1897 au cinéma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chronologies
Années :
1894 1895 1896  1897  1898 1899 1900
Décennies :
1860 1870 1880  1890  1900 1910 1920
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire
Chronologies géographiques
Chronologies thématiques
Architecture Arts plastiques Automobile Chemins de fer Cinéma Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Terrorisme Théâtre
Calendriers
Romain · Chinois · Grégorien · Hébraïque · Hindou · Musulman · Persan · Républicain
Années du cinéma :
1894 - 1895 - 1896 - 1897 - 1898 - 1899 - 1900
Décennies du cinéma :
1860 - 1870 - 1880 - 1890 - 1900 - 1910 - 1920

Événements[modifier | modifier le code]

  • mars : Un cinéma Lumière est ouvert au 6, boulevard Saint-Denis, à l'emplacement d'un ancien théâtre de prestidigitation. Le prix du billet est de 50 centimes. C'est la cinquième salle Lumière à entrer en service depuis le , et le premier établissement fixe, spécialisé pour cette exploitation[1].
  • 12 mars : Le café-concert Bataclan projette des films de Georges Méliès, interprétés par Paulus. Caché derrière l'écran, l'acteur en personne sonorise le film en chantant[1].
  • avril : La réalisation des films produits par Léon Gaumont débute, dans les studios de la rue des Alouettes, près des Buttes-Chaumont. Il en confie la charge à sa secrétaire, Alice Guy[2].
  • avril : L'opérateur de Lumière Félix Mesguich est arrêté aux États-Unis sous le prétexte qu'il ne disposait pas d'autorisation pour filmer. Il était en train de filmer une bataille de boules de neige. C'est en fait la conséquence d'une attitude protectionniste, demandée notamment par Edison. La première compagnie Lumière aux États-Unis est contrainte de cesser ses activités sur le territoire américain.
  • 4 mai : Incendie du Bazar de la Charité (Paris), provoqué par l'appareil de projection de M. Normandin. 129 morts appartenant, pour la plupart, à la noblesse de l'époque, dont la duchesse d'Alençon, sœur de l'impératrice d'Autriche. La catastrophe faillit être fatale à l'industrie naissante du cinéma.

Principaux films de l'année[modifier | modifier le code]

Principales naissances[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Chronique du cinéma, Editions Chronique, (ISBN 2744108022)
  2. Chronique du cinéma, Editions Chronique,