Gouvernement Bennett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gouvernement Bennett

État d'Israël

Groupe d'hommes et de femmes posant pour une photographie collective.
Photo de famille du gouvernement Bennett.
Président de l'État Reuven Rivlin puis
Isaac Herzog
Premier ministre Naftali Bennett
Premier ministre alternant Yaïr Lapid
Élection 23 mars 2021
Législature 24e
Formation
Durée 5 mois et 14 jours
Composition initiale
Coalition Yesh Atid-Bleu et blanc-HaAvoda-Israel Beytenou-Yamina-Nouvel Espoir-Meretz-Ra'am
Ministres 27
Femmes 9
Hommes 18
Représentation
Knesset
61  /  120
Chef de l'opposition Benyamin Netanyahou
Drapeau d’Israël

Le 36e gouvernement de l'État d'Israël, ou gouvernement Bennett, est le gouvernement israélien (he) depuis le . Il est formé à l'issue des élections législatives du , sous la 24e législature de la Knesset.

Historique du mandat[modifier | modifier le code]

Ce gouvernement est dirigé par le Premier ministre national-conservateur Naftali Bennett, anciennement ministre de la Défense. Il est constitué et soutenu par une coalition entre Yesh Atid, Bleu et blanc, le Parti travailliste (HaAvoda), Israel Beytenou, Yamina, Nouvel Espoir, le Meretz et la Liste arabe unie (Ra'am). Ensemble, ils disposent de 61 députés sur 120, soit 50,8 % des sièges de la Knesset.

Il est formé à la suite des élections législatives anticipées du 23 mars 2021. Il succède au cinquième gouvernement de Benyamin Netanyahou, formé autour du parti de droite Likoud.

Formation[modifier | modifier le code]

À la suite du scrutin, le président de l'État Reuven Rivlin consulte les différents partis représentés à la Knesset, puis confie le à Benyamin Netanyahou la tâche de dégager une majorité, tout en estimant publiquement que personne « n’a [de] chance réaliste de former un gouvernement ». Le Premier ministre bénéficiait en effet de 52 parrainages de députés, contre 45 pour Yaïr Lapid[1]. Il doit cependant retourner son mandat au chef de l'État sur un constat d'échec le , puisque après 28 jours de négociations, il n'est effectivement pas parvenu à rallier les soutiens de ses anciens ministres Naftali Bennett et Gideon Sa'ar, dont les suffrages sont indispensables pour bénéficier de l'appui d'une majorité parlementaire[2].

Le « bloc de droite » qui soutient Benyamin Netanyahou recommande alors au président Rivlin de ne pas désigner de nouveau mandataire et de renvoyer la formation du futur exécutif à la Knesset, puisque n'importe quel député peut mener des tractations en vue de réunir 61 voix, ce qui garantirait une nouvelle chance au Premier ministre sortant de se maintenir au pouvoir[3]. Le président de l'État choisit cependant de confier la tâche à Yaïr Lapid, qui dispose désormais d'une cinquantaine de parrainages de parlementaires[4].

Le , Naftali Bennett annonce qu'il se rallie à Yaïr Lapid pour mettre en place un « gouvernement d'union » dont il affirme qu'il sera « plus à droite » que le précédent[5]. Deux jours plus tard, Yaïr Lapid accélère les négociations et réunit le parti Ra'am, les principaux dirigeants de la gauche, du centre et d'une partie de la droite, dont Yamina, la coalition de Naftali Bennett[6]. À la suite de cette réunion, un document montre qu'il ne manque plus que trois signatures pour que la coalition aboutisse, notamment celle de Yamina, du Nouvel Espoir et du Ra'am[7].

À quelques heures de la clôture automatique de son mandat de formation le , Yaïr Lapid fait savoir au chef de l'État qu'il est parvenu à rassembler une coalition disposant de la majorité absolue des sièges à la Knesset. Ce pacte prévoit une rotation au poste de Premier ministre, Naftali Bennett l'occupant pendant deux ans avant de céder le pouvoir à Yaïr Lapid[8].

Le président de la Knesset, Yariv Levin, est alors accusé de vouloir retarder le vote et l'annonce de la formation du nouvel exécutif[9]. Le , celui-ci déclare qu'il annoncera trois jours plus tard que Yaïr Lapid est en mesure de former un gouvernement[10],[11].

Les accords de coalition entre Yesh Atid et tous les autres partis de la nouvelle coalition sont signés le et établissent la répartition des portefeuilles ministériels. Ainsi, Yaïr Lapid sera ministre des Affaires étrangères pendant les deux premières années de la législature, le ministre de la Défense sortant Benny Gantz est reconduit, le dissident du Likoud Gideon Sa'ar devient ministre de la Justice, le dirigeant d'Israel Beytenou Avigdor Lieberman prend la direction du ministère des Finances et un poste de ministre délégué au cabinet du Premier ministre est confié au parti islamiste Ra'am[12].

