Affaire des viols collectifs de Rotherham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Affaire des viols collectifs de Rotherham
Le centre-ville de Rotherham
Le centre-ville de Rotherham

Nature du crime viol, proxénétisme
Pays de lieu du crime Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Ville Rotherham
Date du crime à
Nombre de victimes Au moins 1 400
Jugement
Statut Affaire jugée
Tribunal Sheffield Crown Court
Date du jugement novembre 2010, février 2016, octobre 2016, janvier 2017

L'affaire des viols collectifs de Rotherham désigne un ensemble de crimes sexuels commis de la fin des années 1980 au début des années 2010, à Rotherham, une ville du Yorkshire du Sud, dans le Nord de l'Angleterre. Elle est considérée comme le plus grand scandale de la protection de l’enfance dans l’histoire du Royaume-Uni. Dès le début des années 1990, des soupçons d’exploitation sexuelle d'enfants sont émis par des gestionnaires de foyers d'enfants de Rotherham. Depuis au moins , de multiples rapports indiquant les noms d’auteurs présumés d’abus sexuels sur mineurs sont transmis à la police et au conseil du district métropolitain de Rotherham. Une première condamnation tombe en  : cinq hommes britanniques d'origine pakistanaise sont reconnus coupables d'agressions sexuelles sur des filles de 12 à 16 ans. À partir de , les crimes sexuels commis à Rotherham et l’incurie des autorités locales commencent à faire l’objet d’articles du quotidien The Times. L’ouverture, en , du procès d’un réseau pédophile à Rochdale amplifie leur couverture médiatique. La Chambre des communes est alertée, et le conseil du district de Rotherham commande une enquête indépendante. Le rapport qui en résulte, publié en , conclut qu'entre 1997 et 2013, à Rotherham, au moins 1 400 enfants ont été victimes de viols ou de violence physique commis par des Britanniques majoritairement d'origine pakistanaise.

En 2014, le président du conseil de district de Rotherham, son directeur des services à l'enfance et le commissaire de police du Yorkshire du Sud démissionnent. En , un rapport du gouvernement britannique, dénonce le sexisme du conseil de district de Rotherham, sa culture de l’intimidation, et son déni obstiné des faits. Ses recommandations entraînent la dissolution du conseil. À Rotherham, de nouvelles enquêtes policières conduisent à de nouvelles arrestations et condamnations pour crimes à caractère sexuel.


Contexte[modifier | modifier le code]

De la fin des années 1990 au début des années 2010, dans des villes d'Angleterre, plus de 2 400 enfants ont été abusés sexuellement, parfois torturés, parfois prostitués, par des bandes criminelles organisées ou des groupes informels d'hommes[1],[2]. En 2011, une première série d'agressions sexuelles est rendue publique par la presse[3]. Des enquêtes, conduites par des associations caritatives, puis le gouvernement britannique, ont permis d'éclaircir les faits, soulignant notamment l'incurie des services sociaux et de la police locale, et de prendre des mesures appropriées pour assurer la protection des enfants[1],[4]. Dans certains cas, l'exploitation de mineurs durait depuis plus de 15 ans[5]. L'appartenance ethnique et les origines culturelles des victimes, et, surtout, celles des criminels, ont focalisé l'attention des médias et de l'opinion publique dans tout le pays[6],[2],[7].

Premières alertes[modifier | modifier le code]

Les premiers rapports concernant le rabattage localisé à Rotherham datent du début des années , lorsque plusieurs gestionnaires de foyers d'enfants se réunissent pour partager leurs connaissances concernant les taxis et autres voitures prenant en charge des enfants sous leur responsabilité. Les chauffeurs de taxis étaient des Britanniques d'origine asiatique. La police a apparemment refusé d'intervenir[8],[9],[10].

Projet « Risky Business »[modifier | modifier le code]

Jayne Senior, membre de Risky Business, décorée de l'Ordre de l'Empire britannique en 2016 pour son travail.

En 1997, le Conseil de Rotherham crée un projet à destination de la jeunesse de la ville, Risky Business, pour travailler avec des filles et des femmes âgées de onze à vingt-cinq ans, la tranche de population considérée comme la plus exposée aux abus sexuels de rue[11],[12]. Le projet a principalement suivi des jeunes filles blanches : sur 268 participantes au projet qui a lieu de à , 244 étaient blanches, vingt-deux étaient d'origine asiatique et deux étaient noires[13],[14]. C'est en que Jayne Senior commence à travailler pour le projet en tant que coordonnatrice[15]. En 2016, elle devient membre de l'Ordre de l'Empire britannique pour son rôle de lanceuse d'alerte concernant les abus sexuels à Rotherham[16].

Senior découvre les premières preuves de ce qui semble être un réseau local de pédophilie par rabattage de rue aux alentours de 2001. La plupart des personnes suivies par Risky Business venaient de Sheffield, dont l'un des quartiers est voué à la prostitution. Mais au fil du temps, le public concerné est plus jeune et vient de Rotherham. Certaines filles de seulement dix ans sont piégées par des amies, parfois du même âge, afin d'être livrées à des hommes adultes qui les violent et deviennent leur « petit-ami ». La plupart de ces filles viennent de familles en difficulté. Les enfants reçoivent de l'alcool et des drogues, puis le réseau exige qu'elles remboursent leurs « dettes » en ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes. Les instigateurs collectent les informations personnelles concernant les filles et leurs familles (le lieu de travail des parents par exemple) pour menacer leurs victimes en cas de résistance. Les fenêtres des demeures familiales sont brisées, des menaces de viol sont proférées à l'encontre des mères ou des sœurs. Ainsi, les victimes du réseau sont conditionnées pour penser que le seul moyen de protéger leurs familles est la coopération[17],[18],[note 1].

Une jeune fille, violée à plusieurs reprises entre treize et quinze ans et ayant attiré l'attention de Risky Buisness, était persuadée que sa mère serait la prochaine victime : « Ils avaient l'habitude de suivre ma mère parce qu'ils savaient quand et à quelle heure elle faisait habituellement ses courses et où elle allait » « They used to follow my mum because they used to know when she went shopping, what time she had been shopping, where she had gone »[18],[19]. Une jeune femme de quinze ans a été prévenue qu'elle n'était qu'à « une balle » de mourir[20]. Des filles sont arrosées d'essence et menacées de mort[21]. Une autre fille de quinze ans a été battue avec un marteau jusqu'à perdre conscience après avoir dit à son proxénète qu'elle était enceinte et ne savait pas qui était le père[22]. La mère d'une fillette de douze ans avec un « petit ami » âgé de vingt-quatre ans a invité les violeurs dans la maison familiale pour que sa fille prodigue des fellations à ces hommes en échange de dix cigarettes[20].

Selon Jayne Senior, Risky Business finit par accumuler tant d'informations sur les crimes et les criminels que la police lui suggéra de les transférer sur un réseau de stockage de données à part (dropbox) nommé « Box Five » sur le réseau informatique de la Police du Yorshire du Sud. Ils assurent que cela permettrait la protection de l'identité des sources de Risky Business[23]. Senior apprendra plus tard que la police ne lira pas les rapports qu'elle y déposera et les autres forces de police n'avaient apparemment pas accès à ce réseau[17],[24].

Les rapports Weir[modifier | modifier le code]

Étude[modifier | modifier le code]

En 2000, Adele Weir (plus tard Gladman), avocate du Yorkshire, est embauchée par le Conseil de Rotherham en tant qu'agent de recherche et de développement. Elle doit contribuer à une étude pilote sur le programme de réduction de la criminalité intitulée Lutte contre la prostitution : ce qui fonctionne[25],[26],[27]. Une partie de l'étude est consacrée aux « jeunes et à la prostitution », trois villes (Bristol, Sheffield et Rotherham) sont mises en évidence dans cette section. Weir est employée pour écrire le rapport sur Rotherham. Une partie de l'objectif de son projet s'intitule : Collecte d'informations et de preuves concernant les hommes impliqués dans le proxénétisme [28],[29].

Les chercheurs de l'Université du Bedforshire, y compris la spécialiste des sciences sociales Margaret Melrose, ont été impliqués en qualité d'évaluateurs du Home Office[30]. Weir est installée dans les bureaux du projet Risky Business, où elle travaille avec Jayne Senior[26],[31],[32],[33]. Weir notifiera qu'elle rencontra « de mauvaises procédures professionnelles dès le début » (« poor professional practice from an early stage »), que cela soit au sein du conseil ou de la police. Les problèmes de protection de l'enfance étaient, à son avis « méconnus, rejetés ou minimisés » (« disregarded, dismissed or minimized ») [32],[34].

Cartographie[modifier | modifier le code]

En réponse à une plainte de la police selon laquelle les preuves de mauvais traitements infligés aux enfants à Rotherham étaient anecdotiques, Weir compile en 2001 des données pour un rapport de dix pages montrant ce qui semblait être un réseau de proxénétisme. Au Comité des affaires intérieures en 2014, elle écrit qu'elle avait trouvé « un petit nombre d'hommes soupçonnés être des criminels et qui étaient bien connus de tous les services de police de Rotherham » (« a small number of suspected abusers who were well known to all significant services in Rotherham »)[35],[36]. En utilisant les données obtenues par Risky Business, les services de santé, les services sociaux, les dossiers de police, un projet pour les sans domicile fixe et les services d'addictologie, le rapport de Weir citait les noms des suspects, les numéros d'immatriculation des voitures utilisées pour transporter les victimes, les liens des suspects avec les entreprises locales et les personnes extérieures, ainsi que les relations entre les suspects et les filles. Des suspects de la famille Hussain considérés comme parmi les meneurs du réseau y étaient nommément désignés et ont été emprisonnés en 2016[37],[38]. Weir a estimé à ce moment-là qu'il y avait 270 victimes[39],[40].

Rapport du bureau de l’intérieur[modifier | modifier le code]

Le rapport de Weir pour le bureau de l'intérieur a relié 54 enfants victimes d'abus sexuels à la famille Hussain à partir d'octobre 2001. Dix-huit filles ont nommé l'un de ces hommes, et l'ont décrit comme leur « petit ami », et plusieurs sont tombées enceintes[41],[42]. L'une des dix-huit filles (âgée de quatorze ans à l'époque) tomba enceinte deux fois. En 2014, elle a déclaré à Panorama que les travailleurs sociaux avaient exprimé leur inquiétude à propos de la présence d'Hussain autour d'un bébé en raison de son passif, mais, selon la victime, aucun travailleur social ne s'est inquiété pour elle. Les travailleurs sociaux ont maintenu que sa relation avec lui était consentante[43]. En février 2016, Arshid Hussain a été reconnu coupable de multiples viols et condamné à trente-cinq ans de prison[44].

