Affaire des viols collectifs de Telford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Affaire des viols collectifs de Telford
Nature du crime viol, proxénétisme
Pays de lieu du crime Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Ville Telford
Jugement
Statut

L'affaire des viols collectifs de Telford concerne un scandale d'abus sexuels à très grande échelle sur mineurs de Grande-Bretagne. Environ 1 000 enfants[1],[2], la plupart des jeunes filles blanches[3], auraient été drogués, maltraités, battus, violés et parfois tués par des auteurs très majoritairement d’origine ethnique pakistanaise et bangladaise[4],[5] et de religion musulmane[3],[6]. Il y aurait plus de 200 criminels impliqués[3] et les abus se poursuivent d'après les victimes encore en 2018, soit 40 ans après les débuts estimés du réseau, ciblant des victimes dès 11 ans[7]. Bien que similaire aux affaires de Rotherham et de Rochdale, l'échelle de la ville de Telford, 170 000 habitants en 2018, fait de cette affaire probablement le plus grand scandale de réseau pédophile de la Grande-Bretagne[7]. Les médias, notamment en France, ont été accusés de ne pas couvrir l'affaire à la hauteur du scandale révélé.

Contexte[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 1980 jusqu'au début des années 2010, dans des villes d'Angleterre, plus de 4 000 enfants ont été abusés sexuellement, parfois torturés, parfois prostitués, par des bandes criminelles organisées ou des groupes informels d'hommes[8],[9]. En 2011, une première série d'agressions sexuelles est rendue publique par la presse[10].

Des enquêtes, conduites par des associations caritatives, puis le gouvernement britannique, ont permis d'éclaircir les faits, soulignant notamment l'incurie des services sociaux et de la police locale, et de prendre des mesures appropriées pour assurer la protection des enfants[8],[11]. Dans certains cas, l'exploitation de mineurs durait depuis plus de 15 ans[12]. L'appartenance ethnique et les origines culturelles des victimes, et, surtout, celles des criminels, ont focalisé l'attention des médias et de l'opinion publique dans tout le pays[13],[9],[14].

Les faits[modifier | modifier le code]

Les premières révélations en 2013 faisaient état de cas s'étant déroulés de 2010 à 2012[15]. Les accusés ont été condamnés pour viol, proxénétisme de mineure, incitation à la prostitution et trafic sexuel d'être humain. Une investigation de la chaîne de télévision Channel 4 révèle : « Des rapports indiquent que des viols collectifs par des files d'attente d'hommes tandis que les filles étaient retenues en otage pendant des heures, voire des jours - tout en étant forcées d'écouter les cris des filles dans les autres chambres avec d'autres hommes »[16].

De nouvelles révélations parue le 11 mars 2018 dans le Sunday Mirror montrent que jusque 1 000 enfants, la plupart des jeunes filles blanches[3], auraient été drogués, maltraités, violés et parfois tués[3],[17]. Il y aurait plus de 200 criminels impliqués[3]. Le surintendant Harding en charge de la police à Telford conteste cependant le chiffre de 1 000 victimes et estime qu'il est « sensationnaliste ». Concernant l'origine ethnique des criminels, il déclare que la composition ethnique des délinquants sexuels à Telford et Wrekin est pratiquement identique à celle de la société[18]. Cependant, selon Maggie Olive, inspecteur-détective sur l'affaire Rochdale, « les chiffres qui étaient rapportés [jusqu'à présent] n'étaient pas corrects, ils étaient sous-déclarés [...] ces chiffres ne sont pas inventés selon mon expérience »[19].

Les travailleurs sociaux étaient au courant des abus depuis les années 1990, mais il a fallu une décennie à la police pour lancer une première enquête[17]. Une mère et quatre enfants ont été assassinés en relations avec les abus d'enfants. Azhar Ali Mehmood est notamment responsable de la mort de deux enfants et de leur mère[3].

