Élections municipales algériennes du 21 juin 1990

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les élections municipales algériennes du 21 juin 1990 sont les premières élections municipales pluralistes de l'Histoire algérienne, le FIS obtient 54,3% des suffrages exprimés, et remporte la majorité dans les grandes villes. Il se pose comme seul concurrent du regime FLN qui mord la poussière en ne recueillant que 28,1% des suffrages. Le FIS, dirigé surtout par des élites « arabophones » non cooptées par le pouvoir et bloquées dans leur ascension sociale, est ainsi parvenu à capitaliser l'immense frustration d'une majorité d'Algériens. Au lendemain de la victoire des élections, les islamistes ont procédé à débaptiser les frontons des mairies qu'ils ont gagné à travers tout le territoire nationale par l'inscription « Municipale islamique » à la place de la devise républicaine « Révolution par le peuple et pour le peuple »

Résultat des Assemblées Populaires Communales[modifier | modifier le code]

Partis Nombre de voix Pourcentage des voix
FIS 4,331,472 54.3%
FLN 2,245,798 28.1%
RCD 166,104 2.1%
PNSD 131,100 1.6%
Other parties 179,036 2.2%
Independents 931,278 11.7%
Total 7,984,788 100%