Le rapport Weir établit que les membres de la famille sont « soupçonnés être responsables d'une grande partie des crimes violents et du trafic de drogue dans la ville ». Selon le rapport, ils ont utilisé des téléphones portables ne laissant pas de traces, avaient accès à des voitures de luxe, étaient liés à une entreprise de taxis et ont peut-être été impliqués dans des hôtels et des chambres d'hôtes utilisés par les services sociaux pour les logements d'urgence. Plusieurs filles envoyées dans ces hôtels ont signalées avoir reçu des propositions d'argent en échanges de relations sexuelles. D'autres filles ont été approchées dans des gares ferroviaires et routières[14].

Weir a remis son rapport à un inspecteur de police du South Yorkshire. Sa seule réaction fut de répondre que le rapport était « inutile »[45]. Selon le rapport de Jay, un incident fut pour Weir, la « goutte d'eau ». Une victime a décidé de déposer une plainte auprès de la police. Les auteurs ont brisé les fenêtres de ses parents et ont brisé les jambes de son frère pour l'empêcher de signaler les viols. Weir l'a emmenée au poste de police, mais la victime a reçu un SMS de son agresseur indiquant qu'il avait sa sœur de onze ans avec lui, et que c'était « son choix ». Ce qui laisse la victime penser qu'une personne du poste de police a informé ses agresseurs. À la suite de cela, elle a décidé de ne pas poursuivre sa plainte[46].

Avec le consentement de son directeur, Weir a écrit en octobre 2001 à Mike Hedges, le chef de la police du South Yorkshire et à Christine Burbeary, le commandant de district[45],[47]. La lettre a déclaré :

« Je me suis rendu dans de nombreuses associations, les encourageant à transmettre des informations à la police. Leurs réponses ont été identiques : elles ont cessé de transmettre des informations car il s'agit d'une perte de temps. Les parents ont également cessé de faire des rapports sur les personnes disparues, étape nécessaire pour le lancement d'une enquête sur les enlèvements d'enfants, car la réaction de la police est inefficace... Les enfants sont laissés en danger et leurs agresseurs en liberté[48],[49]. »

« I have been visiting agencies, encouraging them to relay information to the police. Their responses have been identical—they have ceased passing on information as they perceive this to be a waste of time. Parents also have ceased to make missing person reports, a precursor to any child abduction investigation, as the police response is often so inappropriate. ... Children are being left at risk and their abusers unapprehended[48],[49]. »

La lettre n'a pas reçu un accueil favorable par le conseil ou la police[50],[51]. Lors d'une réunion au poste de police de Rotherham avec des officiers supérieurs de la police et du conseil, les officiels étaient indignés que Weir ait écrit au chef de la police. Jayne Senior, qui était présent, a déclaré que Weir a subie une « tirade qui a duré je ne sais pas combien de temps[52] ». Selon Weir, à un moment donné, un fonctionnaire l'a mis en garde contre le fait de mentionner les hommes pakistanais :

« Elle a dit que vous ne devriez jamais faire référence une nouvelle fois à cela. Vous ne devez jamais faire référence aux Pakistanais. Et son autre réponse a été de me réserver un cours de deux jours sur l'ethnicité et la diversité pour prendre conscience de la question ethnique[40],[52]. »

« She said you must never refer to that again. You must never refer to Asian men. And her other response was to book me on a two-day ethnicity and diversity course to raise my awareness of ethnic issues[40],[52]. »

Suppression des fichiers[modifier | modifier le code]

À leur demande, Adele Weir a envoyé ses rapports aux membres du bureau de l'intérieur à Bedfordshire en avril 2002. Apparemment, Weir aurait gêné la responsable de Risky Business[53]. Le lundi , quand elle arrive au travail, Weir découvre que, au cours du week-end, ses rapports originaux au Home Office avaient été retirés des classeurs du bureau[note 2].

Weir a déclaré que l'ordinateur du bureau protégé par mot de passe avait également été consulté. Selon les preuves fournies par Weir au Comité des affaires intérieures, des documents avaient été supprimés et quelqu'un avait créé sur l'ordinateur de faux procès-verbaux de réunions auxquelles Weir aurait prétendument assisté, ce qui pourrait faire croire qu'elle acceptait certaines conditions telles que ne pas envoyer de données au Home Office sans le consentement de son supérieur hiérarchique. Weir a déclaré au comité qu'elle n'avait pas accepté ces conditions ou assisté à une telle réunion ; une des réunions avait eu lieu pendant qu'elle était en vacances à l'étranger[54].

Weir fut informée que les services sociaux, la police et le personnel de l'éducation se sont rencontrés pendant le week-end et ont décidé que le personnel de Risky Business « dépassait [ses] rôles »[55]. Weir a été suspendue pour avoir inclus dans son rapport des données provenant de procès-verbaux confidentiels, un « acte irresponsable grave ». Elle a réussi à négocier un retour au travail en démontrant que c'était son manager qui avait transmis ces procès-verbaux au Home Office[47]. Weir apprit qu'elle n'aurait plus accès aux données de Risky Business, aux réunions ou aux victimes. En juin 2002, elle a été invitée à modifier son rapport pour « anonymiser les personnes et les institutions et inclure uniquement les faits et les preuves qu'elle pouvait justifier[55]. Le rapport Jay a statué que le secret entourant le rapport et le traitement de Weir est « profondément troublant » (« deeply troubling »): « Si les adultes concernés avaient accordé plus d'attention au contenu du rapport, on aurait pu faire plus pour aider les enfants qui étaient exploités violemment et abusés » (« If the senior people concerned had paid more attention to the content of the report, more might have been done to help children who were being violently exploited and abused ») [56],[57].

Rapports Heal[modifier | modifier le code]

QG de la police du Yorshire du sud, Snig Hill, Sheffield.

De 2002 à 2007, la police du South Yorkshire a embauché le Dr Angie Heal, analyste stratégique en médicaments, pour mener des recherches sur l'utilisation et l'approvisionnement en drogue dans la région[58]. Situé dans l'unité antidrogue avec deux policiers, Heal a écrit plusieurs rapports au cours de cette période[56],[59].

Rapport de 2002[modifier | modifier le code]

Au cours de ses recherches en 2002 sur l'approvisionnement local en cocaïne et crack, elle a rapidement rencontré des exemples d'abus sexuels organisés et a consulté Jayne Senior de Risky Business et Anne Lucas, responsable du service de protection de l'enfance à Sheffield. Lucas a expliqué qu'une partie du processus d'esclavage était de donner aux enfants des drogues[60].

En 2002, le premier rapport de Heal recommande de s'attaquer aux cercles pédophiles. Si les éléments de preuve nécessaires pour poursuivre les hommes pour les infractions sexuelles manquaient, ils pourraient être poursuivis pour des infractions liées à la drogue en gardant les enfants en sécurité et en retirant les drogues. Heal écrit en 2017 que son rapport avait été largement lu, mais elle « ne pouvait pas croire le manque total d'intérêt » au vu des liens qu'elle avait établis entre le commerce local de drogue et les mauvais traitements infligés aux enfants[60].

Rapport de 2003[modifier | modifier le code]

Heal a décidé de continuer à faire des recherches sur le problème et a inclus l'exploitation sexuelle des enfants dans ses réunions semestrielles. Alors que Heal préparait son deuxième rapport : l'Exploitation sexuelle, l'utilisation de drogues et le traitement des addictions : situation actuelle dans le sud du Yorkshire (2003), Jayne Senior lui transmet en secret le rapport d'Adele Weir de 2002. Heal a écrit qu'elle avait vraiment eu peur après l'avoir lu, compte tenu du niveau de détail, du manque d'intérêt et de l'exclusion de Weir[61].

En 2003, le rapport de Heal note que Rotherham a un « nombre important de filles et quelques garçons qui sont exploités sexuellement » (« significant number of girls and some boys who are being sexually exploited »); que les victimes étaient violées, enlevées et soumises à d'autres violences ; qu'un nombre significatif de filles étaient tombées enceintes et en dépression, que certaines étaient en colère et risquaient de se suicider. Risky Business avait identifié quatre des auteurs en tant que frères[62],[63]. Heal a créé deux versions de son rapport. L'une était destinée à une distribution plus large parmi les fonctionnaires. Le deuxième, uniquement pour la seule police, contenait le nom des auteurs (obtenus auprès de Risky Business)[64],[65].

Rapport de 2006[modifier | modifier le code]

En 2005, un nouveau département des services aux enfants et aux jeunes a été créé, avec le conseiller Shaun Wright nommé membre du cabinet pour le département[66] et, en mars 2006, une conférence a eu lieu à Rotherham (Tout enfant a de l'importance, mais le savent-ils ?) pour discuter de l'exploitation sexuelle des enfants[67]. Le troisième rapport de Heal, Violence et crimes par armes à feu : Liens avec l'exploitation sexuelle, la prostitution et les marchés de drogues dans le South Yorkshire (2006), note que la situation se poursuit et implique « la violence systématique physique et sexuelle contre les jeunes femmes » (« systematic physical and sexual violence against young women ». Les victimes ont été vendues dans d'autres villes et la violence utilisée était « très importante ». Lorsque des filles ont protesté, les auteurs ont menacé d'impliquer les jeunes sœurs, la famille ou leurs amies[68]. Il y avait également eu une augmentation des rapports sur les auteurs d'agression par arme à feu[69].

Heal écrit que les filles blanches étaient les principales victimes ciblées à partir de l'âge de 11 ans, l'âge moyen étant de 12 à 13 ans. Quelques filles d'origine asiatique ont également été agressées, mais leur abus a été caché. Les agresseurs quant à eux étaient majoritairement d'origine pakistanaise. Heal écrit que plusieurs agents s'occupant de la question ont estimé que l'appartenance ethnique des auteurs empêchait un traitement de ces crimes[70],[71]. Un travailleur a déclaré que les chauffeurs de taxi d'origine pakistanaise à Rotherham sont impliqués depuis 30 ans dans ce type de crime. Mais dans les années 1970, les crimes n'étaient pas organisés. Heal a ajouté qu'une campagne de publicité de grande envergure était en cours sur le trafic de femmes d'Europe de l'Est, avec des affiches à l'aéroport de Doncaster Sheffield, alors que la question du trafic local « semble être largement ignorée»[72]. Le rapport recommande : « Il faudrait insister davantage sur la lutte contre les agresseurs plutôt que sur les abus » (« More emphasis should be placed on tackling the abusers, rather than the abused ») [72].