Ces nouvelles révélations sont issues d'enquêtes du Daily Mirror qui ont duré 18 mois[20] et ont révélé que l'étendue des abus à Telford était beaucoup plus vaste que ce qui avait été révélé auparavant. La qualité de cette enquête a notamment été salué par la première ministre Theresa May[21],[22]. Le nombre des auteurs des abus, estimé à plusieurs centaines, fait de l'affaire des viols collectifs, le plus grand scandale de viols collectifs pédophiles à ce jour au Royaume-Uni[3],[17],[23]. Comme dans les autres affaires similaires, les auteurs étaient très majoritairement d’origine ethnique pakistanaise et bangladaise et de religion musulmane[24],[6]. Par crainte d'être considérées comme racistes, les autorités ont longtemps refusé d'enquêter[25], et les institutions ont tenté de minorer, voire d'étouffer les faits[22].

La police connaissait les activités des gangs depuis le début des années 1990. Un grand nombre de travailleurs sociaux et de victimes impliqués dans l'enquête ont déclaré que la police et le conseil local n'étaient pas disposés à les aider et ont même parfois délibérément entravé leurs efforts pour dénoncer et arrêter les auteurs de ces actes. « La police a refusé d'enquêter cinq fois de suite sur une affaire récente jusqu'à l'intervention d'un député ». Une victime a abandonné ses efforts pour faire condamner les criminels parce qu'elle « ne se sentait pas soutenue émotionnellement » par la police. Une autre victime a affirmé que « les agents de police l'avaient découragée à poursuivre sa plainte après qu'elle leur a dit qu'elle voulait en parler au journal The Mirror »[3]. Les services sociaux sont au centre du pire scandale d'abus sexuels sur des enfants de Grande-Bretagne. Ces services ont reçu 715 signalements en trois ans mais n'ont réagi que pour à peine la moitié d'entre eux[7]. Les enfants victimes étaient considérés comme des prostitués par l'administration[7]. Entre 2007 et 2009, la police a identifié jusqu'à 200 auteurs mais n'a procédé qu'à sept arrestations[26].

La députée de Telford, Lucy Allan, a demandé une enquête indépendante, déclarant : « Il doit maintenant y avoir une enquête indépendante sur l'exploitation sexuelle des enfants à Telford afin que notre communauté puisse retrouver confiance dans les autorités »[27]. Toujours selon la députée, « les hommes blancs sont également coupables d'abus sexuels, mais l'existence des gangs est lié à la culture pakistanaise. Reconnaître le problème est la première étape pour y remédier »[28].

« Une femme qui enquêtait sur les viols a dû suivre des « cours de sensibilisation à la diversité » parce qu'elle évoquait l'origine des violeurs »[29]

Une victime de 14 ans a rapporté être tombée deux fois enceinte et avoir subi deux avortements. « Quelques heures après mon second avortement, j'ai été raccompagnée par l'un de mes agresseurs pour être violée par plusieurs hommes »[22].

Le Sunday Mirror aurait pu lire un mémo interne de la police disant que « dans la plupart des cas, le sexe est consensuel »[30].

Pour des habitants de Telford interviewés pour le Huffington Post, la plus grande préoccupation est que « les échecs des autorités pourraient signifier que des scandales similaires se produisent dans d'autres villes »[30].

Depuis les révélations du Sunday Mirror du 11 mars 2018 de nouvelles victimes se sont présentées aux autorités[31].

Selon David Greenwood, avocat spécialiste des questions d'abus sur mineurs, la police savait ce qu'il se passait et n'a pas agi. L'avocat prévoit de poursuivre la police et les services sociaux. Lors d'un procès, des accusés ont par ailleurs clairement évoqué des pots-de-vin versés à des agents de police[32].

Accusés[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des condamnés :

  • Ahdel Ali (25 ans) condamné à 26 ans de prison dont 18 ferme ;
  • Mubarek Ali (29 ans), son frère, condamné à 22 ans de prison dont 14 ans ferme. Tous deux ont été inscrits à vie sur la liste des délinquants sexuels ;
  • Mohammed Ali Sultan (26 ans) ;
  • Tanveer Ahmed (40 ans) ;
  • Mohammed Islam Choudhrey (53 ans) ;
  • Mahroof Khan (35 ans) ;
  • Mohammed Younis (60 ans).

