Ali Belhadj

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Belhadj.
Ne pas confondre avec Ali Belhaj, homme politique marocain.
Ali Belhadj
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
علي بلحاجVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Ali Belhadj (arabe :علي بلحاج) ou Ali Benhadj, est né en 1956 à Tunis, il est le cofondateur, avec Abbassi Madani, du Front islamique du salut (FIS), parti politique algérien qui milite pour l'instauration d'un État islamique en Algérie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ali Belhadj est né à Tunis en 1956 au sein d'une famille de réfugiés algériens d'origine mauritanienne[1]. Résidant à Kouba , un quartier populeux d'Alger. Son éducation est principalement religieuse[2]. Il a été professeur d'arabe, il a étudié la théologie auprès du cheikh Arbaoui[2]. Ali Belhadj sait parler le français, mais il cesse tout usage de cette langue, surtout avec les journalistes, dés la fin de 1990, car le français est une des langues principales des « Croisés », et que la langue est « Haram » : il préfère alors se tourner vers l'anglais, qui, même si aussi cette langue est issue des « Croisés », bénéficie d'une aura internationale, idéale pour partager des idées, ou de la propagandes, par différents médias (surtout Internet), auprès des plus jeunes.

Il prêchait dans les mosquées Al-Sunna à Bab El-Oued et Ibn Badis à Kouba ; dans ses prêches, il appelle à la révolte armée contre le régime algérien qui n'applique pas, à ses yeux, la Charia (la loi coranique) [1]. Proche de Mustafa Bouyali, il est arrêté une première fois en 1984[pourquoi ?]. Après un discours où il appelait les militants islamistes à s'armer, l'armée l'emprisonne en 1991, puis il est relâché par le président Abdelaziz Bouteflika, pour être réincarcéré quelque temps après pour propos dangereux faisant l'apologie du terrorisme[réf. nécessaire]. il a purgé sa peine de 12 ans d'incarcération. Il n'a pas été amnistié.

Après les émeutes de la semaine du 5 octobre 1988, Ali Benhadj, en tant qu'imam à Bab El-Oued, fait un réquisitoire au moment d'un prêche à la mosquée Sunna dans lequel il revendique que les émeutes sont le fruit de l'échec de la politique algérienne en matière d'éducation, de culture, de justice, d'administration, de politique et de religion. Il s'offre ainsi en porte-parole des émeutiers et promeut sa vision de la politique algérienne, réclament la mise en oeuvre de réformes politiques en Algérie[3].

Sa popularité quoique moindre, reste très forte. Il est considéré[Par qui ?] comme l'un des « prêcheurs de mort » qui ont fait glisser le pays dans une décennie d'hécatombes. Au-delà du « qui tue qui ? »[4], sa participation active à la propagande d'enrôlement de la population dans des mouvances armées est rapportée par plusieurs sources[Lesquelles ?]. Aucune étude sérieuse et indépendante n'a été effectuée[évasif] pour déterminer avec précision son influence sur le nombre de personnes enrôlées dans les GIA et dans l'AIS.

Durant les révolutions du Printemps arabe, il fut de nouveau arrêté entre le 6 et le 9 janvier 2011 puis inculpé d'« atteinte à la sécurité de l'État » et d'« incitation à la rébellion armée[5] » le 19 janvier 2011.

Son fils, Abdelkahar Belhadj, né en 1988, présumé membre d'Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), aurait été tué le par l'armée algérienne alors qu'il se dirigeait vers Alger pour préparer un attentat selon El-Watan[6]. Ali Belhadj a par la suite déclaré que son fils ne faisait pas partie des corps de djihadistes qui lui ont été présentés à la morgue de Tizi Ouzou[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://www.france24.com/fr/20140405-algerie-ali-belhadj-interdit-candidature-presidentielle-election-front-islamique-salut
  2. a et b Riadh Sidaoui, Islamic Politics and the Military: Algeria 1962-2008, in Jan-Erik Lane et Hamadi Redissi, Religion and Politics: Islam and Muslim Civilisation, éd. Ashgate Publishing, Farnham, 2009, p. 227-228.
  3. Myriam Aït-Aoudia, L'expérience démocratique en Algérie (1988-1992), SciencesPo Les Presses, , 346 p., p. 42
  4. Une enquête sur les massacres en Algérie
  5. Le Figaro/dépêche AFP
  6. Journal El Watan du 28/07/2011.. Consulté le 31/07/2011.
  7. « Belhadj : « Si Bouteflika avait vu ce que j’ai vu, il se serait précipité à trouver une vraie solution » », sur https://algeria-watch.org, (consulté le 15 octobre 2018)