Années 670 av. J.-C.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis -673)
Aller à : navigation, rechercher

VIIIe siècle av. J.-C. | VIIe siècle av. J.-C. | VIe siècle av. J.-C.

../.. | Années 690 av. J.-C. | Années 680 av. J.-C. | Années 670 av. J.-C. | Années 660 av. J.-C. | Années 650 av. J.-C. | ../..


Événements[modifier | modifier le code]

Assarhaddon, roi d'Assyrie, et sa mère Naqi'a-Zakutu, dans le temple de Mardouk. Bas-relief commémorant la restauration de Babylone par Assarhaddon. Bronze (à l'origine plaqué or), v. 681-669 av. J.-C.
Détail d'une stèle d'Assarhaddon commémorant sa victoire en Égypte.
  • 679 av. J.-C. :
    • Cimmériens et Scythes, conduits par Teushpa, font irruption au sud du Taurus, menacent les garnisons assyriennes établies au Tabal. Les princes de Cilicie se rebellent. Assarhaddon contre-attaque, écrase les Ciliciens et contraint Teushpa à la retraite après sa victoire près des Portes ciliciennes. Les Scythes et les Cimmériens se retournent contre le royaume de Phrygie, qu’ils renverseront trois ans plus tard. Assarhaddon fait la paix avec eux et donne sa fille en mariage au Scythe Bartatua (Protothyès selon Hérodote)[1].
    • Assarhaddon reprend la ville d’Arza sur le Wadi el-Arish, à la frontière avec l’Égypte[1].
  • Vers 678 : Le roi d'Assyrie Assarhaddon fait rebâtir Babylone 11 ans après sa destruction. L’Esagil (temple de Marduk) est reconstruit (fin en 668 av. J.-C.)[1]. Au Ier millénaire av. J.‑C., on constate un accroissement de l’espace occupé par les édifices sacrés, plus particulièrement par celui du dieu principal : Babylone contient une cinquantaine de temples, et celui de Marduk occupe à lui seul plus d’un hectare et demi de superficie.
  • 677/6 av. J.-C. : Destruction de Sidon en Phénicie par Assarhaddon d’Assyrie. Son roi Abdi-milkuti, révolté, est décapité. Ses habitants sont déportés en Assyrie et son territoire devient province assyrienne avec Kâr-Assarhaddon pour capitale. Quelques années plus tard (670 av. J.-C.), Assarhaddon impose à Ba’al, roi de Tyr, un traité le mettant sous la domination assyrienne[1].
  • Vers 676 :
  • 676/2 av. J.-C. : Invasion cimmérienne qui ébranle l’État phrygien (Anatolie). Date traditionnelle du suicide de Midas[4].
  • 675-653 av. J.-C. : Règne de Phraortès (Khshathrita), fils de Déjocès, roi des Mèdes[1]. Il rassemble les territoires mèdes en un royaume indépendant. Il entreprend de soumettre les Perses et obtient des succès contre les Assyriens.
    • L’approvisionnement en chevaux de l’armée assyrienne est considérablement réduit. Assarhaddon lance plusieurs raids en Médie tout en concluant un traité avec l’Élam, et prend sous sa protection trois grands princes mèdes qui avaient sollicité son aide contre leurs propres vassaux[1].
  • 675-640 av. J.-C. : Règne de Teispès, roi d’Anshan[1].
  • 675 av. J.-C. : Les Babyloniens repoussent l’invasion du roi d’Élam Humban-haltash[1].
  • 674-663 av. J.-C. : Règne de Urtaki, roi d’Élam. Il se rapproche de l’Assyrie. Il rend les statues divines prises par ses prédécesseurs et nomme un ambassadeur permanent à Ninive[1].


  • Vers 670 av. J.-C. : Date probable du règne de Pheidon, tyran d’Argos[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Georges Roux, La Mésopotamie, Seuil, (ISBN 9782020086325, présentation en ligne)
  2. Israel Ephʻal, The Ancient Arabs : Nomads on the Borders of the Fertile Crescent, 9th-5th Century B.C., BRILL, (ISBN 9789652234001, présentation en ligne)
  3. Françoise Ruzé, Le monde grec antique, Hachette Éducation Technique, (ISBN 9782011818348, présentation en ligne)
  4. Askold I. Ivantchik, Les Cimmériens au Proche-Orient, Saint-Paul, (ISBN 9783727808760, présentation en ligne)
  5. a, b et c Yves Denis Papin, Chronologie de l'histoire ancienne, Éditions Jean-paul Gisserot, (ISBN 9782877473460, présentation en ligne)