Libération[modifier | modifier le code]

Dès novembre 2017, Mubarek Ali va sortir de prison après moins de 5 ans passés en prison au lieu des 14 années fermes prévues[33]. Une pétition réunissant plus 200 000 signatures pour empêcher la libération de Mubarek Ali a vu le jour en réaction[34].

Critiques des médias[modifier | modifier le code]

Suite aux nouvelles révélations en mars 2018 dans le Sunday Mirror[35], la journaliste Joanna Williams du magazine Spiked (en), s'étonne que ce qui semble être le pire scandale d'abus sexuels sur des enfants de Grande-Bretagne ait reçu relativement peu de couverture et ne fasse pas la une de journaux tels que le Guardian ou le Times alors que depuis plusieurs mois, le harcèlement des femmes est dénoncé comme par le mouvement #MeToo dont elle dénonce l'hypocrisie et le « silence assourdissant ». Williams explique ce silence par le profil des personnes impliquées: « les femmes de Telford appartiennent à la mauvaise catégorie de victimes. #MeToo préfère les victimes de la haute société » et « préfère que les accusés soient des hommes blancs et puissants. ». Elle dénonce notamment l'attitude des « tribuns et militantes [qui] s’inquiètent davantage du risque de racisme ou d’islamophobie que des violences sexuelles qui ont eu lieu. »[36]

Certains militants notamment liés aux courants d'extrême-droite, comme le site Infowars.com, ont accusé la BBC d'avoir ignoré l'affaire ce dont la BBC se défend[37].

En France, des personnalités dénoncent « l'incroyable omerta qui couvre pour l'heure en France les crimes sexuels autour des filles blanches ayant été découverts dans la commune anglaise de Telford »[38],[29],[39]. Cette affaire a été peu mentionnée par les journaux français. La communication s'est faite en premier lieu par le site Fdesouche.com puis Valeurs actuelles[29]. Ainsi selon Claude Askolovitch, « en dehors de trois journaux de province et d'un hebdomadaire d'extrême droite, la presse française a raté un scandale abominable »[29].

Après ces critiques, le 16 mars 2018, un peu moins d'une semaine après les révélations du Sunday Mirror, la presse française traite du sujet[40]. Selon l'Obs, l'« affaire réactive clichés et fantasmes xénophobes, outre-Manche et en France »[40].

Pour Anne-Sophie Chazaud, journaliste pour Causeur, la discrétion des médias est à rapprocher de celle des agressions sexuelles du Nouvel An 2016 en Allemagne où les médias avaient ignoré ou tenté de camoufler les événements pour ne pas attiser les « haines ». Pour la journaliste, c’est « à ce même silence coupable et complice auquel se sont heurtées les victimes » qui ont tenté d’alerter les services sociaux[41].

Interpellé à Leeds le vendredi alors qu'il faisait un live à l'ouverture du procès, Tommy Robinson est condamné à treize mois de prison en l'espace de 5 heures. Le procès des viols de Telford était censé se tenir à huis clos et toute publicité avait été interdite par un arrêté du juge. La condamnation de Tommy Robinson est elle-même l'objet d'une interdiction de couverture par les médias pendant quatre jours. Dès le 31 mai une pétition réunissant plus de 500 000 signatures réclamant la libération de Tommy Robinson est adressée à Theresa May[42].

Analyses[modifier | modifier le code]

Une étude, menée fin 2017 par des chercheurs du groupe de réflexion anti-extrémisme Quilliam, a analysé les abus collectifs et conclut : « ...84 %, étaient des hommes originaire du sous-continent indien. Seulement 22 étaient noirs et 18 étaient blancs [...] Les résultats sont en contraste frappant avec le fait que les asiatiques représentent seulement 7 % de la population du Royaume-Uni [...] De toutes les victimes, seulement trois n'étaient pas des adolescentes blanches ». Les auteurs constatent que « des hommes musulmans pakistanais britanniques ciblent des femmes blanches avec des boissons et de la drogue avant de les violer et de les abuser sexuellement » et « appellent les autorités à agir sans craintes d'être accusées de racisme » et « les encouragent à aider l'intégration des britanniques d'origine pakistanaise dans la société britannique moderne »[43],[44].

