R.A. the Rugged Man

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
R.A. the Rugged Man
Description de cette image, également commentée ci-après

R.A. the Rugged Man en 2013.

Informations générales
Surnom Crustified Dibbs, Rugged Man
Nom de naissance R. A. Thorburn
Naissance (42 ans)
Long Island, New York, Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Rappeur[1]
Genre musical Hip-hop, rap East Coast, hip-hop underground
Instruments Voix
Années actives Depuis 1992
Labels Jive Records, Capitol Records, Priority Records, Nature Sounds

R.A. the Rugged Man, de son vrai nom R. A. Thorburn, né le à Long Island, New York, est un rappeur américain. Il se lance dans la musique à 12 ans et se popularise à l'échelle locale. R.A. signe ensuite au label Jive Records à 18 ans. Au final, R.A. et le label se séparent. Son premier album, Night of the Bloody Apes, ne sera jamais publié[2].

Dès lors, il travaille aux côtés de musiciens comme Mobb Deep, Wu-Tang Clan, Kool G Rap, et Notorious B.I.G, et de producteurs comme Erick Sermon, Trackmasters, DJ Quik, The Alchemist, J-Zone, et Ayatollah. Il participe à trois albums Soundbombing de Rawkus et à l'album WWF Aggression. Après un bref passage au label Capitol Records, période durant laquelle il enregistre un autre album non publié, American Lowlife), R.A. signe au label indépendant Nature Sounds et publie son premier album Die, Rugged Man, Die[3]. En 2013, R.A. publie son deuxième album, Legends Never Die[4] le 30 avril 2013 chez Nature Sounds.

En parallèle à sa carrière de rappeur, Thorburn est commentateur de boxe et critique de films. Il contribue notamment à des articles pour Vibe, King, Complex, Rides, XXL, The Source, et The Ring.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1992-2003)[modifier | modifier le code]

En 1992, Thorburn signe au label Jive Records, puis au label Priority Records/EMI au milieu des années 1990[5]. Il se lance indépendamment dans la musique au début des années 2000. Il travaille aux côtés de MCs et groupes comme The Notorious B.I.G., Mobb Deep, Chuck D de Public Enemy, Jedi Mind Tricks, Tech N9ne, Hopsin, Talib Kweli, Masta Ace, Kool G Rap, Wu-Tang Clan, Rakim, Killah Priest, et de producteurs Trackmasters, Erick Sermon, DJ Quik, Buckwild, The Alchemist, et Ayatollah. Il participe à trois albums Soundbombing de Rawkus et à l'album WWF Aggression sur une chanson pour le lutteur Chris Jericho. Dans le premier volet du magazine Ego Trip, Notorious B.I.G. explique « Je pensais être le plus dingue » comparé à Thorburn[6].

Die, Rugged Man, Die et carrières parallèles (2004-2012)[modifier | modifier le code]

En 2004, Thorburn publie son premier album Die, Rugged Man, Die[7] au label Nature Sounds. Thorburn fait quelques apparitions dans plusieurs clips vidéo comme celui de la chanson I'm the Boss de Havoc de Mobb Deep[8], Throw the Ball de Sadat X[9], et de Old Man en featuring avec RZA du Wu-Tang Clan, Masta Killa et Ol' Dirty Bastard[10]. L'édition d'octobre 2006 du magazine The Source contient un verset de Thorburn[11].

En parallèle à sa carrière de rappeur, Thorburn contribue à la colonne des films pour le Mass Appeal, est un ancien contributeur des Ego Trip Book of Rap Lists (St. Martin's Press) et du Ego Trip's Big Book of Racism (HarperCollins), et a écrit des articles pour de nombreux magazines comme Vibe, King, Complex, Rides, XXL[12] et The Source. Fan de films d'horreur, Thorburn travaille aux côtés du réalisateur Frank Henenlotter et est producteur-scénariste du film Bad Biology[13].

Legends Never Die (depuis 2013)[modifier | modifier le code]

Le deuxième album de Thorburn, Legends Never Die est publié le [14]. Il fait participer Brother Ali, Masta Ace, Tech N9ne, Talib Kweli, Hopsin, Eamon et Krizz Kaliko. Le premier single extrait de l'album s'intitule The Peoples Champ et le second single est Learn Truth en featuring avec Talib Kweli. L'album atteint la première place des Billboard Top Heatseekers[15].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Mixtape[modifier | modifier le code]

  • 1999 : American Lowlife

Compilation[modifier | modifier le code]

EPs et singles[modifier | modifier le code]

  • 1996 : 50 000 Heads / Smithhaven Mall
  • 1997 : Till my heart stop / Flipside
  • 1999 : Stanley Kubrick / What Da fuck
  • 2001 : Don't wanna fuck with / Even dwarf start small
  • 2004 : Lessons / How Low
  • 2005 : Chains / Black and white

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. R.A. The Rugged Man. Nature-sounds.net. Retrieved on 2011-05-30.
  2. (en) Ben Westhoff, « R.A. the Rugged Man Abides »,‎ (consulté le 9 mars 2015).
  3. (en) Above Ground Magazine: R.A. The Rugged Man Releases Video Based On Experience With Jive Records.
  4. (en) Jeremiah, « R.A. The Rugged Man: The People's Champ [prod by Apathy] - KevinNottingham.com », KevinNottingham.com (consulté le 9 mars 2015).
  5. (en) Tyler Hakes, « R.A. The Rugged Man Releases Video Based On Experience With Jive Records », aboveGround Media,‎ (consulté le 24 juillet 2013).
  6. (en) « R.A. the Rugged Man Abides – Page 1 – Music – New York », sur Village Voice,‎ (consulté le 30 mars 2014).
  7. (en) « 365 Albums a Year » Year 1, Day 171: R.A. The Rugged Man – Die, Rugged Man, Die (2004) »,‎ (consulté le 30 mai 2011).
  8. (en) Havoc - I'm The Boss. YouTube, (consulté le 25 mars 2013).
  9. (en) Sadat X – Throw the Ball, YouTube, (consulté le 25 mars 2013).
  10. (en) Masta Killa – Old Man, YouTube, (consulté le 25 mars 2013).
  11. (en) Hale, Andreas, « 2006 HipHopDX Awards », sur HipHopDX,‎ (consulté le 30 mai 2012).
  12. (en) It’s A Beautiful Thing Being R.A. the Rugged Man. XXL magazine, octobre 2009, (consulté le 25 mars 2014).
  13. (en) Bad Biology (2008), IMDB, (consulté le 5 mars 2015).
  14. (en) « OK-Tho.com's Top 20 Albums of 2013 » (consulté le 25 mars 2015).
  15. « LL Cool J Scores 13th Top 10 on Top R&B/Hip-Hop Albums », Billboard (consulté le 30 mai 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]