Abbaye de Preuilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Preuilly.
Abbaye de Preuilly
Image illustrative de l'article Abbaye de Preuilly
Ruines de l'abbatiale de Preuilly.

Diocèse Archidiocèse de Sens
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) VI (6)[1]
Fondation 1118
Début construction 1170
Fin construction 1200
Dissolution 1791
Abbaye-mère Abbaye de Cîteaux
Lignée de Abbaye de Cîteaux
Abbayes-filles Vauluisant
La Colombe
Barbeau
Congrégation Ordre cistercien
Période ou style Architecture gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (2004)[2]

Coordonnées 48° 26′ 46″ nord, 3° 06′ 43″ est[3]
Pays Drapeau de la France France
Province Comté de Champagne
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Commune Égligny

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye de Preuilly

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Abbaye de Preuilly

L'abbaye de Preuilly est une ancienne abbaye située sur la commune d'Égligny, dans le département français de la Seine-et-Marne. Cinquième fille de Cîteaux[4], elle est fondée en 1118 et se trouve de nos jours à l'état de ruines[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Étienne Harding confie à Artaud, condisciple de Saint Bernard, accompagné d'une douzaine d'hommes, la création de l'abbaye. La construction de l'abbatiale commence vers 1170 et se termine vers 1200[5]. L'établissement prospère rapidement grâce au soutien de Thibaut IV de Champagne et de la mère de celui-ci, Adèle de Blois[6].

En 1127, les moines de Preuilly fondent à leur tour l'abbaye de Vauluisant. Preuilly est aussi à l'origine de la fondation de l'abbaye de Barbeau.

La plus ancienne charte royale connue de Preuilly date de 1138.

L'original sur parchemin d'une seconde charte royale, datée de 1140, a été découverte courant 2011 par l'expert Roch de Coligny : elle émane du roi Louis VII, et concerne la donation d'un désert situé in Istia et in Torelio. C'est un parchemin écrit en latin, et signé par le grand monogramme du roi[7].

Une bulle de 1158, signée par le pape Adrien IV, confirme les biens et privilèges de Preuilly[6].

En 1318, l'abbaye se retrouve à la tête de 17 granges et de 10 moulins notamment[8]. Le domaine est affermé à la fin du XIVe siècle et en 1491[8].

En 1536, le premier abbé commendataire est Jacques d'Escoubleau de Sourdis, évêque de Maillezais[9]. L'abbaye possédait une maison à Paris, appelée « hôtel de Preuilly»[10].

En 1686, les biens de l'abbaye sont partagés en trois lots[9]. En 1789, le quarante cinquième et dernier abbé est Charles-François de La Rochefoucauld, député du clergé de Provins[9]. Il n'y plus que dix religieux à Preuilly lors de la dissolution de la communauté le 25 novembre 1790[11].

Les bâtiments conventuels et l'église sont déclarés « biens nationaux  » et mis en adjudication le 28 avril 1791 en plusieurs lots. La démolition se poursuit jusqu'à ce que le Docteur Henri-Marie Husson rachète, de 1829 à 1842, les divers lots de l'ancien monastère démantelé, lui redonnant ainsi son unité de naguère. Son fils acquiert la dernière pièce, le logis abbatial, en 1866. Les démolitions sont stoppées.

Vers 1860, une chapelle est aménagée dans la chapelle de l'abbé, la sacristie de l'église et l'armarium. L'ancienne abbaye de Preuilly fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 5 mars 2004 ; elle avait auparavant fait l'objet d'inscriptions, en 1927, 1943, et 2002, annulées[2].

Liste des abbés de Preuilly[modifier | modifier le code]

