Abbaye Notre-Dame de Bonnecombe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Abbaye de Bonnecombe)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnecombe.
Abbaye Notre-Dame de Bonnecombe
Image illustrative de l'article Abbaye Notre-Dame de Bonnecombe
Vue générale de l'abbaye

Diocèse Diocèse de Rodez et Vabres
Patronage Notre-Dame
Numéro d'ordre (selon Janauschek) CCCXCV (395)[1]
Fondation 1162
Cistercien depuis 1167
Abbaye-mère Candeil (1167-1791)
Aiguebelle (1876-1965)
Lignée de Clairvaux
Congrégation Cisterciens (1167-1791)
Trappistes (1876-1965)
Orthodoxes (1965-1968)
Arche (1980-1998)
Béatitudes (1998-2005)
Association Notre Dame de Bonnecombe (depuis 2005)
Période ou style Roman et classique
Protection Sans

Coordonnées 44° 14′ 37″ nord, 2° 33′ 16″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Province Rouergue
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Commune Comps-la-Grand-Ville

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

(Voir situation sur carte : Aveyron)
Abbaye Notre-Dame de Bonnecombe

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Abbaye Notre-Dame de Bonnecombe

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Notre-Dame de Bonnecombe

L'Abbaye Notre-Dame de Bonnecombe est une abbaye de l'Aveyron, situé sur la commune de Comps-la-Grand-Ville.

Cette abbaye, consacrée en 1167, fait partie du diocèse de Rodez.

Les derniers moines ont quitté l'abbaye en 1965[3].

Situation géographique[modifier | modifier le code]

L’abbaye de Bonnecombe se situe à une vingtaine de kilomètres au sud de Rodez, sur la route de Cassagnes-Bégonhès, dans le département de l’Aveyron. Le plan d'eau de Bonnefon était autrefois la réserve d'eau des moines.

Histoire et occupation[modifier | modifier le code]

L'entrée de l'abbaye

Cette abbaye cistercienne est fondée en 1162 par Raymond V, comte de Rouergue et par Hugues, évêque de Rodez[4]. Elle est consacrée le par Gausbert abbé de Candeil, en Albigeois, qui envoie les premiers moines avec à leur tête Matfred, qu'il nomme abbé[5]. Dès sa fondation, ses relations avec l'abbaye de Bonneval sont tendues. Un accord sera trouvé et signé en 1217 pour la répartition des pacages de Gramond à Viaur.

De sa fondation à sa mise en commende en 1470, elle est dirigée par trente abbés qui lui donnent un rayonnement sur toute la partie occidentale du Rouergue ainsi que dans le Nord de l'Albigeois et dans une partie du canton de Cassagnes. Elle commence à péricliter lors de sa mise en commende. Les abbés commendataires ayant leurs intérêts dans d'autres lieux et ne résidaient pas. Les cisterciens seraient restés jusqu’en 1791.

Cette très imposante abbaye a été victime de nombreuses dégradations lors de la Révolution française, avant d’être restaurée par des moines Cisterciens-Trappistes à partir de 1876-1877. Elle est alors à nouveau érigée en abbaye en 1895[3].

Le recrutement se tarissant dans la deuxième moitié du XXe siècle, le chapitre conventuel décide la fermeture de la maison et les moines trappistes quittent Bonnecombe en 1965.

De 1965 jusqu’en 1968, l'abbaye accueille une communauté orthodoxe. Elle devient ensuite un centre de réinsertion pour des personnes sortant de prison. En 1980, elle est confiée par le diocèse de Rodez à une communauté de l'Arche (mouvement non-violent fondé par Lanza del Vasto). En 1998, elle est occupée par la communauté charismatique catholique des Béatitudes. Depuis 2005, c'est l'Association Notre-Dame de Bonnecombe qui entretient les lieux et organise des manifestations cultuelles et culturelles.

Architecture[modifier | modifier le code]

Vue générale depuis le côté des jardins, 1996.

Porterie[modifier | modifier le code]

Elle a la forme d'une tour-porte carrée, construite au cours de la guerre de Cent Ans pour se défendre contre les « routiers ». Elle porte le nom de tour Saint-Bernard.

