On achève bien les chevaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
On achève bien les chevaux
Description de cette image, également commentée ci-après

Susannah York et Michael Sarrazin

Titre original They Shoot Horses, Don't They?
Réalisation Sydney Pollack
Scénario Robert E. Thompson
James Poe
Acteurs principaux
Sociétés de production ABC Pictures
Palomar Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre drame
Durée 120 minutes
Sortie 1969

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

On achève bien les chevaux (They Shoot Horses, Don't They?) est un film américain réalisé par Sydney Pollack, sorti en 1969. Le film est inspiré du roman du même nom de Horace McCoy publié en 1935.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Au début des années 1930, en Californie. Au cœur de la Grande Dépression, on se presse pour participer à l’un de ces nombreux marathons de danse organisés à travers le pays pour gagner les primes importantes qui y sont mises en jeu. Robert et Gloria font partie de ces candidats.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb.

Producteur délégué : Theodore B. Sills

Distribution[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[1]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Festivals[modifier | modifier le code]

  • Ramdam Festival - édition 2015 : sélection officielle pour la catégorie Rétrospective et prix du film le plus dérangeant de la catégorie rétrospective remis par les organisateurs festival à la suite de l'annulation du festival pour cause de menaces terroristes.

Commentaire[modifier | modifier le code]

Sydney Pollack indique avoir attaché une grande importance au personnage de l'animateur, symbole de tout ce que l'Amérique avait de pire et de meilleur. Mais on peut aussi y voir une réflexion sur l'absurdité de la condition humaine[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]