4AD

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
4AD
Description de l'image 4AD - Logo.jpg.
Fondation 1980
Fondateur Ivo Watts-Russell, Peter Kent
Maison de disques Beggars Group
Genre Rock alternatif, electronica, dark wave, folk, dream pop, rock indépendant, noise pop, post-punk, rock gothique, new wave, ambient, heavenly voices
Pays d'origine Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Siège Londres, Angleterre
Site web www.4ad.com

4AD est un label discographique indépendant britannique de pop et rock, basé à Londres, en Angleterre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ivo Watts-Russell et Peter Kent, employés du magasin de disques et du label Beggars Banquet, fondent Axis Records à la fin de l'année 1979, en tant que propriété de Beggars Banquet, qu'ils dirigent tous les deux[1]. Après quatre premiers singles sortis par Axis au début de l'année 1980[1], il devient évident que le nom Axis était déjà utilisé par une autre société de musique[2] et le nom est changé en 4AD en [3], abréviation du mot forward[4]. Les autres noms envisagés incluaient 1980AD, 4WD et 1984[5].

Peter Kent quitte 4AD dès 1980 pour fonder le label Situation Two, toujours avec le soutien de Beggars Banquet. En 1983, Ivo Watts-Russell invite le jeune designer graphique Vaughan Oliver, connu sous le pseudonyme v23, à créer des pochettes d'album sous le label graphique 23 Envelope. Sous l'égide de ce dernier, 4AD acquiert une identité visuelle forte et distincte en parfait complément avec la musique atmosphérique de cette époque. Des groupes comme Bauhaus, Cocteau Twins et Dead Can Dance deviennent cultes dès le milieu des années 1980. Mais 4AD continue son développement, et des signatures comme les Throwing Muses et les Pixies montre une attention croissante pour le rock underground américain. Au même moment, en 1987, 4AD réussit un coup surprenant en plaçant au no 1 des charts britanniques le hit Pump Up the Volume de MARRS, considéré comme précurseur pour la house music britannique et la culture du sampling (c'est le premier no 1 britannique à contenir des samples d'autres chansons).

En 1990, 4AD ouvre un bureau américain à Los Angeles et rencontre le succès avec des groupes comme les Breeders, Red House Painters, Unrest, His Name Is Alive et Frank Black[6]. 4AD crée aussi un petit label, Guernica, qui sert d'antichambre pour des artistes et n'est plus actuellement utilisé. En 1999, Ivo Watts-Russell revend ses parts dans 4AD à Beggars Group (comme il se nomme désormais). Au cours des trois années suivantes, 4AD supervise les nouvelles sorties de Scott Walker, Bon Iver, Iron & Wine, et Tune-Yards, tout en élargissant sa liste avec un certain nombre de beats et d'artistes électroniques[7] sous la forme d'actes comprenant Purity Ring et Grimes, ce dernier sortant l'un des albums les mieux reçus de l'année 2012. Parmi les autres signatures du label figurent bEEdEEgEE, de Gang Gang Dance, Lo-Fang, et le producteur britannique SOHN. Au début de l'année 2014, le label a également annoncé les ajouts de Future Islands et Merchandise, suivis par D.D Dumbo.

En 2015, le label sort les albums de Deerhunter et Grimes, entre autres, qui sont salués par la critique. L'année suivante, le label et The National décrochent leur premier numéro 1 au Royaume-Uni avec Sleep Well Beast[8]. À cette période, les dernières signatures du label incluent Aldous Harding et le groupe britannique Dry Cleaning.

En , le label sort Bills and Aches and Blues, une compilation où des groupes de 4AD reprennent des chansons que le label a publiées au cours de ses 40 années d'existence[9].

Groupes et artistes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) The Guinness Who's Who of Indie and New Wave Music, Guinness Publishing, , First éd., 115/6 (ISBN 0-85112-579-4)
  2. (en) « 4AD: the 'pure' label behind Pixies and Cocteau Twin », (consulté le ).
  3. (en) Michael Wojtas, « Top 10 4AD Albums », sur Consequence of sound, .
  4. (en) « 4AD-L Frequently Asked Questions : Other Questions », evo.org.
  5. (en) « Label of love : 4AD », (consulté le ).
  6. (en) « 6 Music – 1980 Forward – 25 Years of 4AD », BBC, (consulté le ).
  7. (en) Joe Muggs, « 4AD boss Simon Halliday on living with the label's past, et sa vision de l'avenir », FACT, (consulté le ).
  8. (en) « Official Albums Chart Top 100 | Official Charts Company », sur www.officialcharts.com (consulté le )
  9. (en) Carli Scolforo, « 4AD Celebrates 40 Years With Bills & Aches & Blues », sur Paste, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À contre-courant. L'épopée du label 4AD, Martin Aston (trad. Éric Tavernier), Paris, Allia, 2022, 832 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]