Église abbatiale[modifier | modifier le code]

Le chœur et les deux chapelles latérales, les voûtes du transept et la totalité de la nef sont du XIIe siècle. Dans le chœur fut inhumé en 1212, Hugues évêque de Rodez.

Une partie des autels se trouve dans l'église de Carcenac-Salmiech. Un retable de style baroque réalisé en 1660 fut déplacé par l'abbé Mignonac, en 1806 en l'église de Comps. Le chœur de l'église étant trop petit, on procédera à la découpe du retable dans lequel on encastrera un tabernacle provenant d'un autre retable qui sera restauré en 1965.

Salle capitulaire[modifier | modifier le code]

Cloître[modifier | modifier le code]

Une des suites de vitraux du cloître
Cloître

Quelques grands personnages de la région sont enterrés dans cette partie de l'abbaye : Jalques, les seigneurs de Landorre, Roquecézière, Guillaume de Scorailles.

Réfectoire[modifier | modifier le code]

Bâtiments conventuels[modifier | modifier le code]

Abbés, prieurs[modifier | modifier le code]

Période de l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

De 1167 à 1470 l'abbaye fut dirigée par trente et un abbés réguliers puis jusqu'en 1790 par des abbés commendataires[3] :

Abbés réguliers
  • Matfred : 1167-1170
  • Guillaume Ier : 1171-1175
  • Hugues Ier : 1175-1180
  • Pons Ier : 1180-1182
  • Ranulfe : 1182-1184
  • Bertrand Ier : 1185-1198
  • Albert : 1198-1200
  • Bertrand II : 1200-1205
  • Géraud de Valrufier : 1205-1217
  • Amblard de Salles : 1217-1218
  • Bernard Ier de Montlaur : 1218-1226
  • Hugues II : 1227-1229
  • Guillaume II Gausserand : 1229-1232
  • Rainal Sicard : 1232-1233
  • Guillaume II Gausserand : 1234-1237
  • Pierre Ier Ozembel : 1238-1250
  • Guillaume III : 1251-1252
  • Bernard II del Bac : 1253-1259
  • Étienne : 1260-1262
  • Astruc de Limairac : 1263-1294
  • Vivian du Monastier : 1294-1308
  • Pons II du Bourg : 1308-1337
  • Raymond Ier de Rouffiac (?) : 1344-1360
  • Raymond II Léviat : 1361-1381
  • Pierre II : 1381-1396
  • Arnal Raymond, ne prend pas possession de son siège[3]
  • Pierre III d'Aunhac : 1399-1422
  • Hugues III de Castelpers[6] : 1422-1432
  • Pierre IV de Cumba : 1432-1442
  • Astorg de Cénaret (?) : 1442-1457
  • Jean Ier Garrigues : 1457-1470
Abbés commendataires

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Détail de vitrail du grand escalier
Détail de vitrail de la salle du chapitre
  • Dom Joachim Raynaud, 1er prieur : 1877
  • Dom Aurèle Euvrard, 2e prieur
  • Dom Ephrem de Carrière, 3e prieur : 1881-1888
  • Dom Emmanuel Bernex, 4e prieur (1888-1895) et 1er abbé
  • Dom Émile Lorne, 2e abbé : 1901-1918
  • Dom Arsène Maurel, 3e abbé : 1919-1930
  • Dom Joachim Delaigue, supérieur (1930-1932)
  • Dom Jean Bousquet, supérieur (1932-1937) puis 4e abbé

Religieux célèbres[modifier | modifier le code]

Propriétés, terriers, bénéfices, églises[modifier | modifier le code]

