Équipe des Māori de Nouvelle-Zélande de rugby à XIII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L'équipe des Māori de Nouvelle-Zélande de rugby à XIII, le 26 octobre 2008.

L'équipe des Māori de Nouvelle-Zélande est une équipe de rugby à XIII qui joue habituellement contre des équipes nationales qui sont en tournée en Nouvelle-Zélande. Cette équipe a participé à la Coupe du monde de rugby à XIII 2000, ainsi qu'à la Pacific Cup. Il existe une condition préalable pour jouer dans cette équipe, c'est que le joueur doit avoir au moins 1/16e de descendance Māori.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première tournée des Māoris a eu lieu en 1908 en Australie. Cette tournée australienne fut un succès, et sera suivie par une autre tournée en Australie en 1909 et en Grande-Bretagne en 1910.

The Māori Rugby League a été formé en 1934 pour administrer le rugby à XIII dans la communauté Māori. Cette organisation s'est appelée ensuite la Aotearoa Māori Rugby League.

Depuis, l'équipe rencontre régulièrement l'Australie, l'Angleterre, mais aussi la France[1].

Le 26 octobre 2008, avant le lancement de la coupe du monde, au Sydney Football Stadium, les Māoris s'inclinent face aux aborigènes australiens 34 à 26.

En match de préparation aux Four Nations 2010, l'équipe d'Angleterre affronte les Māoris et les deux équipes se quittent sur un match nul, 18 partout.

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

De nombreux joueurs remarquables sont issus de la communauté Maori, certains étant devenus des internationaux pour la Nouvelle-Zélande. On cite le cas de Roy Christian, Mauga Emery, Bill Moore, Hugh McGahan, les frères Bell , célébres dans la deuxième moitié du XXe siècle[1].

Débat sur l'existence même d'une équipe Māori[modifier | modifier le code]

L'existence d'une équipe Maori , distincte de l'équipe nationale de Nouvelle-Zélande, alimente régulièrement des débats dans le monde du rugby anglophone (XIII comme XV) mais aussi au sein de la société néo-zélandaise.

Du côté du monde treiziste, la participation même d'une sélection fondée sur un critère « ethnique », participant directement à une épreuve comme la coupe du monde, apparait parfois comme le cache-misère d'une absence d'ambition des instances internationales, contrainte de créer des équipes à partir des nations treizistes pour étoffer le nombre de participants.

Du côté de la société néo-zélandaise, on a pu se demander si créer une équipe distincte n'était pas de l’« Apartheid inversé »[2] alors que d'autres observateurs y voient les conséquences logiques du Traité de Waitangi[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b André Passamar, L'Encyclopédie de Treize Magazine, Toulouse, Sud-Ouest Presse Impression, 2ème trimestre 1984, 169 p. (ASIN B0014I5GK6), « Maoris », p. 109
  2. a et b (en) Malcolm Mulholland, « Rugby World Cup: All Blacks, New Zealand Maori and the politics of the pitch », sur theconversation.com/, (consulté le 29 septembre 2018)