Arthur Le Duc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Arthur Leduc.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leduc.
Arthur Le Duc
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 69 ans)
AntibesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Arthur, Jacques Le Duc[1], né le à Torigni-sur-Vire (Manche), et mort le [2] à Antibes (Alpes-Maritimes), est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Normandie, Arthur Le Duc est le fils unique de Charles Le Duc et de Maria Le More. Il est élève du lycée Malherbe à Caen. Il s'inscrit à la faculté de droit de l'université de Caen dont il sort licencié en 1869. En parallèle, il suit les cours d'Alfred Guillard ou du sculpteur Pierre Le Nordez à l’école des beaux-arts de Caen. Lors de la partie républicaine de la guerre de 1870, il s'engage dans les mobiles du Calvados et participe aux combats avec l'armée de la Loire. Il sort fortement marqué de ce conflit.

Il s'installe en 1872 à Paris.

Il conserve toutefois un lien avec la Normandie, notamment par le biais de ses mandats politiques. Il est en effet maire d'Asnières-en-Bessin de 1893 à 1918, et conseiller général du canton d'Isigny-sur-Mer de 1904 à 1918. Sa tombe est visible dans le cimetière caennais de Saint-Gabriel[3].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Monument à Du Guesclin, détail, Caen.

D'autres œuvres sont également connues, mais plusieurs ont été endommagées ou ont disparu en 1944, dans les bombardements en Normandie. C'est le cas en particulier du monument aux mobiles du Calvados, autrefois sur la place Alexandre-III de Caen, de la Fontaine Havin à Saint-Lô, et de la statue d'Alain Chartier à Bayeux. Cette dernière a été remplacée par une nouvelle statue moderne après la Libération, mais sans aucune ressemblance avec la statue initiale.

Outre le bronze, il pratique aussi la pierre, par exemple pour la statue de saint Pierre sur la façade de la pharmacie rue Saint-Jean à Caen (disparue en 1944), le marbre pour la fontaine de Monte-Carlo et la terre de Noron, pour les médaillons sur la façade de l'école normale de Caen.

Un musée lui est consacré au château des Matignon à Torigni-sur-Vire, sa ville natale.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Il est parfois connu sous le nom d'Arthur J. Le Duc. Certains auteurs ou commissaires-priseurs écrivent parfois son nom en un seul mot « Leduc », alors que toutes les sources d'état civil officielles disponibles l'écrivent bien « Le Duc » en deux mots, comme pour les différentes personnes de sa famille, vivantes et mortes.
  2. Il est répertorié dans le Dictionnaire Bénézit, mais dans un grand nombre d'éditions de ce dictionnaire la date de sa mort y est indiquée 29 février 1918, ce qui est faux car 1918 n'était pas une année bissextile. La date du 14 février 1918 est celle qui figure sur son acte de décès, consultable sur le site Internet des archives départementales des Alpes Maritimes (Etat-Civil Antibes 1918, mariages et décès, pages 140 et 224) .
  3. Célébrités du cimetière Saint-Gabriel de Caen
  4. la faute d'orthographe « Reischoffen » au lieu de « Reichshoffen » a été faite par le sculpteur lui-même car elle figure à côté de sa signature sur le socle de cette œuvre représentant le porte-étendard du 3e régiment de cuirassiers blessé à mort comme son cheval.
  5. Monument à la mémoire des enfants du Calvados morts pour la patrie, 1870-1871, Caen sur le site du musée d'Orsay
  6. http://e-monumen.net/patrimoine-monumental/monument-aux-enfants-du-calvados-tues-a-lennemi-pendant-la-guerre-de-1870-1871-ou-monument-des-mobiles-du-calvados-caen-deplace/
  7. http://e-monumen.net/patrimoine-monumental/monument-aux-morts-de-1870-ou-monuments-aux-enfants-de-larrondissement-bayeux/
  8. « Groupe sculpté de la bataille de Formigny », notice no PA14000068, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Statue de Duguesclin », notice no PA14000065, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Course libre à Rome, la reprise du vainqueur », notice no IA06000689, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. http://e-monumen.net/patrimoine-monumental/le-centaure-et-la-bacchante-caen/
  12. [1]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Pour Centaure et Bacchante, avant et après 1944 :