Amílcar Cabral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cabral.
Amílcar Cabral
Stamps of Germany (DDR) 1978, MiNr 2293.jpg

Timbre à l'effigie d'Amilcar Cabral (RDA).

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
ConakryVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Lieu de travail
Casa dos Estudantes do Império (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Distinction
Order of the Companions of O. R. Tambo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Amílcar Lopes da Costa Cabral (), Abel Djassi de son pseudonyme, est un homme politique de Guinée-Bissau et des Îles du Cap-Vert. Il est le fondateur du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, PAIGC (Partido Africano da Independência da Guiné e Cabo Verde), qui amena à l'indépendance ces deux États colonisés par le Portugal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Amílcar Cabral est né en 1924 à Bafatá, en Guinée portugaise actuelle Guinée-Bissau, de père et mère capverdiens[1]. Alors que des famines successives provoquent 50 000 morts entre 1941 et 1948 au Cap-Vert[2], il choisit de s'orienter vers l'agronomie et part étudier à Lisbonne où il demeure jusqu'en 1952.

Il y côtoie des militants de la libération des colonies africaines de l'empire colonial portugais. Certains de ces militants deviendront des meneurs de la lutte indépendantiste en Afrique lusophone, occidentale et australe, tels Mário Pinto de Andrade, Agostinho Neto, Viriato da Cruz (qui deviendra le Premier secrétaire du MPLA) tous les trois en Angola, Eduardo Mondlane (fondateur du Frelimo, Mozambique), Marcelino dos Santos et Vasco Cabral. Ils créent ensemble clandestinement le Centro de Estudos Africanos pour promouvoir la culture des peuples noirs colonisés et obtiennent par l’intermédiaire du Parti communiste portugais (également clandestin) des ouvrages jugés « subversifs », anticolonialistes ou révolutionnaires, censurés par le régime de Salazar[3].

De retour en Guinée-Bissau comme agronome, il est chargé du recensement agricole et parcourt pour ce faire la Guinée pendant deux ans. En 1954, il tente d'organiser sous couvert d'activités culturelles et sportives une organisation politique nationaliste à Bissau. Découverte par les autorités coloniales, l'association est interdite et Cabral expulsé de Guinée. Pendant les quatre années qui suivent, de 1954 à 1958, il travaille pour plusieurs compagnies agricoles, ce qui lui permet d'effectuer de longues missions en Angola[3]. Il s’intéresse particulièrement à la négritude tout en cherchant à dépasser les clivages ethniques entre les peuples d'Afrique, et développe également sa propre analyse du marxisme afin de l'adapter aux conditions africaines[2].

Fondation du PAIGC et lutte pour l'indépendance[modifier | modifier le code]

En 1956, étant autorisé à revenir en Guinée une fois par an, il fonde avec Luís Cabral, son demi-frère (futur président de la République de Guinée-Bissau), Aristides Pereira (futur président de la République du Cap-Vert), Abilio Duarte (futur ministre et président de l’Assemblée nationale du Cap-Vert), et Elisée Turpin le PAIGC (Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et des iles du Cap-vert), organisation alors clandestine dont il est désigné secrétaire général.

En 1961, il est présent au Caire pour la troisième Conférence des peuples africains où il insiste, reprenant la formule de Lénine, sur la nécessité de « l'analyse concrète de chaque situation concrète » pour repousser le colonialisme, soit s'adapter aux réalités de chaque pays plutôt que de chercher de reproduire à l'identique une lutte anticoloniale menée dans un autre pays. Il effectue dans les mois et années qui suivent une analyse détaillée des « divisions et contradictions » des sociétés guinéenne et cap-verdienne, de façon à comprendre quels groupes sociaux sont les plus à mêmes de soutenir la lutte contre le colonialisme[3].

Après avoir cherché sans succès une issue pacifique au statut colonial de la Guinée et des iles du Cap-vert, le PAIGC s'oriente en 1963 vers la lutte armée et se bat contre l'armée portugaise sur plusieurs fronts à partir des pays voisins, la Guinée Conakry et la Casamance, province du Sénégal. Il parvient peu à peu à gagner du terrain, contrôlant 50 % du territoire en 1966 et 70 % à partir de 1968. et met en place de nouvelles structures politico-administratives dans ces régions. Pour Cabral, ces régions doivent être des lieux de transformation sociale sans attendre l'indépendance : « La dynamique de la lutte exige la pratique de la démocratie, de la critique et de l'autocritique, la participation croissante de la population à la gestion de leur vie, l'alphabétisation, la création d'écoles et de services sanitaires, la formation de cadres issues des milieux paysans et ouvriers, et bien d'autres réalisation qui impliquent une véritable marche forcée de la société sur la route du progrès culturel. Cela montre que la lutte de libération n'est pas qu'un fait culturel, elle est aussi un facteur culturel »[3].

Parallèlement, il déploie une activité diplomatique très intense pour faire connaître son mouvement et en légitimer l’action auprès de la communauté internationale. En 1972, les Nations unies finissent par considérer le PAIGC comme « véritable et légitime représentant des peuples de la Guinée et du Cap-Vert ». Amílcar Cabral est assassiné le à Conakry par des membres de la branche militaire du parti, en relation avec des agents des autorités portugaises[4], six mois seulement avant l’indépendance de la Guinée-Bissau[5]. Amilcar Cabral ne verra donc jamais la reconnaissance de l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert par le Portugal, le , cause pour laquelle il a combattu pendant plus de vingt ans.

Postérité[modifier | modifier le code]

Une compétition de football, la Coupe Amílcar Cabral, porte son nom.

Plusieurs lycées portent également son nom : le lycée technique Amílcar-Cabral à Ouagadougou au Burkina Faso, le lycée agricole Amílcar-Cabral (LAAC) à Brazzaville au Congo, le collège CEMT Amilcar Cabral de Ziguinchor au Sénégal, le lycée Amílcar-Cabral (LACM) à Mamou en Guinée, le lycée Amílcar-Cabral (LACM) à Macenta en Guinée, l'école primaire Amílcar-Cabral à la Minière, dans la commune de Dixinn (Conakry, Guinée). Le lycée (cycle secondaire) Amilcar Cabral (à Assomada, au Cap-Vert) porte également son nom.

Un aéroport à Sal au Cap-Vert porte son nom, l'aéroport international Amílcar Cabral (Aeroporto Internacional Amílcar Cabral).

Plusieurs voies portent son nom : un boulevard à Fort-de-France en Martinique, une rue à Kaolack au Sénégal, un boulevard à Alger en Algérie, une avenue à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) en France et une place Amilcar-Cabral à Fameck, une ville de Moselle (Lorraine).

Citation[modifier | modifier le code]

« Les chrétiens vont au Vatican, les musulmans à la Mecque et les révolutionnaires à Alger[6]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Enciclopédia Larousse (Vol.4) pág. 1299 (ISBN 978-972-759-924-0)
  2. a et b « Un intellectuel visionnaire », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne)
  3. a, b, c et d Saïd Bouamama, Figures de la révolution africaine, La Découverte, , p. 253-270
  4. (en) « Amilcar Lopes Cabral | Guinean politician », Encyclopedia Britannica,‎ (lire en ligne)
  5. Tigrane Yégavian, « Guiné-Bissau : un narco-État ? », Conflits, no 12, janv.-mars 2017, p. 17-19
  6. http://www.jeuneafrique.com/384772/politique/hommage-dix-citations-de-amilcar-cabral-liberation-de-lafrique/

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]