Heal a envoyé son rapport de 2006 à toutes les personnes impliquées dans le Rotherham Drugs Partnership[67], et au commandant du district de la police du South Yorkshire et aux principaux surintendants[11],[66]. Peu de temps après, selon le rapport de Jay, le financement de Risky Business a été augmenté et le Conseil de protection des enfants du Conseil a approuvé un « Plan d'action pour répondre à l'exploitation sexuelle des enfants et des jeunes à Rotherham » [67].

À ce moment, Heal compris qu'elle était mise à l'écart. L'unité antidrogue a été dissoute et on lui a dit que plusieurs agents de son département n'étaient pas favorables à son travail. Étant donné qu'elle signalait le viol d'enfants, elle écrit que le manque de soutien « ne manquera jamais de l'étonner et de l'attrister » (« will never fail to astonish and sadden »). Elle a décidé de quitter la police de South Yorkshire en mars 2007. Ses rapports de 2003 et 2006 ont été publiés par la police de South Yorkshire en mai 2015 à la suite d'une demande de la Freedom of Information Act[62],[73],[74].

Condamnation en 2007[modifier | modifier le code]

En un homme ayant agressé seul « plus de 80 garçons et jeunes hommes » est condamné.

Procès de 2010 : Opération Centrale[modifier | modifier le code]

En 2008, la police du South Yorkshire a mis en place « l'opération centrale » pour enquêter sur l'avalanche de preuves[51]. À la suite de cette opération, huit hommes ont été jugés à Sheffield Crown Court en octobre 2010 pour des infractions sexuelles contre des filles de 12 à 16 ans. Quatre des victimes ont témoigné[75]. Cinq hommes ont été condamnés, dont deux frères et un cousin[76],[77]. L'un des frères, Razwan Razaq, avait déjà été condamné pour avoir agressé une jeune fille dans sa voiture et avait violé un précédent ordre de prévention des infractions sexuelles. Son frère Umar a fait appel de sa peine et a été libéré après neuf mois[78]. Tous les cinq ont été placés sur le registre des délinquants sexuels[79].

Nom Âge Crime Peine
Razwan Razaq 30 Pédophilie 11 ans
Umar Razaq 24 Pédophilie 4 ans, 6 mois, réduite en appel
Zafran Ramzan 21 Viol, Pédophilie 9 ans
Mohsin Khan 21 Pédophilie 4 ans
Adil Hussain 20 Pédophilie 4 ans

L'enquête du Times[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Andrew Norfolk journaliste de The Times a d'abord écrit sur les abus sexuels en 2003, après avoir déménagé de Londres à Leeds, lorsqu'il a écrit une brève histoire sur un réseau pédophile à Keighley. Ann Cryer, député de Keighley, s'est plaint que les hommes d'origine pakistanaise s'en prennent aux adolescentes en dehors des écoles, tandis que les parents ont allégué que la police et les services sociaux refusaient d'agir. Jusqu'en 2010, Norfolk a entendu parler de procès dans le nord de l'Angleterre et les Midlands signalant un modèle similaire. Des groupes d'hommes pakistanais flattaient les jeunes filles dans les lieux publics, leur offrant de l'alcool, des cigarettes et des balades en voiture. Un homme devient ensuite le « petit ami », et bientôt les filles devaient faire l'amour avec l'ensemble du groupe, y compris des contacts hors de la ville. Norfolk écrit que la plupart des délinquants sexuels au Royaume-Uni sont des hommes blancs et des délinquants isolés. Ces cas étaient distinctifs parce que la plupart des hommes étaient musulmans et travaillaient en groupe[80],[81].

Les dossiers de la cour ont mis en évidence 17 cas d'abus sexuels localisés dans 13 villes du nord de l'Angleterre, où 56 hommes ont été reconnus coupables d'abus sexuels sur des filles de 11 à 16 ans. Les cas impliquaient deux ou plusieurs hommes qui avaient piégé des jeunes filles rencontrées dans la rue. Plusieurs cas ressemblaient à Rotherham. Sur les 56, 53 étaient asiatiques, 50 musulmans (majoritairement d'origine pakistanaise) et trois blancs[82],[83]. Norfolk a interviewé deux des familles touchées et, en janvier 2011, la première d'une série d'histoires est apparue sur quatre pages dans The Times, accompagnée d'un éditorial intitulé « Révélation : conspiration passée sous silence sur les gangs sexuels britanniques »[84],[85],[86],[87]. En 2013, Norfolk a déclaré au Comité des affaires intérieures que le personnel du conseil et les policiers l'appelaient pour le remercier. Un directeur des services à l'enfance lui a dit : « Mon personnel est heureux aujourd'hui parce que finalement quelqu'un a dit ce que nous n'avons pas pu dire[88],[89] ».

Meurtre de Laura Wilson[modifier | modifier le code]

En 2012, le Conseil de Rotherham a demandé à la Haute Cour d'obtenir une injonction visant à empêcher Norfolk de publier une version d'un examen de cas critique écrit après le meurtre d'une fille locale, Laura Wilson[90],[91].

Connue dans le rapport en tant que « Enfant S », Wilson avait 17 ans en octobre 2010 quand elle a été poignardée 40 fois et jetée dans le canal par son ex-petit ami de 17 ans, Ashtiaq Asghar. La police a qualifié cet acte de crime d'honneur[92],[93],[note 3]. Elle avait eu un bébé quatre mois plus tôt d'un homme marié de 21 ans. Les familles des hommes, d'origine pakistanaise, n'avaient apparemment pas connaissance des relations et de l'existence de l'enfant. Fatiguée de vivre dans le secret, Wilson décida de leur dire. Quelques jours plus tard, l'ex-petit-ami l'a assassinée. Les deux hommes ont été jugés. L'homme plus âgé a été acquitté, et Asghar a été condamné à 17 ans et six mois de prison[94],[95].

Évaluée comme ayant un QI très faible de 56[96], Wilson avait été la cible d'abus à partir de l'âge de 11 ans. Le conseil l'avait orientée vers Risky Business trois mois après son onzième anniversaire[97],[98]. À l'âge de 13 ans, Wilson est apparue avec sa famille au Jeremy Kyle Show pour discuter des enfants hors de contrôle[99]. Elle a également été mentionnée lors de l'enquête criminelle de 2009 qui a mené aux cinq premières condamnations pour les faits de Rotherham[98].

Le gouvernement a ordonné que le conseil publie son « cas critique ». Il a été publié avec des passages noircis sur 61 des 144 pages. Norfolk a obtenu une version non censurée et a constaté que le conseil avait caché l'appartenance ethnique (Pakistanaise) des hommes, ainsi que la mention de Wilson lors de l'enquête criminelle de 2009 et l'étendue de l'implication du conseil dans le suivi de Laura Wilson. Michael Gove, alors secrétaire à l'éducation, a accusé le conseil en juin 2012 de retenir « des éléments pertinents et importants » (« relevant and important material »)[100]. Après l'intervention de Gove, le conseil a retiré ses actions en justice, et Norfolk a publié l'histoire sous le titre: Les fonctionnaires ont caché des faits vitaux sur les hommes soupçonnés d'agressions sexuelles.

Septembre 2012[modifier | modifier le code]

Le , Norfolk écrit que les abus sexuels à Rotherham sont beaucoup plus répandus que ce qui a été reconnu et que la police le savait depuis plus d'une décennie[note 4]. Son histoire, Les dossiers de la police révèlent un vaste scandale de protection de l'enfance, repose sur 200 documents divulgués, certains de Jayne Senior, tels que des dossiers et des lettres de la police et des services sociaux. Les documents comprennent le rapport de 2001 d'Adele Weir pour le bureau de l’intérieur, qui reliait 54 enfants maltraités à la famille Hussain, dont 18 avaient appelé Arshid Hussain leur « petit ami »[101]. Les faits qu'ils découvrent font dire au journaliste du Times: « Je n'y croyais pas moi-même. J'avais l'impression que c'était un canular monté par l'extrême droite ! », quand il publie son article il se voit reprocher de « cibler la minorité anglo-pakistanaise »[102].

Les cas mis en évidence par Norfolk comprennent celui d'une jeune fille de 15 ans ayant une bouteille cassée insérée en elle, celui d'une fille de 14 ans détenue dans un appartement et forcée d'avoir des relations sexuelles avec cinq hommes. Ou encore celui d'une fille de 13 ans, « avec des vêtements déchirées », trouvée par la police dans une maison à 3 heures du matin avec un groupe d'hommes qui lui avaient donné de la vodka. Un voisin avait appelé la police après avoir entendu la fille crier. La jeune fille a été arrêtée pour ivresse et désordre, mais les hommes n'ont pas été interrogés[101],[103].

Le journal a cité un rapport de 2010 du bureau de renseignement de la police qui énonce, qu'à l'échelle locale et nationale, et en particulier à Sheffield et à Rotherham, « il semble y avoir un problème important avec les réseaux d'hommes pakistanais exploitant des jeunes femmes blanches ». Les enfants du sud du Yorkshire étaient victimes de la traite à Birmingham, Bradford, Bristol, Dover, Manchester et ailleurs, selon le rapport de la police[104]. Un document du Rotherham's Safeguarding Children Board déclare que les « crimes avaient des caractéristiques culturelles... localement sensibles en termes de diversité » :

« Il existe des sensibilités dues à l'appartenance ethnique susceptibles de mettre en danger l'harmonie des relations communautaires. Un grand soin sera apporté à la rédaction (...) de ce rapport afin de s'assurer que ses résultats tiennent compte des qualités du vivre ensemble à Rotherham. Il est impératif que l'évocation d'un phénomène culturel plus large soit évitée[101]. »

« "There are sensitivities of ethnicity with potential to endanger the harmony of community relationships. Great care will be taken in drafting ...this report to ensure that its findings embrace Rotherham's qualities of diversity. It is imperative that suggestions of a wider cultural phenomenon are avoided"[101]. »

En août 2013, Norfolk a publié l'histoire d'une fille de Rotherham de 15 ans, décrite dans le rapport d'Adele Weir en 2001, qui a été autorisée par les services sociaux à maintenir le contact avec Arshid Hussain, malgré la volonté de ses parents de la protéger de lui. (Hussain, condamné à 35 ans de prison, a été emprisonné en 2016). La jeune fille avait été enceinte deux fois[41]. L'une des personnes qui étaient « conscientes de cette relation », selon le Times, était Jahangir Akhtar, alors chef adjoint du Conseil de Rotherham, qui serait un proche de Hussain[105]. Il a démissionné mais a nié les faits[106]. Akhtar a été l'un des fonctionnaires décrits plus loin dans le rapport Casey comme exerçant une influence considérable sur le conseil et aurait été connu pour avoir clos toute discussion sur les abus sexuels[107]. Peu de temps après la publication de l'histoire du Times, le Conseil de Rotherham a commandé l'enquête Jay[105].

