Équipe du pays de Galles de rugby à XIII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Description de l'image Logo_pays_de_galles_officiel.jpg.
Surnom Les Dragons
maillot maillot maillot
short
Kit socks.svg
Sélectionneur John Dixon
Capitaine Lee Briers
Record de sélections Ian Watson : 30
Record de points Iestyn Harris : 165
Record d’essais Iestyn Harris : 12
Premier match officiel Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 8 - 9 Pays de Galles Drapeau du Pays de Galles
Plus large victoire Drapeau des États-Unis États-Unis 4 - 92 Pays de Galles Drapeau du Pays de Galles
Plus large défaite Drapeau : Australie Australie 74 - 4 Pays de Galles Drapeau du Pays de Galles
Coupe du monde Phases finales : 5/15
· meilleur résultat Demi-finale (1975, 1995 et 2000)

L'équipe du pays de Galles de rugby à XIII est l'équipe qui représente le pays de Galles dans les principales compétitions internationales de rugby à XIII. Elle fait partie des meilleures sélections au monde comme l'a prouvé son classement des équipes nationales de rugby à XIII avec son dixième rang en . Elle est sous l'égide de la Wales Rugby League.

Histoire[modifier | modifier le code]

Logo commémoratif du centenaire

Si la fédération est créée en 1907, l'équipe nationale est mise en place en 1908, et rencontre la même année l'Australie pour son tout premier match international[1]. Cependant, les meilleurs treizistes gallois ont longtemps évolué sous les couleurs de la sélection britannique.

Merthyr Tydfil et Ebbw Vale sont les deux premiers clubs gallois à s'affilier à la Northern rugby league , l'association britannique qui fut à l'origine de la scission entre rugby à XV et rugby à XIII. Les deux clubs sont bientôt suivis par les clubs d'Aberdare, de Barry, Treherbert et Midd Rhondda, ce dernier accueillant la rencontre de l'équipe nationale face à l'Australie[2].

Mais l'apparition du rugby à XIII au pays de Galles ne s'est pas faite sans tension avec son rival, le rugby à XV. Par un mécanisme analogue à celui qui vit les joueurs d'Angleterre du nord quitter la fédération « quinziste » du sud, pour pouvoir être rémunérés, les joueurs gallois, issus de la classe ouvrière, quittèrent la fédération quinziste galloise pour obtenir compensation de leurs journées non travaillées. Un départ de joueurs gallois qui greva pendant de longues années le rugby à XV au pays de Galles[3].

La Welsh Rugby Union (fédération de rugby à XV galloise) réplique en effectuant de nombreuses pressions[2]; si Pontypridd, résiste une saison chez les professionnels anglais (saison 1926-1927) , le club disparait, et à l'aube de la deuxième guerre mondiale, il ne subsiste plus aucun club gallois treiziste.

Après la seconde guerre mondiale, le mouvement treiziste gallois tente de renaître en organisant des matchs-exhibitions, puis surtout en créant un nouveau championnat comprenant des équipes de Cardiff, Llanelli, Bridgend,Ystragdulais, Aberavon, Amman Vale, Blena et Neath. Ce championnat, crée en 1949 ne survit que jusqu'en 1952[2].

Les années 1960 marquent également un épisode douloureux pour les joueurs noirs gallois : ceux-ci, initialement licenciés à XV, se voient ostraciser par la fédération quinziste qui les prive de toute carrière internationale[4]. En conséquence, quitte à n'avoir aucune chance de jouer pour le pays de Galles à XV, ils préfèrent rejoindre les clubs de rugby à XIII du nord de l'Angleterre. Ce que fait par exemple Terry Michael qui rejoint Halifax en 1965[4].

L'équipe a participé à trois coupes du monde en (1975, 1995 et 2000) et a atteint à deux reprises les demi-finales (1995 et 2000) et une place de troisième en 1975. Cependant, elle a créé une surprise en ne parvenant pas à se qualifier pour la coupe du monde 2008, devancée par l'Écosse en phase éliminatoire.

Néanmoins, l'équipe galloise semble de retour dans l'élite mondiale puisqu'en 2010 elle gagne la Coupe d'Europe des nations en battant la France, ce qui l'amène à disputer le Four nations en 2011[1].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Entraineurs et Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Les Pearce (1923-2018), ancien joueur de Halifax, qui entraina la sélection nationale en 1975 et disputa avec celle-ci une dizaine de match, dont quatre furent remportés par les « Dragons », avec deux victoires en Coupe du Monde en 1975 face à l'Angleterre (12-7 lors du match surnommé la « Bataille de Brisbane ») et la Nouvelle-Zélande (25-24) [5].

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Parcours de l'équipe du pays de Galles en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
1954 Non invitée 1972 Non invitée 1995 Demi-finale
1957 Non invitée 1975 Troisième 2000 Demi-finale
1960 Non invitée 1977 Non invitée 2008 Non qualifiée
1968 Non invitée 1985-88 Non invitée 2013 1er tour
1970 Non invitée 1989-92 Non invitée 2017 1er tour

Les Wales Dragonhearts : une sélection amateure ou une « équipe B » ?[modifier | modifier le code]

Dans les années 2000-2010, une deuxième équipe du pays de Galles apparait. Elle porte le nom de Wales dragonhearts (cœurs de dragon du pays de Galles en français) et est composée exclusivement de joueurs gallois jouant dans le championnat national gallois ou Welsh Conference[6]. De facto, il s'agit donc de joueurs amateurs. Mais l'équipe sert également de base aux sélectionneurs pour compléter l'équipe du pays de Galles, lorsque celle-ci dispute les grands tournois comme la coupe du monde et la coupe d'Europe. Il serait donc probablement plus juste de la considérer comme une «  équipe B », celle-ci étant de tout façon la descendante de l'équipe de « Galles A » qui avait été créée en 1991.

Équipe des moins de 19 ans[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Aimé Mouret, Le Who's who du Rugby à XIII, Pays de Galles, Ixcéa, , 291 p. (ISBN 978-2-84918-118-8), p. 201
  2. a b et c André Passamar, L'encyclopédie de treize magazine : Galles, Toulouse, Sud ouest impressions, 2ème trimestre 1984, 170 p., p. 71 72
  3. (en) Gavin Willacy, « Welsh rugby league has a remarkable past – and a promising future », sur theguardian.com/, (consulté le 9 octobre 2018) : « The treatment of working-class Welsh rugby players who opted to be paid to play league rather than remaining union players in poverty was outrageous but explicable. Their departures caused grievous damage to the Wales rugby union team for decades. »
  4. a et b (en) Carolyn Hitt, « The story of lost Welsh rugby heroes and the racial prejudice that meant 'a black man was never going to play for Wales' », sur walesonline.co.uk/, (consulté le 14 octobre 2018) : « I discovered the hidden history of the great black Welsh players who were shamefully ignored here but given an opportunity in league almost 50 years before our union game capped its first man of colour. »
  5. (en) David Rogers, « Death of former Wales Coach », Rugby League&Rugby League Express,‎ , page 28 (ISSN 0962-1547)
  6. (en) « Dragonhearts », sur walesrugbyleague.co.uk (consulté le 9 octobre 2018) : « Wales Dragonhearts are the representative side of the Welsh Conference. All players who play in the Conference leagues in both north and south Wales are eligable for selection. »


Lien externe[modifier | modifier le code]