Albert Cahuet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albert Cahuet
Nom de naissance Albert-Camille-Jean Cahuet
Naissance
Brive-la-Gaillarde Drapeau de la France France
Décès (à 64 ans)
Lyon Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Pontcarral (1937)

Albert-Camille-Jean Cahuet, dit « Albéric Cahuet », né le à Brive-la-Gaillarde et mort à Lyon le , est un journaliste et écrivain français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendant d'une vieille famille périgourdine, fils de Jean Cahuet, comptable à la compagnie des chemins de fer d'Orléans, Cahuet passa son enfance à Brive-la-Gaillarde où une rue porte son nom. Il fit de bonnes études au collège Cabanis qui lui permirent d'obtenir une bourse d'État pour poursuivre des études secondaires au lycée de Périgueux. En 1895, il s'inscrivit à la faculté de Bordeaux où il étudia le droit mais aussi commença à écrire des pièces, des critiques littéraires et à donner des conférences comme au théâtre d'Ussel, le 21 août 1897 sur « L'action sociale du félibrige ».

De 1898 à 1899, il accomplît ses obligations militaires au 14e R. I. de Brive puis, de 1899 à 1902, il séjourna à Paris où il participa à la vie intellectuelle en écrivant dans Gil Blas et l'Écho de Paris. Dès 1898, il écrivait des pièces : en 1900 La Sieste et Noël d'amour qui fut dédiée à l'épouse de Marc Sangnier, un de ses amis qui devint directeur du Sillon la même année.

Le 21 juin 1902, il soutint sa thèse de doctorat La Liberté du théâtre en France et à l'étranger à la faculté de droit de l'Université de Paris. Malgré le tumulte que provoqua sa prise à partie de la censure, il obtint le titre de docteur en droit et s'inscrivit au barreau de Paris.

En 1903, la revue Lemouzi publia un de ses comptes rendus et l'année suivante, grâce à l'appui de Henri de Noussanne, un compatriote limousin qui écrivait dans L'Illustration, son article La Question d'Orient dans l'histoire contemporaine fut publié. L'année suivante, l'Écho de Paris publia en feuilleton La Corbeille d'argent et, petit à petit engagé dans l'écriture, Albéric Cahuet délaissera sa carrière d'avocat tout en continuant à s'intéresser à l'actualité judiciaire qu'il commenta avec l'affaire Steinheil et ultérieurement, en 1914, l'affaire Caillaux.

En 1907, Henri de Noussanne lui permit de devenir rédacteur à L'Illustration où il devint secrétaire de rédaction.

À partir de 1908, année où il épousa Marie Petit et où, en juin, il fut admis au sein de la Société des gens de lettres, chaque semaine il rédigeait une série de critiques littéraires sur les dernières parutions dans sa chronique Les livres et les écrivains. Il participa aussi aux publications de la Petite illustration qui publia plusieurs de ses œuvres. Associé avec Gaston Sorbets et Louis Bénière, il écrivit la pièce Le Roi s'ennuie qui eut trois-cents représentations au théâtre Antoine en 1909.

Il continua à écrire des biographies, des articles historiques sur Napoléon notamment. Peu avant la Grande Guerre, il mena une campagne de presse contre l'abandon dans lequel étaient laissées la maison de l'Empereur et sa tombe à Longwood.

En 1914, mobilisé, il dut quitter L'Illustration et fut affecté à l'intendance militaire comme officier d'état-major. Son dévouement et son zèle furent cités à l'ordre de la 6e division de cavalerie. À la fin de la guerre, de 1918 au début de l'année 1919, sa pièce Les Roses rouges écrite avec Gaston Sorbets fut jouée au Théâtre de l'Odéon.

Le 1er février 1919, démobilisé, il reprit sa place au siège de L'Illustration, au 13 de la rue Saint-Georges, dans le IXe arrondissement de Paris avec davantage de responsabilités au sein de la rédaction. Ceci lui donna un travail énorme : lire six cents livres par an et recevoir dix mille lettres si l'on en croit l'article de Jean Paul Duquesnoy : Un homme de lettres : Albéric Cahuet (1877-1942), publié par la revue Lemouzi no 192 du 2e trimestre 2009.

Ses qualités et sa valeur lui valurent d'être nommé directeur littéraire. Ces responsabilités ne l'empêchèrent pas d'écrire des critiques, mais aussi de collaborer à L'Écho de Paris, au Temps, au Figaro, au New York Herald, à la Revue de France, à La Ruche Corrézienne.

