Agatsuma-gawa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Rivière Agatsuma
(japonais : 吾妻川)
Illustration
Rivière Agatsuma dans le district d'Agatsuma
Caractéristiques
Longueur 76,22 km
Bassin 1 352,1 km2
Bassin collecteur Fleuve Tone
Cours
Source Col du Torii (鳥居峠)
· Altitude 1 362 m
· Coordonnées 36° 29′ 25″ N, 138° 23′ 49″ E
Confluence Fleuve Tone
· Localisation Shibukawa, Kantō, Japon
· Coordonnées 36° 30′ 00″ N, 139° 00′ 58″ E
Géographie
Pays traversés Japon
Préfectures préfecture de Gunma
Régions traversées région de Kantō

La rivière Agatsuma (吾妻川, Agatsuma-gawa?) est un cours d'eau de la région de Kantō au Japon. Elle est longue de 76,22 km et draine une surface de 1 352,1 km2. Située entièrement dans la préfecture de Gunma, elle est l’un des principaux affluents du fleuve Tone.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière prend sa source au col du Torii (1362 m d’altitude), à la limite des préfectures de Gunma et de Nagano. Elle rassemble les affluents du mont Asama et du mont Kusatsu-Shirane et se jette dans le fleuve Tone dans la ville de Shibukawa. La partie centrale du cours de la rivière est connue pour sa beauté notamment lorsqu’elle traverse les gorges de l'Agatsuma.

Transports[modifier | modifier le code]

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La ligne Agatsuma de la East Japan Railway Company longe la rivière à partir de la station Shibukawa à l’est jusqu’à la gare de Omae (terminus) à l’ouest.

Routes[modifier | modifier le code]

La rivière peut être longée au moyen de trois routes nationales : la route nationale 353 (à l’est), la route nationale 145 (au milieu) et la route nationale 144 (à l’ouest).

Projet de barrage[modifier | modifier le code]

La construction du barrage de Yamba était prévue pour 2015[1]. Le projet devait engloutir 316 hectares dont la cité thermale de Kawarayu Onsen provoquant le déplacement de plus de 400 foyers. Les détracteurs du projet ont opposé une « assise géologique douteuse », le risque de fragilisation du béton par les éléments acides provenant des sources chaudes en amont, la présence d’un volcan actif à proximité. Le projet fut abandonné en 2009.

Références[modifier | modifier le code]