L'abbaye en 1704.
  • 1118-1139 : Artaud
  • 1139-1160 : Nigelle
  • 1160-1183 : Hugues
  • 1183-1195 : Guy
  • 1195-1198 : Étienne Ier
  • 1198-1210 : Jean Ier
  • 1210-1222 : Aman ou Armand
  • 1222-1225 : Pierre Ier l'Ermite
  • 1225-1238 : Guilbert
  • 1238-1243 : Eudes
  • 1242-1246 : Pierre II
  • 1246-1249 : Nicolas
  • 1249-1253 : Michel
  • 1254-1261 : Prosper
  • 1261-1270 : Norbert, un fragment de sa dalle funéraire a été offerte au musée du Louvre en 2014[12].
  • 1270-1278 : Dudon
  • 1279-1296 : Simon Ier
  • 1296-1298 : Imbert
  • 1298-1316 : Gilbert
  • 1312-1332 : Jacques Ier de Dijon
  • 1332-1358 : Hervé
  • 1358-1362 : Geoffroy
  • 1362-1368 : Pierre III
  • 1368-1380 : Étienne II de Foissy (devint abbé de Clairvaux)
  • 1380-1384 : Simon II
  • 1384-1419 : Guérin ou Guéric
  • 1419-1434 : Jean II de Rosoy
  • 1434-1434 : Pierre IV de Rebais (ne fut abbé qu'un mois à peine et mourut)
  • 1434-1436 : Jean III le Fort
  • 1436-1462 : Jean IV de Bresle
  • 1462-1486 : Vincent de Chalon
  • 1486-1505 : Jean V Farel
  • 1505-1511 : Pierre V de Villenovette
  • 1514-1536 : Matthieu Riollet, dernier abbé régulier
  • 1536-1543 : Jacques II d'Escoubleau de Sourdis
  • 1543-1614 : Henri d'Escoubleau de Sourdis
  • 1614-1625 : François Ier d'Escoubleau de Sourdis
  • 1625-1628 : Jean-Baptiste de Villeneuve
  • 1628-1678 : François II de Villeneuve
  • 1678-1684 : Louis Ier de Forbin de la Marthe
  • 1684-1713 : Toussaint de Forbin-Janson[13]
  • 1713-1723 : Louis II Abraham d'Harcourt de Beuvron
  • 1723-1763 : Antoine-Jérôme Boyvin de Vaurouy
  • 1763-1784 : Claude-Marc-Antoine d'Apchon
  • 1784-1789 : Charles-François de La Rochefoucauld-Bayers

L'abbaye aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Les vestiges visibles aujourd'hui sont les murs du chœur de l’église jusqu’à la naissance des ogives, les murs latéraux de la nef, le croisillon sud du transept, les soubassements de la salle du chapitre.

Subsistent aussi, la ferme du Domaine et la grange des Beauvais, objet de recherches dont le but est de mieux connaître l'économie cistercienne.

L’abbaye de Preuilly est ouverte au public lors des journées du patrimoine, ainsi qu'à l’occasion du pèlerinage annuel de Notre-Dame du Chêne, dernier dimanche de septembre.

Le jeudi 1er octobre 2015, un mât de mesure est monté. Il concerne un projet éolien et est visible du site, en particulier le soir lorsque sa lumière rouge clignotante est allumée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum Cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit, t. I, Vienne, Vindobonae, , 491 p. (lire en ligne), p. 98-99.
  2. a, b et c Notice no PA00086943, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  3. « Preuilly », sur http://www.cistercensi.info, Ordre cistercien (consulté le 19 juin 2013).
  4. [Marlène Hélias-Baron 2003] Marlène Hélias-Baron, « Chronologie des quatre premières filles de Cîteaux », Hypothèses, Publications de la Sorbonne, vol. 7, no 1,‎ , p. 181-194 (ISBN 285944503X, ISSN 1298-6216, résumé, lire en ligne).
  5. Jean-François Leroux-Dhuys, Les abbayes cisterciennes en France et en Europe, photo Henri Gaud, éd. Place des victoires, Paris, 1998, 399 p. (ISBN 978-2-84459-000-8).
  6. a et b Catel et Lecomte, op. cit.
  7. Actes royaux et souverains
  8. a et b Picart, op. cit.
  9. a, b et c Grésy, op. cit.
  10. C. Lambert, « Seine. Le cellier de l'hôtel de Preuilly, rue Geoffroy L'Asnier à Paris », Bulletin Monumental, Persée, vol. 144, no 4,‎ , p. 343-344 (DOI 10.3406/bulmo.1986.2842, lire en ligne).
  11. Marquise de Maillé, « L'église cistercienne de Preuilly (Seine-et-Marne) », dans Bulletin monumental, Société française d'archéologie, 1930, t. LXXXIX, p. 257-354
  12. Cf. Revue des Musées de France, 2015-2, p. 3-4.
  13. Recueil des actes, titres et mémoires concernant les affaires du clergé de France, p. 811