Baie d'Authie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Authie.
Baie d'Authie
Baie d'Authie 9.JPG
Type
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Adresse
Ville proche
Coordonnées
Superficie
119 ha
Création
1986
Statut patrimonial
Administration
Localisation sur la carte du Pas-de-Calais
voir sur la carte du Pas-de-Calais
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg

La Baie de l'Authie dont une partie du territoire a été acquise, entre 1986 et 2003, par le Conservatoire du littoral[1], abrite un milieu naturel diversifié.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'estuaire de l'Authie se trouve dans le Marquenterre à la limite littorale maritime entre la Somme et le Pas-de-Calais. La Baie d'Authie offre une diversité de paysage : les Mollières (pré-salé avec mares), l'estran (zone découverte par les marées) et des différents massifs dunaires parcourus par les chemins.

Communes concernées[modifier | modifier le code]

Écologie[modifier | modifier le code]

En plus du Conservatoire du littoral, acquéreur de différentes zones terrestres, le réseau Natura 2000 intervient sur différents sites intégrant le domaine littoral maritime : (FR2200346)[2], (FR2210068)[3], (FR3100482)[4].

Flore[modifier | modifier le code]

De multiples espèces végétales s'y rencontrent comme :

Le milieu dunaire abrite des espaces humides, les pannes, mares temporaires en général à sec durant la période estivale[6]. Ces pannes se sont formées au début du XIXe siècle lorsque l'estran recouvrait, lors des grandes marées, des dépressions sableuses. Progressivement ces dernières furent isolées du milieu marin par la mise en place de cordons de dunes mais furent toujours alimentées en eau par les précipitations et les nappes phréatiques. Aujourd'hui, les pannes abritent des espèces végétales comme :

Dans la partie méridionale de la baie dominent les polders, conquis sur la mer grâce à l'édification des renclôtures, domaine des cultures et des pâturages. Ces espaces humides, entrecoupés de canaux de drainage, de fossés, de mares et d'étangs, abritent de nombreuses espèces de joncs, de roseaux et d'autres végétaux aquatiques.

Faune[modifier | modifier le code]

Avifaune[modifier | modifier le code]

Sa diversité n'égale certes PAS celle de la baie de Somme voisine, mais elle ne manque pas d'intérêt avec la présence, permanente ou temporaire, de :

Ichthyofaune[modifier | modifier le code]

Dans l'estuaire : en 2006, 29 espèces de poissons (de 20 familles différentes) ont été recensés dans l'ensemble 3 grands estuaires picards[7] (sur un plus long pas de temps (13 ans, de 1980 à 1993) ce sont 37 espèces et 27 familles qui ont été recensées sur dans les 3 estuaires[7]).

Pour la trentaine d'espèces de poisson trouvés en 2006 : moins de la moitié d'entre elles étaient communes aux trois estuaires (ex : le hareng, l'athérine, la lamproie fluviatile, le chinchard, le mulet doré et le mulet porc n’ont pas été (re)trouvés dans l'Authie (ni dans la Canche) alors qu'ils étaient présents dans l’estuaire de la Somme. Les espèces les plus communes (pour les 3 estuaires) étaient (sous forme juvénile) le sprat, le bar, le gobie commun et le flet[7].
Inversement l’épinoche (qui est un petit migrateur), la perche, et la crevette bouquet, plus associées aux eaux faiblement salées n'ont été retrouvées qu'en Baie d'Authie et non dans l'estuaire de la Somme)[7]. Des espèces comme la limande, le turbot, le Saint-Pierre, le dragonnet lyre, la raie bouclée, la gonelle, le lieu jaune et le petit Tacaud sont potentiellement présents, mais plutôt vers l'extérieur de la baie[7]. La taille des poissons est globalement la même dans les trois estuaires. Les assemblages d'espèces se positionnent différemment au sein de l'estuaire[7]. Curieusement les biomasses moyennes (en grammes de poids frais/1000 m2) sont nettement moins élevées que dans l'estuaire de la Canche, mais nettement plus que dans celui de la Somme (pourtant plus vaste, mais plus sableux)[7]

Mammifères[modifier | modifier le code]

Une colonie de phoques veaux-marins et phoques gris vient s'installer sur les bancs de sable découverts à marée basse, facilement observables depuis l'épi 17 à Berck.

Amphibiens[modifier | modifier le code]

Les pannes abritent aussi des espèces animales variées dont plusieurs espèces de grenouilles et le crapaud calamite.

Autres[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Pour préserver ce milieu fragile fréquenté par près de 500 000 visiteurs par an, le Conservatoire du littoral envisage de restaurer le pâturage ovin extensif pour entretenir le milieu dunaire[8], mais également d'améliorer l'accueil des touristes par des aménagements mieux adaptés à la problématique environnementale actuelle : parkings intégrés au paysage, sentiers de découverte balisés[9]

Annexes[modifier | modifier le code]

Cet article fait partie d’une série d’articles sur les sites naturels de France et la conservation de la nature.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Visite virtuelle didactique de la Baie d'Authie

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Billon, G., Ouddane, B. & Boughriet, A., 2001. Chemical speciation of sulfur compounds in surface sediments from three bays (Fresnaye, Seine and Authie) in northern France, and identification of some factors controlling their generation. Talanta 53, 971–981.
  • Billon, G., Ouddane, B., Recourt, P. & Boughriet, A., 2002. Depth variability and some geochemical characteristics of Fe, Mn, Ca, Mg, Sr, S, P, Cd and Zn in anoxic sediments from Authie Bay (northern France). Estuar. Coast. Shelf Sci. 55, 167– 181.
  • Sueur F., 2005. Intérêt ornithologique de la Réserve Authie-Somme et intérêt de son extension vers le sud de la Baie d’Authie. Groupe Ornithologique Picard, 18 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]