Comité des affaires intérieures[modifier | modifier le code]

Audiences[modifier | modifier le code]

En juin 2012, le Comité des affaires intérieures de la Chambre des communes a commencé à entendre des témoignages sur les abus sexuels, à la suite des condamnations de Rotherham en 2010 (opération centrale), aux articles d'Andrew Norfolk dans le Times et au procès du réseau pédophile de Rochdale (Operation Span) où 12 hommes ont été reconnus coupables d'agressions sexuelles en mai 2012[108]. Le comité a publié son rapport sur l'exploitation sexuelle des enfants et la réponse au rabattage localisé, en juin 2013, avec un suivi en octobre 2014 en réponse au rapport Jay.

En octobre 2012, le comité a critiqué le chef de la police du South Yorkshire, David Crompton, et l'un de ses officiers supérieurs, Philip Etheridge[104]. Le comité a la preuve que trois membres d'une famille liés à des abus sexuels sur 61 filles n'avaient pas été inculpés et qu'aucune mesure n'a été prise lorsqu'un homme de 22 ans a été retrouvé dans une voiture avec une fille de 12 ans (des images indécentes d'elle sur son téléphone). Crompton a déclaré que « l'origine ethnique » n'avait joué aucun rôle dans la poursuite ou non des suspects. Le comité a déclaré qu'ils étaient très concernés, tout comme le public, par le manque d'investigations sur les agressions sexuelles[104].

Keith Vaz, 2007–2016

Lors d'une audience en septembre 2014 pour discuter des faits de Rotherham, le président du comité, Keith Vaz, a déclaré à Crompton que le comité était choqué par l'évidence des faits et qu'il tenait pour responsable la police du South Yorkshire. Interrogé sur un incident dans lequel une enfant de 13 ans (trouvée dans un appartement avec un groupe d'hommes) a été arrêté pour ivresse et désordre, Crompton a déclaré que ce cas serait renvoyé à la Commission indépendante des plaintes contre la police (IPCC)[109].

En janvier 2013, le comité a convoqué le président du conseil d'administration de Rotherham, Martin Kimber, pour expliquer le manque d'arrestations, même si la police de South Yorkshire a déclaré qu'elle menait des enquêtes et que le conseil avait identifié 58 jeunes filles en danger[110]. Vaz a demandé pourquoi, après que cinq hommes pakistanais aient été emprisonnés en 2010, on n'a pas continué : « Au Lancashire, il y a eu 100 poursuites l'année précédente, dans le sud du Yorkshire, il n'y a eu aucune poursuite ». Le conseil s'est excusé pour l'échec systémique qui a détruit les victimes[110].

Rapport d'octobre 2014[modifier | modifier le code]

Le rapport du comité, le 18 octobre 2014, détaille la disparition des dossiers d'Adele Weir contenant les données sur les abus sexuels collectées par risky business en 2002[111],[112]. Les accusations ont été faites lors d'audiences privées. Keith Vaz a déclaré : « La prolifération des révélations sur les dossiers disparus donne lieu à la suspicion publique d'une dissimulation délibérée. La seule façon d'aborder ces questions est une enquête complète, transparente et urgente ». Le rapport prévoyait une nouvelle législation pour permettre d'écarter par un vote de défiance des commissaires de police ou des élus condamnés par la justice[112].

Enquête de Jay[modifier | modifier le code]

Rapport[modifier | modifier le code]

En octobre 2013, le Conseil Rotherham a chargé le professeur Alexis Jay, ancien conseiller principal en matière de travail social auprès du gouvernement écossais, de mener une enquête indépendante sur la gestion des rapports sur l'exploitation sexuelle des enfants depuis 1997[113],[114]. Publié le , le rapport Jay a révélé qu'au moins 1 400 enfants, « estimation prudente », la plupart des filles blanches âgées de 11 à 15 ans, ont été victimes de violence sexuelle à Rotherham entre 1997 et 2013 par des hommes majoritairement pakistanais[note 5],[note 6]. Selon le rapport, des enfants de 11 ans ont été « violés par de multiples personnes, enlevés, prostitués dans d'autres villes d'Angleterre, battus et intimidés »[115],[116],[117].

Les chauffeurs de taxis sont un « fil conducteur », en ramassant des enfants dans un but sexuel devant les écoles et les maisons de soins[118],[119],[120],[note 7]. L'enquête a mis au jour des exemples où « enfants aspergés de pétrole et menacés d'être brûlés, menacés avec des armes ou forcés d'assister à des viols violents, et menacés de subir le même sort s'ils parlaient »[121],[122],[117].

Selon le rapport :

« Une enfant qui était prête à témoigner a reçu un message indiquant que ses agresseurs avaient sa petite sœur et que le choix de ce qui allait lui arriver était à sa charge. À la suite de cette menace, elle a retiré ses déclarations. Au moins deux autres familles ont été terrorisées par des groupes de criminels, restant dans des voitures devant la maison familiale, brisant des fenêtres, faisant des appels téléphoniques abusifs et menaçants. Dans certains cas, les enfants victimes sont retournés auprès de leurs agresseurs en croyant que c'était le seul moyen de protéger leurs parents et leurs frères et sœurs. Dans certains cas, aucun membre de la famille ne croyait que les autorités pouvaient les protéger[121]. »

« One child who was being prepared to give evidence received a text saying the perpetrator had her younger sister and the choice of what happened next was up to her. She withdrew her statements. At least two other families were terrorised by groups of perpetrators, sitting in cars outside the family home, smashing windows, making abusive and threatening phone calls. On some occasions child victims went back to perpetrators in the belief that this was the only way their parents and other children in the family would be safe. In the most extreme cases, no one in the family believed that the authorities could protect them[121]. »

Dans un cas, le frère d'une victime a eu les deux jambes cassés par un violeur, sa sœur ayant tenté d’échapper au gang[123].

Le rapport a noté que de nombreux bébés (environ 100) sont nés à la suite des viols[124]. Il y eut également des fausses couches et des avortements. Plusieurs filles ont pu s'occuper de leurs bébés avec l'aide des services sociaux mais, dans d'autres cas, les bébés ont été enlevés définitivement, causant de nouveaux traumatismes à la mère[125]. Sarah Champion, qui en 2012 a succédé à Dennis MacShane en tant que député travailliste de Rotherham, a déclaré « que cela incitait a ne pas considérer ces enfants comme des victimes[95] ».

Selon le rapport, la police a montré un manque de respect pour les victimes au début des années 2000, les considérant comme « indésirables », indignes de la protection de la police[126]. Les préoccupations de Jayne Senior, ancienne travailleuse sociale, ont été accueillies avec « indifférence et mépris »[127],[128]. Étant donné que la plupart des violeurs sont d'origine pakistanaise, plusieurs membres du conseil ont avoué avoir eu peur d'identifier les origines ethniques des auteurs, de peur d'être considérés comme racistes. Les membres pakistanais du conseil sont aussi accusé d'avoir volontairement bloqué l'évocation du sujet[123]. D'autres, selon le rapport, « se souviennent des consignes claires de leur direction » de ne pas faire une telle identification[129]. Le rapport a noté l'expérience d'Adele Weir, chercheuse du Home Office, qui a tenté de dénoncer les crimes sexuels auprès de la police en 2002. On lui a dit de ne plus le faire, et elle a ensuite été écarté de l'affaire[116].

Selon le rapport, le personnel a décrit le Conseil de Rotherham comme machiste, sexiste et harcelant. Il y a eu des commentaires sexistes en direction des femmes, en particulier pendant la période 1997-2009. Une femme a déclaré qu'on lui a conseillé de porter des jupes plus courtes pour « aller mieux » ; on a demandé à une autre femme si elle portait un masque pendant les rapports sexuels. Le rapport Jay a noté que « l'existence d'une telle culture... aurait probablement empêché le Conseil de fournir une réponse efficace et conjointe à un problème social aussi délicat que l'exploitation sexuelle d'enfants[123],[130] ». Plusieurs personnes ayant témoigné pour cette enquête étaient préoccupés par le fait que des responsables du Conseil de Rotherham étaient connectés aux criminels par des intérêts commerciaux tels que l'entreprise de taxi. La police a assuré dans son enquête qu'il n'y avait aucune preuve de cette connexion[131].

Démissions[modifier | modifier le code]

Le rapport de Jay a provoqué la démission de Roger Stone[123], chef du conseil de Rotherham, et celle Martin Kimber, son directeur général[132]. Bien qu'ils eussent été vivement critiqué lors des comparutions devant le Comité des affaires de la Chambre, Joyce Thacker, le directeur des services à l'enfance du conseil, et Shaun Wright, Commissaire à la police et au crime (PCC) pour la police du Yorkshire du Sud à partir de 2012, ainsi que le conseiller auprès de la sécurité des enfants de 2005 à 2010 ne démissionnent pas. Ils démissionnent finalement, en septembre, sous la pression de Theresa May, du ministre de l'Intérieur (les hommes étaient membres de son propre parti), puis celle de la députée Sarah Champion de Rotherham[133],[134],[135]. Shaun Wright a également démissionné du Parti travailliste, le , après un ultimatum lancé par le parti qui menaçait de le suspendre[136],[137].

Roger Stone a été suspendu du Parti travailliste, de même que les conseillers Gwendoline Russell et Shaukat Ali, et l'ancien adjoint au chef du conseil, Jahangir Akhtar, qui avait perdu son siège au conseil en 2014[138]. Malcolm Newsam a été nommé commissaire aux soins sociaux des enfants en octobre 2014, et par la suite, Ian Thomas a été nommé directeur intérimaire des services à l'enfance[139],[140].

Réactions[modifier | modifier le code]

Les conclusions du rapport Jay ont surpris le monde entier et ont eu une vaste couverture, y compris un éditorial du Washington Post[141]. Dix des journaux les plus populaires du Royaume-Uni ont présenté le rapport en première page, dont le Times, le Guardian, le Daily Telegraph et l'Independent[142].

David Crompton, chef de la police du South Yorkshire de 2012 à 2016, a invité l'Agence nationale pour la criminalité à mener une enquête indépendante[143],[144]. Keith Vaz, alors président du Comité des affaires intérieures, a déclaré à Meredydd Hughes, chef de police de 2004 à 2011, que Hughes avait échoué[109].

