Barbara Steele

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Steele.
Barbara Steele
Description de cette image, également commentée ci-après
Naissance (80 ans)
Birkenhead, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Actrice
Films notables Le Masque du démon
La Chambre des tortures
Huit et demi

Barbara Steele, née le à Birkenhead (Angleterre), est une actrice britannique. Elle est surtout connue pour avoir été spécialisée dans les films d'épouvante, tournés principalement en Italie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

D'abord modèle, Barbara Steele décroche, vers la fin des années 1950, un des tout derniers contrats de 7 ans signés par la compagnie cinématographique anglaise J. Arthur Rank Organisation, pour laquelle elle ne tournera du reste qu'une poignée de petits rôles secondaires. Très vite, ce contrat longue durée est racheté par la Twentieth Century Fox, qui voit en elle la future partenaire d'Elvis Presley, dans les Rôdeurs de la plaine (1960) que doit réaliser Don Siegel. Révoltée par le traitement que lui inflige Hollywood, elle abandonne le projet et rompt son contrat.

Pensant avoir définitivement sabordé sa carrière, elle part alors pour l'Italie, où le succès l'attend à Cinecitta avec le film de Mario Bava, Le Masque du démon (1960). Elle devient subitement une vedette du fantastique en Europe, enchaînant de nombreux rôles de personnages inquiétants. Elle travaille ainsi plusieurs fois avec des cinéastes spécialisés dans le genre, tels que Riccardo Freda (L'Effroyable secret du docteur Hichcock et Le Spectre du professeur Hichcock) et Antonio Margheriti (Danse macabre et La Sorcière sanglante) , entretenant ce succès durant la décennie 1960.

À partir des années 1970, elle se fait plus rare sur les écrans, malgré de notables interprétations pour les auteurs en devenir Jonathan Demme (5 Femmes à Abattre en 1974), David Cronenberg (Frissons en 1976) et Joe Dante (Piranhas en 1978).

Dans les années 1980, elle se lance dans la production télévisée avec, en 1983, l'ambitieuse série Le Souffle de la guerre (dans laquelle elle se réservera un petit rôle), ainsi que sa suite, Les Orages de la Guerre (1988), toutes deux avec Robert Mitchum en vedette.

Dans les années 1990, elle fait un retour remarqué dans le fantastique, avec le rôle du Docteur Julia Hoffman, dans la mini-série Dark Shadows (1991), adaptation par Dan Curtis de sa propre saga quotidienne Dark Shadows (1966-1971).

Dès lors, la toujours très belle Barbara Steele se consacre à la production, répondant néanmoins présente pour d'occasionnels courts rôles dans de modestes productions.

Malgré une notoriété internationale intimement liée à sa florissante carrière dans l'épouvante, elle dénigra longtemps celle-ci, valorisant plutôt ses participations, pourtant épisodiques, à un cinéma dit « d'auteurs », tels que Federico Fellini ( en 1963), Mario Monicelli (l'Armée Brancaleone en 1966), Volker Schlöndorff (Les Désarrois de l'élève Törless en 1966), ou encore Louis Malle (La Petite en 1978).

Aujourd'hui réconciliée avec son incontournable contribution au cinéma populaire, elle assume pleinement son statut d'icône de l'horreur, faisant souvent remarquer qu'elle fut longtemps l'unique « femme forte » du registre fantastique.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Barbara Steele épousa l'écrivain et scénariste américain James Poe en 1969, à qui elle donna un fils, Jonathan Jackson Poe, né en aout 1971. Ce mariage coïncide justement avec le net ralentissement de la carrière de l'actrice, avant un timide retour en deuxième moitié des années 1970.

Elle divorça de son mari dans l'année 1978, deux ans à peine avant la mort prématurée de ce dernier.

Il avait écrit tout spécialement pour elle un rôle dans son scénario On achève bien les chevaux (1969), que Sydney Pollack tourna finalement avec une autre actrice anglaise, Susannah York.

Parutions littéraires[modifier | modifier le code]

  • Barbara Steele, la Diva du cinéma d'épouvante italien par Eric Escofier (165 pages 2013)
  • Revue Scream (éditée par Denis Eric)
  • n° 5 Barbara Steele 1re partie 58 pages (janvier 2014)
  • n° 7 Barbara Steele 2e partie (07/2014)

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]