Ô toi ma charmante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ô toi ma charmante
Description de cette image, également commentée ci-après

Rita Hayworth et Fred Astaire.

Titre original You Were Never Lovelier
Réalisation William A. Seiter
Scénario Michael Fessier
Esnest Pagano
Delmer Daves
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film musical
Durée 97 minutes
Sortie 1942

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ô toi ma charmante (titre original : You Were Never Lovelier) est un film musical américain} réalisé par William A. Seiter, sorti en 1942.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En Argentine, à Buenos Aires, le danseur Robert Davis (Fred Astaire), à la recherche d’un emploi, se présente chez le propriétaire d’un cabaret Eduardo Acuña (Adolphe Menjou) qui, occupé, refuse de le recevoir. Eduardo est préoccupé par sa fille, Maria (Rita Hayworth), qui au grand désespoir de sa famille ne veut pas se marier. Son père imagine alors un stratagème pour la faire changer d’avis. Il envoie des fleurs et des billets doux à sa fille en lui faisant croire qu'ils viennent d'un admirateur inconnu. Par un concours de circonstance, Maria est persuadée d’avoir rencontré son « inconnu » en la personne de Robert Davis et le présente à sa famille. Acuña se rend compte de son erreur et pour se débarrasser de Robert, il lui offre un contrat à condition de se faire détester de Maria. Mais Robert est déjà épris de Maria et a du mal à se résoudre aux exigences du père. Eduardo est surpris par sa femme en train d’écrire une lettre d’amour et croit qu’il écrit à sa maîtresse. Robert avoue alors le subterfuge et profondément blessée, Maria jure de ne plus le revoir. Mais Robert suivant les rêves de la jeune fille l’enlèvera, comme dans les contes de fées, sur un cheval blanc...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Et, parmi les acteurs non crédités :

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Le succès du premier film du duo Rita Hayworth/Fred Astaire, L'amour vient en dansant, est tel que très vite le couple enchaîne avec un nouveau film[1].
    Après avoir participé à « l’effort de guerre »[2] avec L'Amour vient en dansant[3]. qui traitait en toile de fond la vie d’un camp militaire, la Columbia va exploiter un autre thème en vogue en ce début des années quarante, les fantaisies sud-américaines[4]. Les marchés importants du cinéma européen sont fermés pour Hollywood à cause de la guerre[5]. En recherche de nouveaux marchés, les producteurs du cinéma américain vont se tourner vers la politique panaméricaine[4], dite de « bon voisinage » du président Roosevelt[6]. Des films comme Sous le ciel d'Argentine, Une nuit à Rio ou Week-end à la Havane, font partie de cette veine avec comme porte-flambeau la « bombe brésilienne » Carmen Miranda[4], le tout agrémenté de nouvelles modes musicales, la rumba et la samba[6].
    Les deux interprètes de L'Amour vient en dansant, ravis de leur première collaboration[1], vont donc se retrouver dans une atmosphère sud-américaine avec Xavier Cugat en chef d’orchestre qui fournira l’atout musical exotique.
    La Columbia reprend les mêmes scénaristes à qui l’on adjoint Delmer Daves[7] qui passera à la réalisation l’année suivante avec Destination Tokyo, Jerome Kern et Johnny Mercer (parolier) remplacent Cole Porter pour la partie musicale.
  • De la collaboration Astaire/Hayworth, l’assistant réalisateur du film Earl Bellamy témoignera : « Rita Hayworth était très nerveuse lorsqu’elle a commencé à travailler avec Fred Astaire. Il était tellement perfectionniste. Mais Fred savait l’aider à se détendre, à se calmer. Dès qu’on les voyait, on se disait qu’ils avaient dansé ensemble toute leur vie. »[8]
  • Pour Fred Astaire, le tournage de ce film restera un excellent souvenir et il dira même : « Avec Rita Hayworth, je me suis senti des ailes : je n’avais jamais dansé aussi intensément. Il faut dire que nous nous sommes entraînés pendant cinq semaines à raison de huit heures de travail par jour. »[9]

Numéros musicaux[modifier | modifier le code]

  • Chiu Chiu
    Une samba interprété par Xavier Cugat et son orchestre. Chanté et dansé par Lina Romay.
    Musique et paroles de Nicanor Molinare.
  • Audition Dance
    Xavier Cugat et son orchestre, dansé par Fred Astaire.
    La musique est une collection de thèmes.
  • Dearly Beloved
    Xavier Cugat et son orchestre, chanté par Fred Astaire. Repris par Rita Hayworth en danse et chant[10].
    Une ballade de Jerome Kern (chanson) et Johnny Mercer (paroles), les compositeurs ont été nommés pour Oscar de la meilleure chanson originale en 1943[11].
  • I'm Old Fashioned
    Numéro chanté et dansé par Fred Astaire et Rita Hayworth.
    Musique de Jerome Kern et paroles de Johnny Mercer.
  • The Shorty George
    Numéro chanté et dansé par Fred Astaire et Rita Hayworth.
    Musique de Jerome Kern et paroles de Johnny Mercer, Arrangement par Lyle 'Spud' Murphy.
  • You Were Never Lovelier
    Xavier Cugat et son orchestre, chanté par Fred Astaire. Numéro dansé et chanté par Fred Astaire et Rita Hayworth.
    Mélodie de Jerome Kern et Johnny Mercer.
  • These Orchids
    Xavier Cugat et son orchestre.
    Musique de Jerome Kern et paroles de Johnny Mercer.
  • Wedding in the Spring
    Xavier Cugat et son orchestre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Rita Hayworth - SÉRA – BD CINÉ Éditions Nocturne (ISBN 2-84907-109-9).
  2. Dès 1941, une vague de patriotisme américain va déferler sur les productions cinématographiques américaines découlant de la situation de guerre en Europe. Hollywood, Comédies musicales – Ted Sennett – Fernand Nathan éditeur, Paris, 1986 (ISBN 2-09-290-548-1), p. 175.
  3. Fred Astaire – Gilles Cebe – Éditions Henri Veyrier (ISBN 2-85199-244-9).
  4. a, b et c Le Cinéma Grande histoire illustrée du 7e art. Volume 3. Éditions Atlas, p. 623.
  5. Encyclopédie alpha du cinéma - Volume 11 - Éditions Grammont S.A. - Alpha Éditions, p. 100.
  6. a et b Hollywood, Comédies musicales – Ted Sennett – Fernand Nathan éditeur, Paris, 1986 (ISBN 2-09-290-548-1), p. 171.
  7. Fred Astaire – Gilles Cebe, p. 140.
  8. Rita Hayworth - Barbara Leaming - Ramsay Poche Cinéma, 2008 (ISBN 978-2-84114-926-1), p. 78.
  9. Paris Match -M2533-1983-29 mai 1987.
  10. Rita Hayworth est doublée pour le chant par Nan Wynn.
  11. Imdb.

Liens externes[modifier | modifier le code]