  • 1194 - Donation faite par Étienne dell Estroa à l'abbaye[8]
  • 1217 - Pacages sur des terres s'étendant de Gramond à Viaur.
  • 1225 - Bonneval vend La Serre et ses dépendances à Bonnecombe. L'ensemble est vendu pour 10 000 sous roudaneses. La moitié de la somme est payée en bêtes à cornes (84 bœufs ou vaches). Les raisons de cette vente restent inconnues.
  • 1225 - ca, Fief de Montmeyrac (en partie), construction de la Grange de Bonnefon, en briques cuites locales, la seule de ce genre dans le Rouergue, réserve non accensée de plus de 300 hectares[9]
  • 1415 - 70 mas dépendent de la Grange de Bonnefon ( plus de 6000 hectares). Ce patrimoine perdura jusqu'à la Révolution. Il y avait un pressoir banal à vis à Bonnefon.
  • - les mas de la paroisse de Teillet étaient en: (miega anceria), autrement dit en copropriété entre les moines et le seigneur de Tanus ou les religieux de Sauveterre
  • - Terres de Pousols, La Carpelie, Rocayrols dans la paroisse de Saint-Just partagées entre le même abbé per mitat an l'abadessa del monestier de Saint-Sernin-sous-Rodez
  • - Fiefs de Saint-Martial de Contensou disputés entre les Hospitaliers des Canabières et les religieux de Bonnecombe.
  • - La quasi-totalité de la paroisse de Naucelle.
  • - églises de Saint-Hilaire, Naucelle, Saint-Martin (construite par les moines en 1254), Comps, Carcenac-Salmiech

Revenus[modifier | modifier le code]

L'abbé était à la fois seigneur civil et religieux. Avec le rattachement des églises à l'abbaye, il jouissait du droit de pourvoir les cures. Il attribuait les terres, avec bail à cens passé devant notaire. Il touchait le cens, une part des récoltes, raisins et animaux, à titre religieux l'impôt de Dieu : Lou deyme (la dîme et les prémices). À titre civil : Lou quint : le champart ou quinte-gerbe des céréales. Taxes spéciales sur la vigne au taux normal du : dixième panier pour toute la récolte. Pour les animaux c'est la dixme de carnelage ou deyme carnenc.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbaye Notre-Dame de Bonnecombe, Ordre de Cîteaux, Carnets du patrimoine, Sauvegarde du Rouergue, 2004
  • Collectif, Notre-Dame de Bonnecombe, Dir de Pub: Robert Aussibal, coll. Les abbayes en Rouergue
  • L'Abbaye de Bonnecombe : Notice, par un ami du monastère., Rodez, P. Carrère, , 138 p., In-8° (notice BnF no FRBNF34111914)
  • Albert Besombes, Martine Houdet et Gilbert Puech, Sur le chemin des moines : l'abbaye de Bonnecombe, ses possessions en Albigeois (Moularès et Bernac) et ses possessions en Rouergue, Valdériès, Centre d'animation socio-culturel et sportif, , 233 p., ill., couv. ill. ; 24 cm (notice BnF no FRBNF35530606)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (la) Leopold Janauschek, Originum cisterciensium : in quo, praemissis congregationum domiciliis adjectisque tabulis chronologico-genealogicis, veterum abbatiarum a monachis habitatarum fundationes ad fidem antiquissimorum fontium primus descripsit P. Leopoldus Janauschek, t. I, Vindobonae, A. Hoelder, , 489 p., Gr. in-4° (notice BnF no FRBNF30644497, lire en ligne), p. 248
  2. « Abbaye de Bonnecombe - Comps-la-Grand-Ville », sur www.tourisme-aveyron.com, Site officiel du tourisme Aveyron (consulté le 6 avril 2013)
  3. a, b, c et d Abbaye Notre-Dame de Bonnecombe, Ordre de Cîteaux, Carnets du patrimoine, Sauvegarde du Rouergue, 2004
  4. L'abbaye de Bonnecombe sur le site Aveyron.com
  5. Communication de M. Gilbert Imbert, à l'assemblée générale du Cercle généalogique du Rouergue à Naucelle le 7 juillet 2007
  6. Inscriptions sur une pierre de la Grange de Bonnefon, déôt à la Mairie de Naucelle
  7. Dom de Sainte Marthe, Galli Christ, t.I, col 148.
  8. Vente Drouot, 20 mars 2002, acquisition de l'État, Roch de Coligny, Cabinet d'xpertise Honoré d'Urfé
  9. Imbert, op.cit.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :