Antônio d'Orléans-Bragance (1950)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Antônio de Orleans e Bragança
Description de l'image defaut.svg.
Biographie
Titulature prince du Brésil
prince d'Orléans-Bragance
Dynastie maison d'Orléans-Bragance
(branche de Vassouras)
Nom de naissance Antônio João Maria José Jorge Miguel Gabriel Rafael Gonzaga de Orléans e Bragança e Wittelsbach
Naissance (70 ans)
Rio de Janeiro (Brésil)
Père Pedro Henrique de Orleans e Bragança
Mère Maria Elisabeth von Wittelsbach
Conjoint Christine de Ligne
Enfants Pedro Luiz de Orleans e Bragança
Amélia de Orleans e Bragança
Rafael de Orleans e Bragança
Maria Gabriela de Orleans e Bragança
Description de l'image COA Imperial Prince of Brazil.svg.

Antônio de Orleans e Bragança, qui porte le titre de courtoisie de prince du Brésil, est né à Rio de Janeiro, le . Il est issu de la branche cadette, dite branche de Vassouras, de la maison d'Orléans-Bragance et, pour les monarchistes brésiliens partisans de cette branche, il vient en troisième place dans l’ordre de succession au trône du Brésil, juste après ses deux frères célibataires.

Famille[modifier | modifier le code]

Antônio est le septième enfant de Pedro Henrique de Orleans e Bragança (1909-1981), qui portait le titre de courtoisie de prince impérial du Brésil, et de son épouse Marie-Élisabeth (1914-2011), princesse royale de Bavière. Par son père, il est l'arrière-petit-fils d'Isabelle, princesse impériale et plusieurs fois régente du Brésil, tandis que, par sa mère, il est l’arrière-petit-fils du roi Louis III de Bavière (1845-1921).

Bien qu’il ne soit que le sixième des fils du prétendant « Pierre III », Antônio de Orléans e Bragança est reconnu comme le futur prince impérial du Brésil par les monarchistes brésiliens partisans de la branche de Vassouras. Ses frères aînés encore dynastes pour ces monarchistes, Louis-Gaston et Bertrand, sont célibataires et sans enfant tandis que ses autres frères aînés, Eudes, Pierre et Ferdinand ont tous contracté des unions avec des personnes issues de familles non régnantes, ni anciennement régnantes[1] et ont préalablement renoncé à leurs droits au trône brésilien (bien que l'ancienne constitution impériale ne les y obligeât pas : l'article 120 de cette constitution prévoyait seulement que le mariage de la princesse héritière devait être approuvé par l'empereur[2]). Ainsi, certains monarchistes brésiliens considèrent le mariage d'Antônio d'Orléans et Bragance avec Christine de Ligne comme une mésalliance, puisque les princes de Ligne n'ont jamais été une famille régnante, ni une famille médiatisée[3]. Selon cet argument, ses quatre enfants n'ont aucun droit à la Couronne du Brésil.

Le , Antônio de Orleans e Bragança épouse au château de Belœil, en Belgique, la princesse Christine de Ligne (1955), fille d’Antoine de Ligne (1925-2005), 13e prince titulaire de Ligne, et de la princesse Alix de Luxembourg (1929-2019). Elle est donc la nièce du grand-duc Jean de Luxembourg.

De cette union naissent quatre enfants, qualifiés du prédicat de courtoisie d'altesse royale et des titres de courtoisies de prince ou princesse du Brésil :

Biographie[modifier | modifier le code]

Antônio de Orléans e Bragança passe la plus grande partie de sa jeunesse dans une fazenda de Jacarezinho, dans l'État du Paraná, où réside sa famille de 1951 à 1964. Là, il reçoit, en compagnie de ses onze frères et sœurs, une éducation austère où la religion tient une place très importante.

Il fait ensuite ses études secondaires dans la ville de Vassouras, dans l'État de Rio, avant de se diplômer comme ingénieur civil à l’université de Barra do Piraí, toujours dans l'État de Rio. En 1980, il effectue, dans le cadre de sa formation universitaire, un stage dans la ville d’Erlangen, en Allemagne, et c’est à cette occasion qu'il fait la connaissance de sa future épouse, la princesse Christine de Ligne.

Peu de temps après leur mariage, le couple s’installe dans la ville de Petrópolis, où ils vivent toujours en compagnie de leurs enfants.

Un artiste[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de membres de la maison d’Orléans, Antônio de Orléans e Bragança est un artiste dont les dons d’aquarelliste sont aujourd'hui largement reconnus au Brésil[6]. Il a ainsi exposé ses œuvres dans plusieurs institutions de renommée régionale ou nationale : le Musée national des beaux-arts, le Club d’Ingénierie, la « Galeria Quadrante », l’« Espaço Delfim » et l’« Arnaldo Dademberg Antiquário » (à Rio de Janeiro), le Palais impérial et le Palais de Verre de Petrópolis, le Musée de la Maison brésilienne et l’Espace culturel ESPADE (à São Paulo).

D'autre part, en 1999, Antônio de Orléans e Bragança a eu l’occasion de présenter certaines de ses œuvres à Porto et à Lisbonne, au Portugal, dans le cadre d'une exposition intitulée « A Herança Portuguesa no Brasil Colonial » (« L'Héritage portugais dans le Brésil colonial »).

En , il organise une nouvelle exposition de 20 aquarelles dans les locaux de « Cora Guimarães Arte e Antiguidades »[7].

Divers[modifier | modifier le code]

La langue maternelle d'Antônio de Orléans e Bragança est le portugais mais il parle également couramment le français, domine l'espagnol et comprend l'allemand et l'italien.

Titulature et décorations[modifier | modifier le code]

Titulature[modifier | modifier le code]

Les titres portés par les membres de la maison d'Orléans-Bragance n'ont aucune existence juridique au Brésil et sont considérés comme des titres de courtoisie accordés par le prétendant au trône :

  • - : Son Altesse royale le prince Antônio de Orleans e Bragança, prince du Brésil[8] ;
  • depuis le : ''Son Altesse impériale et royale le prince Antônio de Orleans e Bragança, prince du Brésil.

Décorations dynastiques[modifier | modifier le code]

Drapeau du Brésil Empire du Brésil
Ordre de Pierre Ier Grand-croix de l'ordre de Pierre Ier[8]
Ordre de la Rose Grand-croix de l'ordre de la Rose[8],[9]
Drapeau du Royaume des Deux-Siciles Royaume des Deux-Siciles
Ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges Bailli Grand-croix de justice de l'ordre sacré et militaire constantinien de Saint-Georges[8]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Précisons ici que la maison de Ligne est assimilée par ces monarchistes à une famille souveraine, ce qui n'est pas le cas des familles des épouses des frères d'Antoine.
  2. Il faut cependant souligner que, pour les monarchistes brésiliens partisans de la branche de Vassouras, le prétendant au trône était effectivement en désaccord avec toutes les unions des membres de sa Maison contractées avec des personnes de « rang inégal ». Mais l'article 120 de l'ancienne constitution impériale ne prévoyait que le cas du mariage de la princesse héritière (c'est-à-dire en l'absence d'héritier mâle), ce qui ne concerne pas les frères d'Antônio de Orléans e Bragança.
  3. http://www.ibem.org/arquivos/outros/artigo_3.pdf
  4. Article du Nouvel Observateur : La disparition de l'avion d'Air France, heure par heure
  5. Annonce de sa disparition sur le site de la branche de Vassouras
  6. Voir les pages (en portugais) al.rs.gov.br et www1.an.com.br.
  7. Voir cet article de la Tribuna do Brasil.
  8. a b c et d « Brazil5 », sur www.royalark.net (consulté le 8 mai 2019)
  9. « Le prince Antônio portant les insignes de l'ordre de la Rose »