Theresa May, alors ministre de l'Intérieur, a accusé les autorités de « manquement au devoir ». Elle a blâmé plusieurs facteurs, y compris « l’institutionnalisation du politiquement correct », un examen minutieux insuffisant et la culture de l'excuse, combinée à la peur d'être considéré comme raciste et d'une « attitude dédaigneuse » envers les enfants[note 8]. Denis MacShane, député pour Rotherham de 1994 jusqu'à sa démission en 2012 pour avoir déclaré de fausses dépenses, a dénoncé la peur « de critiquer le multiculturalisme » et admet que « ses opinions gauchistes l'ont incité à ne pas trop creuser la question »[145],[146]. Simon Danczuk, député travailliste de Rochdale, où des réseaux pédophiles similaires existent, a soutenu que la race, la classe sociale et le travail de nuit sont des facteurs, ajoutant qu' « une très petite minorité » dans la communauté pakistanaise a une vision malsaine de la femme dont les traditions tribales importées « du Pakistan » sont en partie responsables[147],[124].

Les musulmans britanniques et les membres de la communauté pakistanaise ont condamné à la fois les abus et leurs dissimulations[148],[149]. Nazir Afzal, procureur en chef du Crown Prosecution Service (CPS) pour le nord-ouest de l'Angleterre de 2011 à 2015, lui-même musulman, a pris la décision en 2011 de prendre en charge l'affaire des abus sexuels sur les enfants de Rochdale après que la CPS a refusé l'affaire[150]. Répondant au rapport de Jay, il a soutenu que les abus n'avaient aucune justification dans l'islam : « L'Islam dit que l'alcool, la drogue, le viol et les abus sont tous interdits, mais ces hommes ont été entourés de toutes ces choses »[151].

Afzal a soutenu que ces cas relevaient plus de la misogynie que du racisme pur : « Ce n'est pas la race des agresseurs qui les définit. C'est leur attitude envers les femmes qui les définissent ». Les manquement dans le traitement de l'affaire sont une question d'incompétence plutôt que le fruit du politiquement correct. Il a confirmé la position de Danczuk sur le travail de nuit : plus d'hommes d'origine pakistanaise travaillent la nuit et pourraient donc être plus impliqués dans ce genre d'activité[151]. Cependant le nouveau directeur des services pour l'enfance à Rotherham, Ian Thomas, le contredit, affirmant que « l'économie nocturne est pleine de blonds/blancs. Quatre-vingt-douze pour cent des personnes de Rotherham travaillant la nuit sont blanches ». Alexis Jay critique aussi la position de Afzal. Elle dit au journal The Guardian en 2015 que travailler dans l'économie nocturne « donne une opportunité, mais ne donne pas un motif »[152].

La député Naz Shah a retweetée et aimée un message parodique demandant aux victimes de se taire pour ne pas mettre en péril le multiculturalisme: « Ces filles abusées à Rotherham et ailleurs devraient juste fermer leur gueule. Pour le bien de la diversité[153]! ». Elle l'a ensuite effacé en clamant l'erreur accidentelle[154].

Le Conseil hindou britannique et la Fédération Sikh ont demandé que les criminels soient qualifiés de « musulmans pakistanais » plutôt que « d'Asiatiques », terme employé habituellement par les médias[155]. Britain First et English Defence League ont organisé des manifestations à Rotherham, tout comme Unite Against Fascism[156],[157].

L'enquête Casey[modifier | modifier le code]

À la suite du rapport de l'enquête Jay, le secrétaire d'État aux communautés et aux collectivités locales, Eric Pickles, a lancé une inspection indépendante sur le Conseil de Rotherham[158]. Dirigé par Louise Casey, directrice générale du programme gouvernemental « familles en difficultés », l'inspection a enquêté sur la gouvernance du conseil, les services pour l'enfance, les licences de taxi et de location privée[159].

Publié en février 2015, le rapport Casey a conclu que le Conseil de Rotherham n'était pas « compétent »[160]. Le rapport Casey a identifié une culture de « l'intimidation, du sexisme... et du politiquement correct », ainsi qu'une affaire de dissimulation d'informations et de censure des lanceurs d'alertes. L'équipe en charge de la pédophilie était mal dirigée, souffrait de charges excessives et ne partageait pas ses informations[161]. Le conseil a un passif d’échec sur les questions ethniques : « Le personnel a perçu qu'il n'y avait qu'un petit pas entre mentionner l'origine ethnique des auteurs et être qualifié de raciste[162] ». Les conseillers d'origine pakistanaise ont géré toutes les questions relatives à cette communauté, ce qui les a laissés en mesure d'exercer une influence disproportionnée, tandis que les conseillers blancs ont ignoré leurs responsabilités. Un conseiller en particulier a été nommé comme étant très influent, y compris en matière de police[163].

En février 2015, le gouvernement a remplacé ses dirigeants élus par une équipe de cinq commissaires, dont une chargée spécifiquement d'examiner les services pour l'enfance[164]. Les dossiers concernant un conseiller actuel ainsi qu'un ancien conseiller soulèvent « un certain nombre de questions relevant du pénal » et ont été transmis à l'Agence nationale pour la criminalité. Le leader du conseil, Paul Lakin, a démissionné, ainsi que les membres du conseil[164].

Procès de 2015 à 2017 : Opération Clover[modifier | modifier le code]

Décembre 2015[modifier | modifier le code]

La police du South Yorkshire a mis en place l'opération Clover en août 2013, pour enquêter sur des cas connus d'abus sexuels sur mineurs dans la ville[165].

En conséquence, six hommes et deux femmes ont été jugés le à Sheffield Crown Court, par la juge Sarah Wright et la procureure Michelle Colborne. Quatre hommes sont membres de la famille Hussain : trois frères et leur oncle (Qurban Ali, nommé dans le rapport de 2001 d'Adele Wei)[166],[167]. La famille Hussein aurait considéré Rotherham comme son territoire de chasse[166]. Ali possédait une compagnie de taxi, Speedline Taxis ; une des femmes accusées avait travaillé pour Speedline en tant qu'opérateur radio[168],[169]. Un quatrième frère Hussain, Sageer Hussain, a été reconnu coupable en novembre 2016 pour des faits similaires[170].

Le 24 février 2016, Qurban Ali a été reconnu coupable de viol en bande organisée et condamné à 10 ans de prison. Arshid « Mad Ash » Hussain, le chef supposé, a été condamné à 35 ans[44],[171],[172]. Il a comparu devant le tribunal par vidéo conférence et semblait être endormi au lit lorsque le verdict a été annoncé. Son avocat a déclaré qu'il avait été rendu paraplégique à la suite d'un accident de tir. Le procureur a estimé pour sa part que cette maladie était un stratagème[166]. Un des frères, Arshid Bannaras "Bono" Hussain, a été condamné à 19 ans et Basharat « Bash » Hussain à 25 ans. Deux autres hommes ont été acquittés, l'un de sept accusations, dont quatre de viols, et le deuxième d'accusations d'attentat à la pudeur[44],[171],[172].

La cour a été informée au sujet d'une prise en flagrant délit de Basharat Hussain par la police, sans que cette dernière ne l'arrête. Il était avec une victime dans un parking près du poste de police de Rotherham lorsqu'une voiture de police s'approcha et lui demanda ce qu'il faisait. Il a répondu : « Elle suce juste ma bite, mec », la voiture de police est partie[173].

Karen MacGregor et Shelley Davies ont été reconnues coupables de séquestration et proxénétisme et de crimes en bande organisée. MacGregor avait travaillé pour Qurban Ali en tant qu'opérateur radio chez Speedline Taxis[168]. Elle a été condamnée à 13 ans et Davies a été condamnée à une peine de 18 mois. MacGregor et Davies feignaient une amitié avec les filles et les emmenaient à la maison de McGregor. Elles jouaient le rôle de mères de substitution; les femmes gagnaient la confiance des filles en leur achetant de la nourriture et des vêtements, en écoutant leurs problèmes. MacGregor livrait ensuite les filles à ses complices pakistanais[174]. McGregor a même demandé le statut de bienfaisance pour un groupe qu'elle avait mis en place, Kin Kids, pour soutenir les bénévoles travaillant auprès des adolescents en difficulté. Elle a été soutenue dans cette démarche par John Healey, député de Wentworth et Dearne (qui n'avait aucun moyen de savoir que McGregor cherchait des enfants pour les prostituer) et avait assisté à une réunion à Westminster pour en parler[175],[176].

Nom Âge Crime Peine
Qurban Ali 53 Viol en bande organisé 10 ans
Arshid Hussain 40 Viols, attentat à la pudeur (23 accusations) 35 ans
Basharat Hussain 39 Viols (15 accusations) 25 ans
Bannaras Hussain 36 Viols, attentat à la pudeur, coups et blessures (10 charges) 19 ans
Karen MacGregor 58 séquestration, recrutement de prostituées en bande organisée 13 ans
Shelley Davies 40 séquestration, recrutement de prostituées en bande organisée 18 mois avec sursis

Septembre 2016[modifier | modifier le code]

Huit hommes ont été jugés en septembre 2016 et ont été condamnés le 17 octobre 2016[177],[178]. Un quatrième membre de la fratrie Hussain, Sageer Hussain, a été emprisonné pour 19 ans à la suite de quatre viols d'une fille âgée de 13 ans et d'un attentat à la pudeur[170]. La famille de la jeune fille, alors propriétaire d'un bureau de poste local et d'un magasin, a signalé, à l'époque, les viols à la police, à leur député, et à David Blunkett, secrétaire d’État à l'intérieur, en vain[179].

D'abord approchée à l'âge de 12 ans, la jeune fille a déclaré à la cour qu'elle avait été violée plusieurs fois à partir de l'âge de 13 ans. La première fois en novembre 2002, par neuf hommes qui ont pris des photos. À une autre occasion, elle était enfermée dans une pièce tandis que les hommes se tenaient à l'extérieur. Elle a été menacée avec un pistolet et les hommes lui ont dit qu'ils harcèleraient sa mère, tueraient son frère et brûleraient sa maison. Après chaque agression, elle cachait les vêtements qu'elle portait. En avril 2003, à l'âge de 13 ans, elle a avoué sa situation à sa mère, qui a alerté la police[180] ; la cour a vu une vidéo de ces entrevues entre la police et la victime[181]. La police a recueilli les sacs de vêtements, puis a appelé deux jours plus tard pour dire qu'ils les avaient perdus. La famille a reçu une compensation de 140 £ pour les vêtements et la police a conseillé d'abandonner l'affaire. Incapables de trouver quelqu'un pour les aider, ils ont vendu leurs affaires en 2005 et ont déménagé, paniqués, en Espagne pendant 18 mois[180],[182],[183].

