Barry Norton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Norton.
Barry Norton
Description de cette image, également commentée ci-après
Photo promotionnelle de 1927
Nom de naissance Alfredo Carlos Birabén
Naissance
Buenos Aires
Argentine
Nationalité Drapeau de l'Argentine Argentine
Décès (à 51 ans)
Los Angeles (Hollywood)
Californie, États-Unis
Profession Acteur
Films notables Au service de la gloire
Les Pilotes de la mort
Agent X 27
La Grande Dame d'un jour
Le Monde en marche

Alfredo Carlos Birabén (né le à Buenos Aires en Argentine, mort le à Los Angeles, quartier d'Hollywood, en Californie), est un acteur argentin, ayant fait carrière aux États-Unis sous le nom de scène de Barry Norton.

Biographie[modifier | modifier le code]

Installé dans sa jeunesse aux États-Unis, il tente sa chance à Hollywood, où il débute dans quatre films muets sortis en 1926, dont Au service de la gloire de Raoul Walsh (avec Edmund Lowe et Victor McLaglen).

Parmi ses autres films américains notables, citons Les Pilotes de la mort de William A. Wellman (1928, avec Gary Cooper et Fay Wray), Agent X 27 de Josef von Sternberg (1931, avec Marlène Dietrich et Victor McLaglen), La Grande Dame d'un jour de Frank Capra (1933, avec May Robson et Warren William) et Le Monde en marche de John Ford (1934, avec Madeleine Carroll et Franchot Tone).

Signalons aussi la version alternative en espagnol, titrée Drácula (1931, réalisation de George Melford) du Dracula de Tod Browning. Barry Norton tourne d'ailleurs dans les années 1930 les versions espagnoles de plusieurs autres films américains.

Après 1934, Barry Norton tient principalement des petits rôles non crédités, parfois encore des seconds rôles, notamment dans Le Roman de Marguerite Gautier de George Cukor (1936, avec Greta Garbo et Robert Taylor), Les Flibustiers de Cecil B. DeMille (1938, avec Fredric March et Akim Tamiroff), Casablanca de Michael Curtiz (1942, avec Humphrey Bogart et Ingrid Bergman), Chaînes du destin de Mitchell Leisen (1950, avec Barbara Stanwyck et John Lund), What Price Glory de John Ford (remake de Au service de la gloire précité, 1952, avec James Cagney et Corinne Calvet), ou bien La Main au collet d'Alfred Hitchcock (1955, avec Cary Grant et Grace Kelly).

Le dernier de ses cent-soixante-quinze films américains est L'Extravagant Monsieur Cory de Blake Edwards (avec Tony Curtis et Martha Hyer), présenté en avant-première à New York le , quasiment six mois après sa mort prématurée (à 51 ans), d'une crise cardiaque.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]