maximale moyenne (°C) 9,1 11 14,6 17,4 21,5 25,2 27,9 27,7 24,3 19,3 12,9 9,6 18,4
Record de froid (°C)
date du record
−19
16.01.1985
−14
09.02.12
−12
01.03.05
−3
07.04.08
−0,3
05.05.1979
3,3
06.06.1989
6,6
01.07.1972
4,9
29.08.1986
2,2
27.09.10
−4,5
25.10.03
−8,8
23.11.1988
−12
16.12.01
−19
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
18
25.01.1995
25,5
27.02.19
26,6
25.03.1981
31
30.04.05
33,7
30.05.01
39,9
27.06.19
40
16.07.15
41,8
04.08.03
36,5
03.09.05
31,2
03.10.1985
24,3
02.11.11
18,9
05.12.06
41,8
2003
Ensoleillement (h) 142,9 168,1 220,9 227 263,9 312,4 339,7 298 241,5 168,6 148,8 136,5 2 668,2
Précipitations (mm) 72,8 67,2 58,3 78,9 84,7 66,4 52,3 56,7 66,2 71,5 72,2 77,6 824,8
Source : « Fiche 46201001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/07/2021 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Montcuq-en-Quercy-Blanc est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[7],[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans un contexte de baisse des dotations de l'État, et afin d'obtenir le maintien de la DGF, de réaliser des économies, de mutualiser les moyens, tout en gardant une certaine autonomie aux anciennes communes[12], la nouvelle commune est créée le , entraînant la transformation des cinq anciennes communes en « communes déléguées » dont la création a été décidée par un arrêté préfectoral du [13],[14].

Le fonctionnement des mairies annexes ayant été suspendu depuis avril 2019, si ce n'est pour l'enregistrement des actes d'état-civil et afin de résuire les frais de fonctionnement de la structure, le conseil municipal du , après avoir réélu le maire sortant après les élections municipales de 2020 dans le Lot, a décidé de supprimer les communes déléguées de Montcuq, Lebreil, Sainte-Croix, Valprionde et Belmontet pour ne plus faire qu’une seule entité territoriale : Montcuq-en-Quercy-Blanc[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement de Cahors du département du Lot.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie du canton de Luzech

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription du Lot.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Montcucq-en-Quercy Blanc est membre de la communauté de communes du Quercy Blanc, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé en 2014.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016[12] En cours
(au 28 mai 2020)
Alain Lalabarde LR Maire de Montcuq (2014 → 2015)
Vice-président de la CC du Quercy Blanc (2020 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[16],[15]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique du territoire de la commune nouvelle
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 6981 6381 5431 6621 7561 8381 7861 707
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes.
Les données mentionnées ci-dessus sont établies à périmètre géographique constant, dans la géographie en vigueur au .
(Source : INSEE RGP 2016[17])

Enseignement[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Montcuq-en-Quercy-Blanc », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. a et b « Montcuq. La commune nouvelle a élu son maire et ses adjoints », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C'est sans surprise Alain Lalabarde, unique postulant à la fonction, qui a été élu maire de la commune avec 36 voix, 3 voix allant à Patrice Caumon, maire de Valprionde, qui ne se présentait pas, et 11 blancs ou nuls ».
  13. « Arrêté préfectoral du 20 octobre 2015 portant création de la commune nouvelleMontcuq-en-quercy-blanc », Recueil des actes administratifs de la préfecture du Lot, nos 46-2015-013,‎ , p. 14-17 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  14. « Montcuq. 2015, une année clé pour la commune », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ) « 2015 a été une année clé pour la commune de Montcuq. En mars elle a vu son canton disparaître au profit de celui de Luzech, avec l'élection d'une nouvelle conseillère départementale, Maryse Maury, en binôme avec Marc Gastal. À peine signés les nouveaux statuts de l'intercommunalité Montcuq-Castelnau-Montratier, les élus ont refusé à l'unanimité le schéma départemental proposé par la préfète qui préconise un rapprochement avec la Vallée du Lot et du Vignoble. Le projet de commune nouvelle a été mené par les maires de Montcuq, Belmontet, Valprionde, Lebreil et Sainte-Croix. Montcuq-en-Quercy-Blanc verra le jour le 1er janvier 2016 ».
  15. a et b « Montcuq. Suppression des mairies annexes », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne, consulté le ) « C’est le 26 mai qu’Alain Lalabarde a été reconduit comme on s’y attendait dans sa fonction de maire de la commune de Montcuq-en-Quercy-Blanc (...) Les permanences des quatre mairies annexes n’étant plus assurées depuis le mois de mars 2019, et afin de réduire les coûts de fonctionnement de ces mairies qui ne servaient plus qu’à l’enregistrement des actes d’état civil, la suppression des communes déléguées de Montcuq, Lebreil, Sainte-Croix, Valprionde et Belmontet a été décidée, puis votée, pour ne plus faire qu’une seule entité territoriale : Montcuq-en-Quercy-Blanc ».
  16. Marie-Cécile Itier, Didier Quet, « Municipales 2020. Alain Lalabarde, candidat à sa réélection à Montcuq dans le Lot : Le maire sortant de Montcuq, dans le Lot, Alain Lalabarde, tire un bilan de son mandat et annonce sa candidature aux Municipales 2020 », Actu Lot,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  17. INSEE, Recensement général de la population 2016, Document mentionné en liens externes.
  18. « Eglise de Rouillac », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  19. « Église paroissiale Saint-Avit », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  20. « Église paroissiale Sainte-Croix », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  21. « Église paroissiale Sainte-Marie-Madeleine », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  22. « Église paroissiale Saint-Etienne », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  23. a et b « Église paroissiale Saint-Hilaire », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )