Équipe de Grande-Bretagne de rugby à XIII

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juin 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Surnom British Lions (les Lions britanniques)
Stade pas de stade privilégié
maillot maillot maillot
short
Kit socks.svg
Sélectionneur Tony Smith
Capitaine Jamie Peacock
Record de sélections Mick Sullivan
Gary Scholfield : 46
Record de points Neil Fox : 228
Record d’essais Mick Sullivan : 41
Premier match officiel Flag of New Zealand.svg Nouvelle-Zélande 6-14 Grande-Bretagne Drapeau : Royaume-Uni
Plus large victoire Drapeau : Fidji Fidji 4 - 72 Grande-Bretagne Drapeau : Royaume-Uni
Plus large défaite Drapeau : Australie Australie 64 - 10 Grande-Bretagne Drapeau : Royaume-Uni
Coupe du monde Phases finales : 9/12
· meilleur résultat 1re (1954, 1960 et 1972)

L'équipe de Grande-Bretagne de rugby à XIII, the British Lions (les Lions britanniques), est l'équipe qui représentait la Grande-Bretagne dans les principales compétitions internationales de rugby à XIII, étant composée de joueurs anglais, gallois et écossais. Pendant les années 1990, l'équipe a étendu sa sélection aux joueurs nord-irlandais, représentant de fait le Royaume-Uni au complet. À partir de 1995, la Rugby Football League a préféré envoyer à la Coupe du Monde des équipes représentant les nations britanniques plutôt que la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord. Les Lions britanniques disputaient cependant toujours les test-matchs et le Tri-Nations. Dès 2007, la RFL complète le processus de dissociation et l'Angleterre prend définitivement la place de la Grande-Bretagne dans toutes les rencontres internationales. Le Pays-de-Galles et l'Écosse en profitent pour augmenter leur nombre de rencontres internationales et poursuivre leur développement. Les joueurs nord-irlandais rejoignent quant à eux l'équipe d'Irlande, également en plein développement.

Dans le futur, les Lions britanniques pourraient reprendre des tournées, comme ils l'ont fait régulièrement de 1909 à 2000, à l'instar des Lions britanniques et irlandais de rugby à XV[1].

Avant d'être décomposée pour faire place aux trois nations, la Grande-Bretagne était la seule sélection avec l'Australie à avoir remporté la Coupe du monde, ceci à trois reprises en 1954, 1960 et 1972. (Depuis, la Nouvelle-Zélande a rejoint ce club très restreint en gagnant la Coupe du monde de 2008).

Palmarès[modifier | modifier le code]

Compétitions[modifier | modifier le code]

Les Lions ont remporté à trois reprises la Coupe du monde de rugby à XIII, dont la première édition se déroula en octobre, novembre 1954 en France. Ils remportent de nouveau le trophée en 1960, édition disputée sur le sol britannique, et en 1972 de nouveau en France.

Elle dispute également le Tri-Nations, compétition opposant l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Après le retrait des Lions, c'est l'Équipe d'Angleterre qui prendra sa place dans le Tri-Nations, devenu Four-Nations depuis 2009 (ne pas confondre avec l' International Championship du rugby à XV qui est parfois désigné, à tort, sous ce terme et qui rassemble les nations de l'hémisphère Sud).

Les séries de test matchs face à l'Australie sont connues sous le nom de " The Ashes ", comme au cricket. Les séries opposant les Lions à la Nouvelle-Zélande portent le nom de " Baskerville Shield ".

Joueurs emblématiques du passé[modifier | modifier le code]

Ils sont nombreux, depuis 1909, à avoir porté le maillot blanc frappé du double chevron rouge et bleu !

Afin de les honorer la Rugby League en a choisi 5 pour les regrouper sur une statue qui orne l'entrée du New Wembley, non loin de celle du footballeur Bobby Moore. Il s'agit de Gus Risman, Billy Boston, Eric Ashton, Alex Murphy et Martin Offiah.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) England to take pride of place over Britain, Gareth Walker, sport.guardian.co.uk, 3 décembre 2005, consulté le 15 septembre 2008.

Liens externes[modifier | modifier le code]