Un nouveau témoignage révélé en mars 2018 dans The Independent souligne l'aspect religieux voire terroriste des abus menés par les gangs. Les membres des gangs croient fermement que les crimes qu'ils commettent sont justifiés par leurs croyances religieuses. Selon une rescapée des viols collectifs de Rotherham, son violeur citait des sourates du Coran lorsqu'il la battait[45]. L'endoctrinement religieux serait une partie importante du processus d’enrôlement des jeunes violeurs dans les gangs[45]. En novembre 2017, le gouvernement suédois a déclaré que la violence sexuelle est utilisée comme une « tactique du terrorisme » et reconnue en tant que telle comme une menace à la sécurité nationale suédoise[45]. Pour Jess Phillips, députée du parti travailliste, généraliser le problème des abus sur mineurs est une « désinvolture politique ». Selon elle, il est nécessaire de comprendre la nature spécifique des gangs pédophiles proxénètes, les abus de « Telford ne sont pas la fin, c'est à peine le milieu »[46].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Louise Colcombet, « Abus sexuels sur mineures : à Telford, «la police savait et n’a rien fait» », Le parisien,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Jamie Grierson, « Up to 1,000 children may have been victims in worst UK abuse ring », sur the Guardian, (consulté le 18 avril 2018)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h et i Nick Sommerlad, « UK's 'worst ever' child grooming scandal with 100s of girls sold for sex exposed », mirror,‎ (lire en ligne)
  4. « Telford : la tyrannie « antiraciste » a mené à la « traite des blanches » - L'Incorrect », L'Incorrect,‎ (lire en ligne)
  5. « Telford:«On s'inquiète plus d'un éventuel racisme de la classe ouvrière que de l'abus sexuel d'enfants» », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  6. a et b (en-GB) Steve Bird, « Grooming gangs of Muslim men failed to integrate into British society », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne).
  7. a, b, c et d Geraldine McKelvie, « Social services got 715 warnings over grooming scandal but acted on just half », mirror,‎ (lire en ligne)
  8. a et b (en) bureau du Commissaire à l'enfance (en), « If only someone had listened », rapport final de novembre 2013 [PDF], (consulté le 14 octobre 2017).
  9. a et b (en) Patrick Butler, « Thousands of children sexually exploited each year, inquiry says » [« Une enquête affirme que, chaque année, des milliers d'enfants sont exploités sexuellement »], The Guardian, (consulté le 14 octobre 2017).
  10. (en) Tony Harcup, Journalism : principles and pratice, Londres, SAGE Publications, , 3e éd. (1re éd. 2004), 271 p. (ISBN 9781446274088, OCLC 950906628), p. 100-102.
  11. (en) Centre contre l'exploitation et pour la protection en ligne des enfants (en), « Threat assessment of child sexual exploitation and abuse » [« Évaluation de la menace d'exploitation et d'abus sexuel sur mineur »] [PDF], (consulté le 14 octobre 2017).
  12. (en) Paul Peachey, « Rotherham child abuse report: 1,400 children subjected to 'appalling' sexual exploitation over 16-years », The Independant, (consulté le 15 octobre 2017).
  13. (en) bureau du Commissaire à l'enfance (en), « I thought I was the only one. The only one in the world », rapport provisoire de novembre 2012 [PDF], (consulté le 14 octobre 2017).
  14. Philippe Bernard, « L'Angleterre découvre le scandale d'abus sexuels dans le Yorkshire », Le Monde, (consulté le 15 octobre 2017).
  15. (en) « Horror of Telford girls' sex abuse ordeal », (consulté le 28 février 2015).
  16. « Horrific ordeal of the girls who are victims of the sex gangs revealed in Dispatches investigation », sur le site du Mirror, (consulté le 28 février 2015).
  17. a, b et c (en-GB) « Telford Sex gangs 'targeted and murdered girls as young as 11' », The Sun,‎ (lire en ligne).
  18. (en-GB) « Telford chief disputes abuse scale reports », BBC News,‎ (lire en ligne).