Sageer Hussain a donné une interview à Channel 4 News, en 2014, après que son frère, Arshid Hussain, a été nommé dans les médias en tant que chef de file. Sageer a expliqué les viols par la tenue et le comportement des filles portant des minijupes : « La plus grande partie du problème que vous avez de nos jours vient de ces jeunes filles, habillées avec des minijupes, des choses comme ça, elles vont dans les clubs et voient des hommes. Et les gens se réveillent le lendemain matin, ils crient au viol ou à l'abus. » Interrogé sur l'allégation selon laquelle son frère avait agressé une enfant de 12 ans, il a témoigné en disant que son frère préférerait : « manger de la merde de chien » plutôt que d'avoir des rapports sexuels avec une personne aussi jeune et a accusé les services sociaux d'avoir laissé sortir les filles en premier lieu[180].

Le frère de Sageer, Basharat Hussain, déjà condamné à 25 ans en février 2016, a été reconnu coupable d'agression et condamné à une peine supplémentaire de sept ans. Deux cousins des Hussains, Asif Ali et Mohammed Whied, ont été reconnus coupables de viol et d'organisation de viol. Quatre autres hommes ont été emprisonnés pour viols ou agressions sexuelles[178],[180].

Nom Âge Crime Peine
Sageer Hussain 30 4 Viols, attentat à la pudeur 19 ans
Basharat Hussain 40 Attentat à la pudeur 7 ans
Ishtiaq Khaliq 33 Viol, 3 attentat à la pudeur 17 ans
Masoued Malik 32 Viol, séquestration, attentat à la pudeur en bande organisée 15 ans
Waleed Ali 34 Viol, attentat à la pudeur 13 ans
Asif Ali 30 Viol 12 ans
Naeem Rafiq 33 Attentat à la pudeur en bande organisée, séquestration 8 ans
Mohammed Whied 32 Facilitation et incitation au viol 5 ans

Janvier 2017[modifier | modifier le code]

Six hommes, dont trois frères, ont été jugés en janvier 2017, devant la juge Sarah Wright, avec pour procureur Sophie Drake. Tous ont été reconnus coupables le , d'agressions sexuels commises entre 1999 et 2001, sur deux filles, âgées de 11 et 13 ans. Les filles ont été agressées dans un magasin de feux d'artifice, appartenant au père des frères. Une fille, âgée de 12 ans à l'époque, a été séquestrée durant une nuit, dans un appartement « extrêmement sale », sans électricité ni eau courante. Un viol commit par Basharat Hussain a été signalé à la police en 2001[184]. Une des filles est tombée enceinte à l'âge de 12 ans, après avoir été violée par cinq hommes et ne savait pas qui était le père. Les test ADN ont révélés que l'un des accusés était le père[185],[186]. Après l'annonce de leurs peine, deux hommes ont crié « Allahu Akbar » alors qu'ils étaient expulsés de la cour[187],[188].

Nom Âge Crime Peine
Basharat Dad 32 Viol, attentat à la pudeur, et séquestration, 20 ans
Nasser Dad 36 Viol, séquestration, attentat à la pudeur avec un enfant 14 ans, 6 mois
Tayab Dad 34 Viol 10 ans
Mohammed Sadiq 41 Relation sexuelle avec un mineur de moins de 13 ans 13 ans
Matloob Hussain 42 Relation sexuelle avec un mineur de moins de 13 ans 13 ans
Amjad Ali 36 Relation sexuelle avec un mineur de moins de 13 ans 11 ans

Enquête de la commission indépendante des plaintes contre la police[modifier | modifier le code]

À la suite du rapport Jay, la Commission indépendante des plaintes contre la police (Independent Police Complaints Commission) a entrepris une enquête sur les allégations d'actes répréhensibles de la police. C'est la deuxième plus grande enquête de l'IPCC, après celle sur la tragédie d'Hillsborough (mouvement de foule lors d'un match de football) en 1989 à Sheffield. À compter de mars 2017, neuf demandes de renseignements étaient complètes, sans aucun cas concernant la conduite des officiers, mais des recommandations sont faites sur l'enregistrement des données. 53 autres enquêtes étaient en cours[189],[190]. Selon Andrew Norfolk dans The Times, un policier de Rotherham avait été en contact régulier avec l'un des criminels. Dans un incident en mars 2000, ce policier ainsi qu'un chauffeur de taxi (devenu plus tard membre du conseil de rotherham) ont arrangé pour Arshid Hussain (le chef du réseau) la remise d'une fille à la police dans une station-service « en échange de l’immunité »[191],[192],[193]. Une autre plainte concernant le même officier, énonce qu'il aurait proposé des « rendez-vous » à deux victimes. L'une d'entre elles l'a signalé à la police en août 2013, mais aucune mesure n'a été prise. L'IPCC enquêtait également sur l'agent qui n'a pas agi selon le rapport. Le premier officier est mort en janvier 2015 après avoir été touché par une voiture à Sheffield, dans un accident non lié[194],[195],[196].

Enquête de l'agence nationale contre la criminalité[modifier | modifier le code]

L'Agence nationale pour le crime (NCA) a mis en place l'opération Stovewood en décembre 2014, pour mener une enquête criminelle ainsi qu'examiner les enquêtes de la police du South Yorkshire. L'enquête est dirigée par le directeur de la NCA, Trevor Pearce[143],[144],[197]. En 2016, on estime que l'enquête devait durer huit ans et coûter plus de 30 millions de livres sterling[198]. En juin 2015, l'opération Stovewood avait identifié 300 suspects[199],[200]. Trois hommes ont été inculpés en décembre 2016 pour l'agression sexuelle d'une fille de moins de 14 ans, entre juin 1994 et juin 1995[197]. Ils doivent être jugés en novembre 2017[201].

Excuses et dédommagement des victimes[modifier | modifier le code]

Dans un communiqué, la municipalité présente ses « excuses à ceux qui ont été abandonnés alors qu'ils avaient besoin d'aide[202] ».

En septembre 2017, une victime Sammy Woodhouse (14 ans au moment des faits), s'est vu refusé sa demande de dédommagement par l'autorité de dédommagement des victimes de crimes (Criminal Injuries Compensation Authority) au motif que la relation était « consentante »[203].

Les crimes[modifier | modifier le code]

De 1997 à 2013, au moins 1 400 filles, majoritairement blanches de 11 à 16 ans ont été violées et prostituées par des immigrés pakistanais[102]. Selon la professeure Alexis Jay (auteur d'un rapport sur le sujet publié le ), le chiffre est certainement inférieur à la réalité[102]. Selon un rapport de police de 2011, révélé par le Times en 2012, dans le seul comté du South Yorkshire il y aurait eu chaque année plusieurs milliers d'affaires de pédophilie (pas avec les mêmes caractéristiques, mais on peut, par exemple citer, dans le même ordre de grandeur, la longue liste d'abus commis par un ancien présentateur vedette britannique)[204].

Parmi les atrocités commises, ajoute-t-elle, « des enfants ont été aspergés d'essence puis menacés d'être enflammés, ont été menacés avec des armes, ou encore ont été forcés d'être témoins de viols très violents »[205] ; certains de ces enfants ont également « été victimes de viols collectifs, d'échanges avec d'autres villes du nord de l'Angleterre, enlevés, battus et intimidés »[205] ; des jeunes filles de onze ans ont été violées à de nombreuses reprises[205].

Dans les deux tiers des cas, les filles n'étaient pas sous la responsabilité des services sociaux[205].

L'inaction des autorités[modifier | modifier le code]

La police, les services sociaux, le conseil municipal savaient et ont laissé faire[102]. Personne à la mairie, dit-on, n’a osé dénoncer les gens qui ont commis ces actes, de peur d’être accusé de racisme. Prendre le risque de subir une telle accusation revenait en effet à voir sa carrière ruinée[réf. nécessaire].

En 2011, trois immigrés pakistanais d'une même famille avaient été impliqués dans le viol de 61 filles, et aucun n'avait été condamné ; l'un d'eux avait été pris en flagrant délit avec une fille de 12 ans dans sa voiture et des photos sexuelles dans son téléphone portable, il a également été relâché[204].

Depuis 1997, l'association d'aide aux victimes de viol Risky business recevait des témoignages de ces filles[102]. En 2002, une chercheuse a rassemblé les preuves, les témoignages et a demandé une enquête ; les policiers lui ont dit que son adresse serait communiquée aux criminels impliqués ; pour cette raison elle souhaite rester anonyme jusqu'à maintenant[102] et aucune enquête n'a été lancée. En 2010, l'officier de police Chang décide de lancer une enquête sur une cinquantaine de viols sur mineures ; son enquête aboutit à l'emprisonnement de 5 individus[102]. Tout était pourtant réuni pour lancer une enquête : témoignages, preuves, « Une fille avait dessiné sur ses livres et ses cahiers tout ce qui lui arrivait »[102].

Entre 2002 et 2006, 3 rapports alertant sur les réseaux de Rotherham ont été ignorés[117].

L’incapacité des autorités à se saisir du problème est une combinaison de multiples facteurs sociaux : d’une part le mépris de la police face aux victimes mineures et venant d’un milieu plutôt défavorisé considérés comme indésirables[123],[202], d’un autre côté la peur des dommages que causeraient la mise en cause d’hommes dont la grande majorité est d’origine pakistanaise[117],[206]. Ce dernier fait soulève des problèmes tant pour les relations entre communautés au sein même de la ville[207], que des problèmes politiques : le Conseil de Rotherham est représenté par le parti travailliste qui compte beaucoup sur les minorités ethniques pour sa réélection. Enfin, le manque de connaissance, de formation et de ressources pour les policiers, le manque d’attention envers les enfants et la volonté de préserver la réputation de la ville tendent à expliquer cet échec dramatique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Janice Turner(The Times, 19 mars 2016) : "En 2001, Risky Business a noté un changement. Moins de filles viennent de Sheffield, la grande ville la plus proche avec un quartier considérable de prostitution, plus de Rotherham. Les filles sont aussi plus jeunes : certains ont seulement 10 ans. Certaines étaient livrée à elles-mêmes ou issus des familles chaotiques : l'une était une fille de docteur. Pourtant, toutes étaient en difficulté, harcelées et sans amis. Et leurs histoires se déroulent selon le même schéma : un garçon de leur âge les approche, leur achète un McDonald's , des boissons ou des drogues douces. Ensuite, il les présente à un homme plus âgé d'origine pakistanaise, ayant une voiture, de beaux vêtements, de l'argent et du charme.
    « Les hommes plus âgés s’intéressent à elles avec des cadeaux et des questions sur leur vie. Les filles, (naïves et innocentes), révèlent ou travaillent leurs parents, tout sur leurs amis ou leurs animaux de compagnie, où vivent leur grand-mère... Une fois que la fille est piégé, son « petit ami » change de comportement. Il dit qu'il a besoin d'argent, la jeune fille doit rembourser les boissons et les cadeaux avec des faveurs. Elle doit dormir avec son ami ou son frère, venir dans une certaine maison... Les tabassages commencent, puis les menaces. « Parles-en à qui que ce soit et nous allons blesser ta mère. Tu nous as dit où elle vit...».
  2. Adele Weir (au Comité des affaires intérieures, 2014) : « On m'a dit qu'au cours du week-end, quelqu'un avait eu accès au bureau de Risky Business, ouvert les classeurs et supprimé toutes les données relatives aux travaux du comité des affaires intérieures. Pour être claire, cela implique : avoir l'accès aux terrains autour du Centre international, avoir accès au bâtiment du centre en lui-même, désactivé l'alarme, passer une porte sécurisée et verrouillée, déverrouiller la porte de la partie du bâtiment où se trouvait le bureau, déverrouiller la porte du bureau du projet, forcer un bureau et trouver les clés des classeurs, identifier les classeurs contenant les rapports et supprimer uniquement ces rapports. Il n'y avait aucun signe d'effraction." .
  3. Jayne Senior (2016) a écrit qu'un agent de police lui a dit : « On nous a dit que nous devions pas diriger l'enquête vers les crimes d'honneur. Nous ne pouvons pas mentionner quoi que ce soit au sujet de l'exploitation sexuelle des enfants (Child Sexual Exploitation) dans cette enquête. » .. .
  4. Andrew Norfolk a commencé à enquêter en 2010, le premier de ses articles est apparu sur quatre pages dans le Times en janvier 2011, accompagné d'un éditorial. Voici ce qu'il écrit dans The Times le  : « Les rapports confidentiels de la police et les dossiers de renseignement... montrent que depuis plus d'une décennie, des groupes d'hommes organisés ont pu violer, prostituer et trafiquer des filles à travers le pays en toute impunité. Les hommes sont connus de la police mais pas poursuivis...».
  5. Au moins 1 400 enfants dans la ville du Yorkshire du Sud ont été exploités sexuellement par des bandes criminelles d'hommes qui étaient principalement d'origine pakistanaise entre 1997 et 2013 « Rotherham child abuse: Cases in other towns », sur BBC News, .
  6. Rapport de Jay (2014) : "Pour donner une estimation globale du problème, nous avons utilisé des rapports du Comité local de protection de l'enfance (anciennement l'ACPC) et des comités de conseil locaux. Nous avons examiner les procès-verbaux de réunions ayant pour objet l'exploitation sexuelle d'nfant. Ces débats incluaient des réunions interinstitutions sur des centaines d'enfants qui avaient subis ou risquaient sérieusement d'être exploités sexuellement ; Risky Business, individuellement ou en groupe. « En rassemblant toutes ces sources, l'enquête a permis de conclure qu'au moins 1 400 enfants ont été exploités sexuellement entre 1997 et 2013. Ceci est une estimation prudente de l'ampleur réelle de la situation. Nous ne sommes pas en mesure d'évaluer le nombre d'autres enfants qui risque de subir une agression, ou ceux qui ont subis des abus, mais qui ne sont connus par aucune agence, y compris ceux qui ont été témoins d'agressions ou de maltraitances.».
  7. Rapport Jay (2014) : « L'un des fils communs à l'exploitation sexuelle des enfants à travers l'Angleterre est le rôle important des conducteurs de taxi directement lié aux enfants qui ont été maltraités. C'est le cas à Rotherham dès le début, quand responsables de foyers d'enfance se sont rencontrées dans les années quatre-vingt-dix pour partager des renseignements sur les taxis et les autres voitures qui viennent chercher des filles de l'extérieur de leurs centres. Au début des années 2000, certains chefs d'école secondaire rapportaient que les filles étaient prises à l'heure du déjeuner aux portes de l'école pour faire des fellations aux hommes pendant la pause déjeuner ».
    BBC News (29 août 2014) : « Un travailleur social, qui a travaillé dans les foyers d'enfants de 2003 à 2007, a déclaré aux journalistes de la BBC que presque « tous les soirs » des hommes habituellement en taxis venaient chercher des groupes de filles qui se sont échappées par diverses méthodes.
  8. Theresa May (2 septembre 2014) : « Le rapport du professeur Alexis Jay sur l'exploitation sexuelle des enfants à Rotherham entre 1997 et 2013 est un compte rendu terrible des échecs épouvantables du conseil de Rotherham, de la police et de différents organismes de protection de l'enfance. Ce qui s'est passé est un manquement grave au devoir... Mon ami, le secrétaire d'État aux Communautés et au gouvernement local partage mes préoccupations concernant les fautes du conseil d'administration de Rotherham qui ont été identifiées. Cela inclut l'examen insuffisant des conseillers, l’institutionnalisation du politiquement correcte, la dissimulation d'information et l'incapacité à prendre des mesures contre des erreurs graves... Je suis clair que les préoccupations culturelles, à la fois la peur d'être considérée comme raciste et l'attitude dédaigneuse envers certains de nos enfants les plus vulnérables, ne doivent jamais entraver la protection d'un enfant.».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) bureau du Commissaire à l'enfance (en), « If only someone had listened », rapport final de novembre 2013 [PDF], (consulté le 14 octobre 2017).
  2. a et b (en) Patrick Butler, « Thousands of children sexually exploited each year, inquiry says » [« Une enquête affirme que, chaque année, des milliers d'enfants sont exploités sexuellement »], The Guardian, (consulté le 14 octobre 2017).
  3. (en) Tony Harcup, Journalism : principles and pratice, Londres, SAGE Publications, , 3e éd. (1re éd. 2004), 271 p. (ISBN 9781446274088, OCLC 950906628), p. 100-102.
  4. (en) Centre contre l'exploitation et pour la protection en ligne des enfants (en), « Threat assessment of child sexual exploitation and abuse » [« Évaluation de la menace d'exploitation et d'abus sexuel sur mineur »] [PDF], (consulté le 14 octobre 2017).
  5. (en) Paul Peachey, « Rotherham child abuse report: 1,400 children subjected to 'appalling' sexual exploitation over 16-years », The Independant, (consulté le 15 octobre 2017).
  6. (en) bureau du Commissaire à l'enfance (en), « I thought I was the only one. The only one in the world », rapport provisoire de novembre 2012 [PDF], (consulté le 14 octobre 2017).
  7. Philippe Bernard, « L'Angleterre découvre le scandale d'abus sexuels dans le Yorkshire », Le Monde, (consulté le 15 octobre 2017).
  8. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Rotherham_Inquiry_1407
  9. Jay 2014, p. 3.
  10. Senior 2016, p. 56.
  11. a et b (en) « Rotherham abuse scandal: Key dates ».
  12. Senior 2016, p. 49.
  13. (en) « Key acheivements of home office pilot ».
  14. a et b Weir 2002.
  15. Senior 2016, p. 48-51.
  16. (en) « Rotherham whistleblower Jayne Senior appointed MBE ».
  17. a et b (en) « Rotherham whistleblower explains why sex abuse ring was covered up ».
  18. a et b Senior 2016, p. 83-84.
  19. (en) « Rotherham abuse victim: 'I was raped once a week, every week' ».
  20. a et b Senior 2016, p. 306.
  21. Senior 2016, p. 135,285,344.
  22. Senior 2016, p. 60.
  23. Senior 2016, p. 87.
  24. Senior 2016, p. 158.
  25. Hester et Westmarland 2004.
  26. a et b Weir 2014, p. 2.
  27. Jay 2014, p. 86-84.
  28. (en) « Tackling Street Prostitution:Towards an holistic approach ».
  29. Hester et Westmarland 2004, p. 4.
  30. Hester Al.
  31. (en) « Child sexual exploitation and the response to localised grooming: follow-up ».
  32. a et b Home Affairs committee (c) 2014, p. 5.
  33. Senior 2016, p. 96.
  34. Weir 2014, p. 5.
  35. Weir 2014, p. 4.
  36. Senior 2016, p. 97-98.
  37. Weir 2014, p. 6.
  38. Senior 2016, p. 98-99.
  39. (en) « Rotherham abuse: Researcher 'faced council hostility' ».
  40. a, b et c (en) « Rotherham researcher 'sent on diversity course' after raising alarm ».
  41. a et b Weir 2002, p. 6.
  42. (en) « Rotherham abuse: Hussain brothers 'were infamous' ».
  43. (en) « BBC Panorama 2014 : investigating the Rotherham Child abuse gangs. ».
  44. a, b et c (en) « Hussain brothers jailed in Rotherham abuse case ».
  45. a et b Senior 2016, p. 102.
  46. Jay 2014, p. 85.
  47. a et b Jay 2014, p. 86.
  48. a et b Weir 2001.
  49. a et b Senior 2016, p. 103.
  50. Senior 2016, p. 105-108.
  51. a et b http://www.yorkshirepost.co.uk/news/timeline-how-rotherham-grooming-scandal-unfolded-and-how-they-tried-to-ignore-it-1-6843323.
  52. a, b et c Senior 2016, p. 106.
  53. Weir 2014.
  54. Weir 2014, 16.
  55. a et b Weir 2014, 26-27.
  56. a et b Jay 2014, p. 87.
  57. (en) « Abuse scandal is a 'vastly wider issue' than Rotherham Channel 4 News ».
  58. Gladman et Heal 2017, p. 24.
  59. Gladman et Heal 2017, p. 27.
  60. a et b Gladman et Heal 2017, p. 24-25.