En 1921, élu vice-président de la Société des gens de lettres à laquelle il appartenait depuis treize ans, on le chargea d'établir un projet de statut des écrivains. Il semble qu'en 1935 Albéric Cahuet ait songé à poser sa candidature à l'Académie française, mais la déclaration de guerre en septembre 1939 relégua ce projet au second plan et il continua son activité à L'Illustration qui ne fut pas ralentie si l'on en juge par la liste des contributions qui suit cette « biographie ».

En 1940, il abandonna son appartement de Passy et suivit la rédaction de L'Illustration qui le fit passer par Tours, Bordeaux, Clermont-Ferrand et finalement Lyon, au 87 cours Gambetta. Il ne put se retirer en Dordogne : il passa donc ses derniers jours dans la capitale des Gaules où à la Foire de Lyon, du 25 septembre au 5 octobre 1941, au stand du journal, il accueillit le maréchal Pétain.

Le 31 janvier 1942, il meurt brutalement à sa table de travail. Son épouse, Marie née Petit, mourra en 1959 et leur fils, le docteur Robert Cahuet, fera transférer, en 1980, leurs restes du cimetière de Lyon à celui de Cénac près de Fondaumier, dans la région de Sarlat, où se trouve la gentilhommière où il avait passé son enfance, ses vacances et où il avait écrit Le Missel d'amour » et Pontcarral.

Pontcarral[modifier | modifier le code]

Albert Cahuet reste surtout célèbre comme l'auteur de Pontcarral paru en 1937 et qui connut un certain engouement à la suite de son adaptation à l'écran : le 15 août 1942, les lecteurs de L'Illustration furent prévenus du tournage de Pontcarral, colonel d'Empire par un article de Bernard Zimmer, réalisateur du film avec Jean Delannoy. À sa sortie, le 30 novembre 1942 à Angoulême et le 11 décembre de la même année à Paris, le film, malgré la tonalité pétainiste des écrits d'Albert Cahuet, fut perçu comme un appel à la résistance[1].

Œuvre d'Albert Cahuet[modifier | modifier le code]

Inventaire des écrits disponibles à la vente en ligne :

  • De plus on peut trouver ses articles critiques dans la rubrique Les livres et les écrivains dans les numéros de L'Illustration du 1/3/1924, du 8/3/1924, du 29/3/1924, du 14/6/1924, du 21/6/1924, du 7/1/1933, du 4/2/1933, du 4/3/1933, du 11/3/1933, du 18/3/1933, du 8/4/1933, du 21/4/1933, du 29/4/1933, du 6/5/1933, du 20/5/1933, du 17/6/1933, du 24/6/1933, du 19/8/1933, du 2/9/1933, du 9/9/1933, du 16/9/1933, du 23/9/1933, du 30/9/1933, du 4/11/1933, du 25/11/1933, du 9/12/1933, du 8/6/1935, du 15/6/1935, du 22/6/1935, du 13/7/1935, du 27/7/1935, du 24/8/1935, du 31/8/1935, du 11/1/1936, du 1/2/1936, du 21/3/1936, du 28/3/1936, du 4/4/1936, du 11/4/1936, du 18/4/1936, du 30/5/1936, du 6/6/1936, du 20/6/1936, du 4/7/1936, du 11/7/1936, du 18/7/1936, du 25/7/1936, du 1/8/1936, du 22/8/1936, du 29/8/1936, du 19/9/1936, du 10/10/1936, du 17/10/1936, du 31/10/1936, du 2/4/1938, du 9/4/1938, du 18/6/1938, du 6/8/1938, du 12/11/1938, du 7/6/1941, du 30/8/1941, du 1/11/1941, du 7/2/1942, etc.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications sur Albert Cahuet[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Duquesnoy, Un homme de lettres : Albéric Cahuet(1877-1942), article publié dans la revue Lemouzi du 2e trimestre 2009, p. 53-61.

Sources[modifier | modifier le code]

Pour la biographie dans cet article :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tonalité pétainiste peut-être mais les deux citations suivantes - en espérant qu'on puisse en trouver d'autres - montrent qu'il n'avait aucune admiration pour Hitler : dans L'Illustration du 27 avril 1940, sous le titre « L'Amérique, espace vital du Reich », il écrit : « Hitler, le visionnaire de Mein Kampf, le délirant tragique, ennemi méprisant de toute liberté » ; et dans L'Illustration du 6 août 1938, dans l'article « Les livres et les écrivains » on peut lire : « Si l'on regarde l'histoire des raisons qui firent triompher les dictatures, action, prestige, dynamisme d'un homme, sont aussi à la longue la cause de leur déclin. »
  2. Voir un extrait du roman Les amants du lac sur le blog de Consensus - France.