Antoni Chruściel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Antoni Chruściel
Monter
Image illustrative de l'article Antoni Chruściel

Naissance
Gniewczyna Łańcucka (Autriche-Hongrie, auj. Pologne)
Décès (à 65 ans) (à 65 ans)
Washington, États-Unis
Origine Drapeau de la Pologne Pologne
Allégeance Flag of Austria-Hungary (1869-1918).svg Autriche-Hongrie (1914-1918)
Drapeau de la Pologne Pologne (1918-1939)
Flaga PPP.png Armia Krajowa (1940-1944)
Grade PL Epolet gen bryg.svg Général de brigade
Années de service 1914-1948
Conflits Première Guerre mondiale
Guerre soviéto-polonaise
Campagne de Pologne (1939)
Seconde Guerre mondiale
Insurrection de Varsovie
Distinctions Chevalier de l'ordre de Virtuti Militari Croix d'or de l'ordre de Virtuti Militari Croix d'argent de l'ordre de Virtuti Militari Grand croix de l'ordre Polonia Restituta Croix de chevalier de l'ordre Polonia Restituta Croix de l'Indépendance Croix de la Vaillance Croix d'or du mérite Croix de l'Armia Krajowa Médaille du 10e anniversaire de l'indépendance Médaille commémorative de la guerre 1918-1921 Médaille d'or de la valeur militaire (Italie)
Médaille de bronze de la valeur militaire (Italie)
Autres fonctions conseiller juridique, traducteur
Antoni Chruściel (au milieu) pendant l'insurrection de Varsovie
Plaque commémorative apposée sur l'immeuble dans lequel Antoni Chruściel a signé, le 31 juillet 1944, l'ordre de déclenchement de l'insurrection.
Tombe d' Antoni Chruściel au cimetière de Powązki à Varsovie

Antoni Chruściel (Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) (né le 16 juin 1895 à Gniewczyna Łańcucka en Autriche-Hongrie, aujourd'hui Pologne - mort le 30 novembre 1960 à Washington), nom de guerre Monter est un général de brigade de l'Armée polonaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1909 il intègre le scoutisme clandestin (une organisation patriotique polonaise) à Jarosław. En 1914 il termine ses études secondaires avec mention[1]. En août de la même année il s'engage dans les Légions polonaises, le mois suivant après la dissolution de son unité il est incorporé dans l'Armée austro-hongroise. Il est envoyé à l'école des sous-officiers puis à l'école des officiers de réserve[2]. Après l'avoir terminée il devient chef de peloton, instructeur dans une école militaire[2], puis commandant d'une compagnie du 90e régiment d'infanterie. Le lieutenant Antoni Chruściel a largement contribué au retour à la garnison de sa compagnie avec armes et équipement en novembre 1918[2] (c'est un cas unique dans toute l'armée austro-hongroise).

Dès décembre 1918 il sert dans l'armée polonaise, tout d'abord au 14e régiment d'infanterie à Włocławek[3], en octobre 1922 il devient commandant de la 3e puis de la 6e compagnie du 42e régiment d'infanterie[2] à Białystok. Parallèlement à sa carrière militaire il suit des études de droit à l'université de Lwów. En octobre 1923 il est transféré au Corps des cadets où il prend la tête d'une compagnie. En mai 1927 il est nommé chef du IIe bataillon du 6e régiment des de chasseurs des Carpates. Dans les années 1929-1931 il poursuit sa formation militaire à l'École supérieure de guerre à Varsovie. Le 1er septembre 1931 il devient instructeur au Centre de formation de l'infanterie à Rembertów. En octobre 1934 il revient à l'École supérieure de guerre en tant qu'enseignant de la tactique. En janvier 1937 il commence un stage au poste d'adjoint du commandant du 40e régiment d'infanterie. En mars 1938 il prend le commandement du 82e régiment d'infanterie à Brześć. C’est à la tête de cette unité qu’il se bat pendant la campagne de Pologne. Le 28 septembre 1939, après la capitulation de la forteresse de Modlin il est fait prisonnier[4]. Interné au camp de Soldau, il est libéré en octobre de la même année. Il entre dans la Résistance en juin 1940 pour devenir en octobre chef d'état-major du district Varsovie. En mai 1941 il se voit confier le commandement du district. Le 10 août 1942 il est promu au grade de colonel.

Pendant l'insurrection de Varsovie il commande de facto l'ensemble des insurgés. Le 14 septembre 1944, il est élevé au rang de général de brigade. Après la chute de l'insurrection il est interné à l'Oflag XII B de Nuremberg[réf. nécessaire], puis transféré à Colditz où il reste jusqu'à la fin de la guerre.

Après la fin des hostilités il rejoint l'Armée polonaise de l'Ouest. Il est finalement démobilisé en 1948. Le 26 septembre 1946 le gouvernement communiste l'a déchu de sa nationalité polonaise[5]. En 1971, le conseil des ministres a annulé cette décision, mais ce n'est qu'en mars 1989 qu'elle a été rendue publique[5].

En 1956 il s'installe à Washington où il travaille jusqu'à sa mort en tant que traducteur et conseiller juridique.

Le 28 juillet 2004 à la veille du 60e anniversaire de l'insurrection de Varsovie, les urnes contenant les cendres du général et de son épouse Waleria ont été ramenées en Pologne. Le 30 juillet il est enterré avec les honneurs militaires au cimetière de Powązki à Varsovie.

Promotions militaires[modifier | modifier le code]

PL Epolet kpt.svg capitaine
PL Epolet mjr.svg commandant
PL Epolet pplk.svg lieutenant-colonel
PL Epolet plk.svg colonel
PL Epolet gen bryg.svg général de brigade

Décorations[modifier | modifier le code]

Rubans[modifier | modifier le code]

Croix de chevalier de l'ordre Virtuti militari Croix d'or de l'ordre Virtuti militari Croix d'argent de l'ordre Virtuti militari
Grand Croix de l'ordre Polonia Restituta Croix d'Officier de l'ordre Polonia Restituta Croix de l'indépendance
Croix de la Vaillance Croix d'or du mérite Croix de l'Armia Krajowa
médaille du 10e anniversaire de l'indépendance Médaille commémorative de la guerre 1918-1921 Médaille d'or de la valeur militaire (Italie)
Médaille de la valeur militaire (Italie)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kronika powstań polskich 1794-1944, édition Kronika, Varsovie, (ISBN 83-86079-02-9).
  • A. K. Kunert – Słownik Biograficzny Konspiracji Warszawskiej 1939-1944. Varsovie 1987, vol. I, p. 53-55
  • R. Rybka, K. Stefan – Rocznik oficerski 1939. Kraków 2007
  • Zbigniew Mierzwiński: Generałowie II Rzeczypospolitej. Varsovie 1990: édition Polonia, p. 59-64. (ISBN 83-7021-096-1).
  • Mieczysław Bielski: Grupa Operacyjna „Piotrków” 1939. Varsovie: édition Bellona, 1991, p. 375. (ISBN 83-11-07836-X).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kronika powstań polskich 1794-1944, p. 422.
  2. a, b, c et d Generałowie II Rzeczypospolitej, p. 59.
  3. Był dowódcą 5 kompanii, a od grudnia 1921 dowódcą 1 batalionu.
  4. Generałowie II Rzeczypospolitej, p. 60.
  5. a et b „Rzeczpospolita”du 20 mars 1989 r.
  6. Monitor Polski 2009 nr. 7 pos. 71