Barbonne-Fayel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Barbonne)

Barbonne-Fayel
Barbonne-Fayel
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Épernay
Intercommunalité Communauté de communes de Sézanne-Sud Ouest Marnais
Maire
Mandat
Jean-Louis Benoist
2020-2026
Code postal 51120
Code commune 51036
Démographie
Gentilé Barbonnots, Barbonnottes
Population
municipale
511 hab. (2018 en augmentation de 3,23 % par rapport à 2013)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 28″ nord, 3° 41′ 49″ est
Superficie 24,35 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sézanne
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Sézanne-Brie et Champagne
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Barbonne-Fayel
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Barbonne-Fayel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Barbonne-Fayel
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Barbonne-Fayel

Barbonne-Fayel est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Barbonne-Fayel compte plusieurs dépendances : La Cense Baugé, à 2 km au sud-ouest, le hameau de Lancourt, la Raccroche de Lancourt, le Moulin, la Commanderie Fayel, Chanat, le faubourg-Saint-Pierre, le faubourg-Saint-Antoine, le Mesnil, Vauchevert (la vallée des Chèvres).

Transport[modifier | modifier le code]

La gare de Barbonne-Fayel, aujourd'hui (2008) désaffectée.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Barbonne-Fayel est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sézanne, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 37 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (62,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (62,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (49,8 %), forêts (34,7 %), cultures permanentes (11,9 %), zones urbanisées (2,6 %), zones agricoles hétérogènes (1 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom primitif serait Bar-sous-Bois, à la suite d'une constante fidélité et d'une bonne réception dans ce village, un Thibault, comte de Champagne lui donna le nom de Barbonne.

La présence de templiers y est attestée dès le début du XIIe siècle sur le site de Fayel. Ils fondent un peu plus tard la commanderie de Barbonne qui se trouvait sur l'emplacement de l'actuelle mairie[8].

Plusieurs incendies ravagèrent Barbonne :

  • 1590, seul témoignage : une inscription sur une maison de la rue du Prétoire : J'ai été brûlé en 1590 ;
  • 19 janvier 1624 ;
  • 10 février 1637 : 12 maisons brûlées ;
  • 29 novembre 1698 ;
  • 25 avril 1705 : mort du premier marguillier d'honneur, Hardy ;
  • 27 mars 1720 : 80 maisons brûlées ;
  • 27 août 1730 : 150 maisons incendiées ;
  • 1827 : 5 maisons brûlées.

Il y avait des fortifications et donc des portes :

  • au nord : porte Saint-Antoine, ou de l'Orme ;
  • à l'est : porte Saint-Antoine ou de Fayel ;
  • au sud-ouest : porte Saint-Jacques ;
  • et à l'ouest : porte Saint-Michel.
  • Liste des curés de Barbonne : Jehan Plansson qui décède en 1530, Guillaume Huguier de 1530 à 1543, Pierre Choignet de 1543 à 1550, Antoine Choignot (frère du précédent) de 1550 au 19 février 1566, Nicolas Collard de février 1566 à juillet 1566, Sébastien Simard de 1566 à juin 1594, Nicolas Letondeur de 1594 à 1602, Nicolas Desrieux de 1602 à 1611, Jehan Ragon de 1611 à 1645, Jacques Cynart de 1645 au 10 août 1651.
  • Selon l'abbé Millard, il y avait à Barbonne, au Moyen Âge, un hôpital nommé Saint-Jacques-du-Haut-pas[9].

L'ancienne commune de Fayel[modifier | modifier le code]

En avril 1845, la commune de Barbonne fusionne avec celle de Fayel[10]. Les habitants de Fayel disposent alors du droit d'affouage sur certains bois de la forêt de la Traconne. Petit à petit le village de Fayel, situé au sud-est de Barbonne, se vide de ses habitants, pour disparaitre complètement.

Selon le site EHESS la population de cette ancienne commune oscilla de 68 habitants en 1793, 88 en 1831 (maximum), puis 70 en 1841.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1875 Verseau[11]    
1876   Laviarde[12]    
avant 1877 après 1879 Guillot[13]    
1892   Alfred Julien Laviarde    
en 1913 ? M. Lhéritier    
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1995 mars 2001 Dominique Grosjean    
mars 2001 2014 Corine Hubert[14]    
2014[15] En cours
(au 4 juillet 2014)
Jean-Louis Benoist    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2018, la commune comptait 511 habitants[Note 3], en augmentation de 3,23 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2001 2911 2701 2041 2761 3161 3341 4731 537
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5211 5031 4491 3831 2631 2131 1801 1291 035
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
950934866715755750694687673
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
606627535502532493492489500
2018 - - - - - - - -
511--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au lieu-dit les Mardelles, on trouve un Dolmen de Barbonne-Fayel qui est classé monument historique en 1921[19]. Sur ce dolmen on peut consulter l'article d'Émile Schmitt « Découverte et fouilles d'un dolmen sous tumulus à Barbonne-Fayel », Bulletin de la Société archéologique champenoise, juillet 1913, Reims, H. Matot.

Il y avait une commanderie de l’ordre du Temple à Barbonne. Voir à ce sujet l'article d'Édouard de Barthélemy, paru dans les Variétés historiques et archéologique sur le Châlonnais et le Rémois, Paris, Librairie Menu, 1877, Sixième série. L

Monument aux morts, les sculpteurs se nomment Chrétien[20] et Legros, l'architecte Clément. Source : site Mérimée [1],

Lavoirs[modifier | modifier le code]

Deux lavoirs furent aménagés : la Prairie du Saussois, devis en date du 11 avril 1863, et la Ruelle Mouillard, projet en date du 12 juin 1904[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ernest Delbet, né le à Barbonne ou à Fayel, décédé le à Paris fut du 3 septembre 1893 à son décès député, élu par une circonscription de Seine-et-Marne.
  • Albert Demoulin (1863-1946), député des Ardennes, mort à Barbonne-Fayel.
  • Georges Etienne Dollet né le à Barbonne-Fayel, artiste peintre et poète. Chevalier des Palmes Académiques, Médaillé d'Or d'Arts-Sciences-Lettres, Médaillé d'argent du Mérite et Dévouement français, Officier du Renouveau des Arts et Lettres, cofondateur du salon Paris-Sorbonne, Président d'honneur du salon des Beaux-Arts de Montreuil, Médaillé de la Ville de Paris, Sociétaire des Grands salons de Paris. Décédé le à Romilly-sur-Seine, Aube.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  • Les faits historiques sont tirés des notes de l’abbé Barat, curé de Barbonne au début du XIXe siècle, à partir des archives de la mairie. Ces notes inédites furent dactylographiées à la fin du XXe siècle.
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, , 808 p. (lire en ligne), p. 329.
  9. Histoire de Sézanne, tome I, page 151, édition de 2014.
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1875, p146.
  12. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1876, p140.
  13. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1879, p236.
  14. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  15. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Arrêté du 17 mai 1921, « Dolmen sous tumulus à Barbonne-Fayel », notice no PA00078581, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 30 décembre 2008
  20. Peut-être Edmond Chrètien ?
  21. Les chemins des lavoirs entre Brie et Champagne, Jean-Pierre Beal, René Guyot, Pierre-André Lestocart et Jacques Perciot, Éditions Chant'Morin, Ivry-sur-Seine, 2011