  61. Gladman et Heal 2017, p. 26.
  62. a et b Heal 2003.
  63. Jay 2014, p. 88.
  64. Heal 2014.
  65. (en) « EXCLUSIVE: South Yorkshire Police given list of key Sheffield and Rotherham abuse suspects in 2003 ».
  66. a et b (en) « Rotherham abuse warning reports released ».
  67. a, b et c Jay 2014, p. 9.
  68. Heal 2006, p. 10-11.
  69. Heal 2006, p. 12.
  70. Heal 2006, p. 14,16-17.
  71. Jay 2014, p. 88-89.
  72. a et b Heal 2006, p. 18.
  73. Gladman et Heal 2017, p. 27-28.
  74. Heal 2006.
  75. Jay 2014, p. 10,23.
  76. (en) « Five Rotherham men jailed for child sex offences ».
  77. (en) « Five men guilty in Rotherham Asian grooming case ».
  78. (en) « Rotherham sex abuser boasts about 'living the high life' after release from jail ».
  79. (en) « Five guilty of grooming teenage girls for sex ».
  80. (en) « Rotherham chils sex abuse ».
  81. http://www.pressgazette.co.uk/girls-suffered-council-obfuscated-says-andrew-norfolk-reported-prompted-times-reveals-least-1400/.
  82. (en) « The 17 cases identified by The Times which showed a pattern of exploitation ».
  83. (en) « Child protection squad will investigate patterns of sex abuse ».
  84. (en) « Revealed: conspiracy of silence on UK sex gangs », sur 'The Times (editorial), .
  85. (en) « ‘Some of these men have children the same age; they are bad apples’ ».
  86. (en) « Barnardo’s demands inquiry into sex exploitation of British girls ».
  87. (en) « Calls for major police inquiry on ‘grotesque’ sex gangs ».
  88. (en) « Child sexual exploitation and the response to localised grooming ».
  89. Home Affairs Committee (b) 2013, p. 80-81.
  90. (en) « Officials hid vital facts about men suspected of grooming girl for sex ».
  91. (en) « A case of moral cowardice ».
  92. Jay 2014, p. 102.
  93. (en) « Teenager is 'first' white victim of honour killing ».
  94. (en) « Laura Wilson murder: Rotherham children's board reports ».
  95. a et b (en) « Rotherham abuse scandal: Authorities' decisions to take away babies born to abused girls caused yet more suffering ».
  96. Cantrill 2011, p. 54.
  97. Wilson et McKelvie 2015.
  98. a et b (en) « Murdered girl was victim of Pakistani sex grooming gang ».
  99. Hollington 2013, p. 227.
  100. (en) « Secrecy bid over case review of murdered mother, 17, scrapped ».
  101. a, b, c et d (en) « Police files reveal vast child protection scandal ».
  102. a, b, c, d, e, f, g et h « Les viols étouffés des petites filles de Rotherham », sur Marie Claire (consulté le 14 janvier 2016).
  103. (en) « South Yorkshire Police deny hiding girls' sex abuse ».
  104. a, b et c (en) « South Yorkshire Police 'must get a grip' on child abuse ».
  105. a et b (en) « Grooming scandal of child sex town ».
  106. (en) « Rotherham councillor Jahangir Akhtar steps down over claims ».
  107. Casey 2015, p. 29,36.
  108. Home Affairs Committee (a) 2013, p. 3-4,19.
  109. a et b (en) « Ex Rotherham police chief 'failed' abuse victims ».
  110. a et b (en) « Rotherham council apologises to child grooming victims ».
  111. Home Affairs Coommittee (c) 2014, p. 5-6.
  112. a et b (en) « Rotherham abuse scandal: MPs want missing files answers ».
  113. Jay 2014.
  114. (en) « Alexis Jay will lead child abuse failings probe at Rotherham ».
  115. Jay 2014, p. 35.
  116. a et b (en) « Rotherham child abuse report: 1,400 children subjected to 'appalling' sexual exploitation over 16-years ».
  117. a, b, c et d « L'Angleterre découvre le scandale d'abus sexuels dans le Yorkshire ».
  118. Jay 2014, p. 71-74.
  119. Casey 2015, p. 110.
  120. (en) « Rotherham: ‘It’s sad that it’s taken something so horrific to give voice to these girls’ ».
  121. a, b et c Jay 2014, p. 36.
  122. (en) « Rotherham child abuse scandal: 1,400 children exploited, report finds ».
  123. a, b, c, d et e « Scandale pédophile en Angleterre: près de 1400 enfants abusés ».
  124. a et b (en) « Rotherham: politics ‘imported from Pakistan’ fuelled sex abuse cover-up – MP ».
  125. Jay 2014, p. 43.
  126. Jay 2014, p. 69.
  127. (en) « One Woman’s Crusade for U.K. Town’s Young Rape Victims ».
  128. (en) « Charity worker who fought to expose Rotherham child abuse to work for victims ».
  129. (en) « 'Horrific' Cases Of Child Abuse In Rotherham ».
  130. Jay 2014, p. 114-115.
  131. Jay 2014, p. 113.
  132. (en) « Rotherham child abuse: Martin Kimber, council chief exec, to step down ».
  133. (en) « Shaun Wright's record in Rotherham comes under uncomfortable scrutiny ».
  134. (en) « PCC Shaun Wright resigns over Rotherham child abuse scandal ».
  135. (en) « Rotherham abuse scandal: Children's services director Joyce Thacker quits ».
  136. (en) « Rotherham child abuse: Police commissioner quits Labour ».
  137. (en) « Police Commissioner Shaun Wright Will Be Suspended By Labour If He Does Not Resign ».
  138. (en) « South Yorkshire Police officers to be investigated by IPCC ».
  139. (en) « Rotherham Borough Council's response to Department of Education announcement ».
  140. (en) « Incoming Rotherham children’s chief: ‘It’s the most difficult job in Britain’ ».
  141. (en) « Too many in Rotherham turned a blind eye to child abuse ».
  142. Boyd 2015, p. 7-8.
  143. a et b (en) « NCA begins two-stage investigation into child sexual exploitation in Rotherham ».
  144. a et b (en) « Operation Stovewood - Summary of Terms of Reference ».
  145. (en) « Denis MacShane: I was too much of a 'liberal leftie' and should have done more to investigate child abuse ».
  146. (en) « Denis MacShane jailed for MP expenses fraud ».
  147. (en) « How have MPs dealt with cases like the Rotherham child abuse scandal in the past? ».
  148. (en) « Political correctness about Muslims may have led UK officials to ignore reports of sex abuse ».
  149. (en) « Real or imagined: Racism 'fear' over Rotherham child abuse ».
  150. (en) « Nazir Afzal: how the CPS plans to bring more child abusers to justice ».
  151. a et b (en) « Nazir Afzal: ‘There is no religious basis for the abuse in Rotherham’ ».
  152. (en) « Alexis Jay on child sex abuse: ‘Politicians wanted to keep a lid on it ».
  153. (en) « Corbyn's key ally shared post telling Rotherham sex victims to 'shut mouths for diversity' ».
  154. « Une élue britannique appelle-t-elle les filles violées à «la fermer pour le bien de la diversité» ? ».
  155. (en) « Sikh group calls for politicians and media to stop using term 'Asian' to describe Rotherham grooming gang ».
  156. (en) « EDL supporters attack police during Rotherham sex abuse protest ».
  157. (en) « Rotherham child abuse scandal ».
  158. Casey 2015, p. 6.
  159. (en) « Rotherham Council to be subject of independent inspection ».
  160. Casey 2015, p. 9.
  161. Casey 2015, p. 9,11.
  162. Casey 2015, p. 34.
  163. Casey 2015, p. 32-34.
  164. a et b http://www.bbc.com/news/uk-england-31130750.
  165. (en) « Inside Operation Clover: The three-year police operation to bring evil Rotherham child abusers to justice ».
  166. a, b et c (en) « Guilty: Mad Ash, Bash and Bono - gun-toting, grooming family who ‘owned’ Rotherham ».
  167. (en) « Rotherham abuse trial: The role of each defendant ».
  168. a et b (en) « Rotherham grooming victim was abused daily and used to settle debts, jury told ».
  169. (en) « Rotherham sex abuse trial: Teenage girls 'repeatedly raped' ».
  170. a et b (en) « Gang jailed for rape of 16 young girls in Rotherham ».
  171. a et b (en) « Rotherham abuse trial: Six guilty of sex offences ».
  172. a et b (en) « Ringleader of Rotherham child sexual abuse gang jailed for 35 years ».
  173. (en) « Rotherham rapist Bannaras Hussain 'abused girl in police station car park' but was let go ».
  174. « Royaume-Uni : procès d'un gang qui a abusé de douze adolescentes pendant des années ».
  175. (en) « Rotherham abuse trial: What you need to know about the female criminals who helped men groom girls ».
  176. (en) « Jury out in Rotherham child sex abuse trial ».
  177. (en) « Rotherham child abuse charges: Eight guilty ».
  178. a et b (en) « Rotherham child abuse: Eight jailed for rape and sexual abuse of three girls ».
  179. (en) « David Blunkett told of sex abuse by Asian men in Rotherham a decade ago, court hears ».
  180. a, b, c et d (en) « Rotherham: eight men jailed for sexually exploiting teenage girls ».
  181. (en) « Girl, 13, reported Rotherham rapes to police within weeks of them happening in 2003 - court ».
  182. (en) « Years of Rapes ad "Utter Contempt" in Britain ».
  183. https://www.youtube.com/watch?v=I8qkO3NZpzE.
  184. (en) « ROTHERHAM SEX ABUSE GANG: Their two year reign of terror ».
  185. (en) « Rotherham child sex abuse: Woman made pregnant aged 12 believes child was 'product of pure evil' ».
  186. (en) « DNA tests negative over mother, 12 ».
  187. (en) « Men guilty of Rotherham child sexual abuse charges ».
  188. (en) « Men jailed for Rotherham child sexual abuse ».
  189. (en) « IPCC begins concluding some Rotherham CSA investigations ».
  190. (en) « Rotherham sexual abuse scandal: no misconduct found so far, IPCC says ».
  191. (en) « Rotherham boss ‘helped broker deal over girl’ ».
  192. (en) « Jahangir Akhtar: kingpin who ‘had influence over police’ ».
  193. (en) « How a Rotherham gang with history of criminality abused vulnerable girls ».
  194. (en) « Rotherham Pc implicated in child sex scandal dies after car crash ».
  195. (en) « PC under investigation over Rotherham sex abuse scandal dies in crash ».
  196. (en) « Man cleared over Rotherham PC's car crash death ».
  197. a et b (en) « Three men charged with indecent assault against a child in Rotherham ».
  198. (en) « Rotherham abuse inquiry will run for eight years ».
  199. (en) « Hundreds of suspects identified in new Rotherham sex abuse inquiry ».
  200. (en) « Rotherham Sex Abuse Inquiry Has 300 Suspects ».
  201. (en) « Rotherham men deny historic child sex offences ».
  202. a et b « GB: 1400 enfants abusés entre 1997 et 2013 ».
  203. (en) « Scandal of child sex victim denied compensation because officials rule she 'consented' to abuse ».
  204. a et b (en) « South Yorkshire Police 'must get a grip' on child abuse - BBC News », sur BBC News (consulté le 14 janvier 2016).
  205. a, b, c et d « Rotherham (Angleterre) : 1 400 mineurs victimes d'exploitation sexuelle en 16 ans », sur 20minutes.fr (consulté le 14 janvier 2016).
  206. « Grande-Bretagne: Un autre gang de pédophiles pakistanais condamné. ».
  207. « Scandale au Royaume-Uni : quand l’anti-racisme mène à fermer les yeux sur d’infâmes abus sexuels à Rotherham ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Session du bureau de l'intérieur[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Rapports et livres cités[modifier | modifier le code]

L'article cite les rapports et livres suivants :