Composition[modifier | modifier le code]

Portefeuille Titulaire Parti
Premier ministre
Ministre des Affaires communautaires
Naftali Bennett Nouvelle Droite
Premier ministre alternant
Ministre des Affaires étrangères
Yaïr Lapid Yesh Atid
Vice-Premier ministre
Ministre de la Défense
Benny Gantz Hosen L'Yisrael
Vice-Premier ministre
Ministre de la Justice
Gideon Sa'ar Nouvel Espoir
Ministre de l'Agriculture et du Développement rural
Ministre du Développement de la périphérie, du Néguev et de la Galilée
Oded Forer Israel Beytenou
Ministre de l'Immigration et de l'Intégration Pnina Tamano-Shata Hosen L'Yisrael
Ministre des Communications Yoaz Hendel (en) Nouvel Espoir
Ministre de la Construction et du Logement
Ministre des Affaires de Jérusalem et du Patrimoine
Ministre des Relations entre le gouvernement et la Knesset
Ze'ev Elkin Nouvel Espoir
Ministre de la Culture et des Sports Hili Tropper Hosen L'Yisrael
Ministre des Affaires de la Diaspora Nachman Shai (en) Travailliste
Ministre de l'Économie Orna Barbivai Yesh Atid
Ministre de l'Éducation Yifat Shasha-Biton Nouvel Espoir
Ministre de la Protection de l'environnement Tamar Zandberg Meretz
Ministre des Finances Avigdor Lieberman Israel Beytenou
Ministre auprès du ministre des Finances Hamad Amar Israel Beytenou
Ministre de la Santé Nitzan Horowitz Meretz
Ministre du Renseignement Elazar Stern (en) Yesh Atid
Ministre de l'Intérieur Ayelet Shaked Nouvelle Droite
Ministre du Travail et de la Protection sociale Meir Cohen Yesh Atid
Ministre des Infrastructures nationales, de l'Énergie et de l'Eau Karin Elharar Yesh Atid
Ministre de la Sécurité intérieure Omer Bar-Lev (en) Travailliste
Ministre de la Coopération régionale Issawi Frej Meretz
Ministre des Affaires religieuses Matan Kahana (en) Nouvelle Droite
Ministre de la Science et de la Technologie Orit Farkash-Hacohen (en) Hosen L'Yisrael
Ministre des Affaires des Implantations Nir Orbach (en) Nouvelle Droite
Ministre de l'Égalité sociale Meirav Cohen Yesh Atid
Ministre du Tourisme Yoel Razvozov Yesh Atid
Ministre des Transports Merav Michaeli Travailliste
Ministre délégué au cabinet du Premier ministre chargé des Affaires arabes Mansour Abbas Ra'am
Ministre délégué au cabinet du Premier ministre chargé des Réformes économiques Abir Kara (en) Nouvelle Droite
Ministre délégué à la Défense Alon Schuster (en) Hosen L'Yisrael
Ministre délégué à la Sécurité intérieure Yoav Segalovich Yesh Atid
Ministre délégué aux Affaires étrangères Idan Roll Yesh Atid

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clothilde Mraffko, « En Israël, Benyamin Nétanyahou à la peine pour former un gouvernement », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Clothilde Mraffko, « Benyamin Nétanyahou mis en échec par ses alliés », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. « Israël: le bloc de B. Netanyahou recommande de renvoyer le mandat à la Knesset pour former un gouvernement », I24news,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  4. « Israël: le président Reuven Rivlin confie à Yaïr Lapid le mandat pour former une coalition », I24news,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. « Israël: Naftali Bennett annonce son intention de former un gouvernement d'union nationale avec Yaïr Lapid », I24news,‎ (Israël: Naftali Bennett annonce son intention de former un gouvernement d'union nationale avec Yaïr Lapid, consulté le ).
  6. « Israël: course contre la montre pour un accord sur un gouvernement anti-Netanyahou », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. (en) « Document shows the 3 missing signatures separating between Lapid and government », The Times of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Yaïr Lapid forme une coalition et signe la fin de l'ère Netanyahou en Israël », L'Écho,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  9. (en) « Change bloc seeks to replace Knesset speaker; Yamina MK says he won’t back move », The Times of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. (en) « Knesset to meet Monday on Lapid-Bennett government, vote likely on June 14 », The Times of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Israël: le président de la Knesset confirme que Yaïr Lapid est en mesure de former un gouvernement », I24News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Lapid signe des accords officiels de coalition avec Raam et Yisrael Beytenu », The Times of Israel,‎ (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]