  19. (en-GB) « New Telford abuse victims come forward », BBC News,‎ (lire en ligne).
  20. (de) Tanja Unterweger, « Kindesmissbrauch in Telford: „Nicht schlimmer als in irgendeinem anderen Ort in England“ », FAZ.NET,‎ (ISSN 0174-4909, lire en ligne).
  21. Nicola Bartlett, « Theresa May calls for Telford abuse inquiry to begin 'as quickly as possible' », mirror,‎ (lire en ligne).
  22. a, b et c « Telford : un scandale de viols collectifs par des gangs indo-pakistanais refait surface », FIGARO,‎ (lire en ligne).
  23. (en-GB) « Up to 1,000 children 'drugged, beaten and raped' in Telford grooming scandal », Metro,‎ (lire en ligne).
  24. (en-US) « Grooming Gang: 'White Women Are Good for Only One Thing – for People Like Me to F*** and Use as Trash' », Breitbart,‎ (lire en ligne).
  25. Nick Sommerlad, Geraldine McKelvie, « Child grooming scandal exposed in Midland town », birminghammail,‎ (lire en ligne).
  26. « On en parle à Londres : la ville de Telford secouée par un scandale de pédophilie - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 23 mars 2018).
  27. (en) « Telford MP in new call for inquiry into ‘extremely shocking’ abuse in the town », sur jerseyeveningpost.com (consulté le 12 mars 2018) : « There must now be an independent inquiry into child sexual exploitation in Telford so that our community can have absolute confidence in the authorities ».
  28. (de) Jochen Buchsteiner et London, « Untersuchungen in Telford: Noch mehr Mädchen melden sich in Missbrauch-Skandal », FAZ.NET,‎ (ISSN 0174-4909, lire en ligne).
  29. a, b, c et d « Pourquoi les jeunes anglaises violentées en temps de paix ne percent-elles pas le mur de notre compassion ? », France Inter,‎ (lire en ligne).
  30. a et b (en-GB) « 'It's Bigger Than Telford': Living At The Centre Of The UK's Child Sexual Exploitation Scandal », HuffPost UK,‎ (lire en ligne).
  31. « Missbrauch in Telford: "Ausbeutung der Schwächsten unserer Gesellschaft" », Spiegel Online,‎ (lire en ligne).
  32. « Abus sexuels sur mineures : à Telford, « la police savait et n’a rien fait » », sur Yahoo ! Actualités (consulté le 17 avril 2018).
  33. (en-GB) « Former child sex gang leader 'to be released 17 years early' », The Independent,‎ (lire en ligne).
  34. (en) Lisa O'Brien, « Mubarek Ali: Keep Telford child sex gang leader in prison, say 200,000 », sur www.shropshirestar.com (consulté le 11 octobre 2017).
  35. Geraldine McKelvie, « Whistleblowers silenced for trying to expose UK's worst child sex abuse scandal », mirror,‎ (lire en ligne)
  36. (en-GB) « Telford girls: the wrong kind of victims », Spiked,‎ (lire en ligne)
  37. « CheckNews.fr, le moteur de recherche humain par Libération. », sur liberation.checknews.fr (consulté le 20 mars 2018)
  38. « «Le racisme anti-blanc impose l'omerta médiatique» », FIGARO,‎ (lire en ligne)
  39. « Geoffroy Lejeune évoque Telford pour dénoncer le silence sur le racisme antiblanc (LCI,19/03/18,18h) », (consulté le 20 mars 2018)
  40. a et b « GB: nouveau scandale de pédophilie », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  41. Causeur.fr, « Telford: silence, on viole ! - Causeur », Causeur,‎ (lire en ligne)
  42. « L'arrestation d’un militant anglais soulève la fachosphère », sur parismatch.com,
  43. (en-GB) Steve Bird, « Grooming gangs of Muslim men failed to integrate into British society », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne)
  44. (en-GB) « Researchers who assumed Pakistani men are unfairly branded as grooming gang members, find they are wrong », OpIndia.com,‎ (lire en ligne)
  45. a, b et c (en-GB) « As a Rotherham grooming gang survivor, I want people to know about the religious extremism which inspired my abusers », The Independent,‎ (lire en ligne)
  46. (en) Jess Phillips, « How many Telfords before we get serious about child grooming? | Jess Phillips », sur the Guardian, (consulté le 21 mars 2018)