Église Sainte-Marie-Madeleine de Marcoussis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Sainte-Marie-Madeleine
Image illustrative de l’article Église Sainte-Marie-Madeleine de Marcoussis
Présentation
Culte Catholique
Type Église paroissiale
Rattachement Diocèse d'Évry-Corbeil-Essonnes
Début de la construction XIIe siècle peut-être Xe
Fin des travaux XVe siècle
Architecte Inconnu
Style dominant Roman
Protection  Inscrit MH (1965)
Géographie
Pays France
Région Île-de-France
Département Essonne
Ville Marcoussis
Coordonnées 48° 38′ 32″ nord, 2° 13′ 49″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte-Marie-Madeleine

L’église Sainte-Marie-Madeleine est une église paroissiale de culte catholique, dédiée à sainte Marie-Madeleine, située dans la commune française de Marcoussis et le département de l'Essonne.

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation de l'église Sainte-Marie-Madeleine dans l'Essonne.
Église Sainte-Marie-Madeleine
Voir l’image vierge
Localisation de l'église Sainte-Marie-Madeleine dans l'Essonne.

L'église Sainte-Marie-Madeleine est située dans le centre-ville de Marcoussis, dans la vallée de la Salmouille. Elle est implantée face à la place de la République qui marque le carrefour entre le boulevard Charles Nélaton, la rue Alfred Dubois, empruntée par la route départementale 446, la rue Jean Duboscq, la rue Eugène Moutard-Martin et la rue Pasteur.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un prieuré rattaché à l'abbaye de Saint-Wandrille fut implanté à cet endroit à partir du début du XIIe siècle. Mais le rattachement aurait pu se faire dès 663. L'église, à la base était dédiée à Saint-Wandrille. Mais comme le pieux abbé est mort le 22 Juillet, jour de la fête de Sainte Marie-Magdelaine, il y a eu confusion. Entre 1402 et 1408, Jean de Montagu, seigneur des lieux fit édifier le chœur.La famille Graville va beaucoup apporter à l'édifice. L'Amiral édifira une poutre de gloire et apportera de nouveaux vitraux. Sa fille, Anne, voulait construire des bas-côtés à la nef, mais le prieur, rappelant les droits qui avaient été signés avec Montagu, les travaux et le projet s'arrêtent. On peut encore voir, sur la nef, au côté Nord, nous pouvons encore voir deux piliers en calcaire qui rappellent ces travaux du XVIe. En 1562, les calvinistes arrivent et saccagent le prieuré et l'église, ils brûlent le prieuré et le monastère des Célestins. Puis, le calme jusqu'à la Révolution. Le monastère des Célestins est détruit et l'église se retrouve le seul monument religieux de Marcoussis. Toutes les richesses du monastère, du prieuré et de l'église sont confisqués et rapatriés à Versailles. L'Empire arrive et restitue les biens aux religieux ; le monastère et le prieuré ayant disparu, l'église retrouve tous les biens dont La Vierge à l'enfant, une œuvre religieuse attribuée à Jean de Cambrai, sculpté en 1408, et offerte par le duc de Berry au monastère des Célestins. Entre 1883 et 1888, les vitraux sont changés et fabriqués à Chartres, dans les ateliers Lorin. Dans la nuit du 23 au 24 mai 1973, un tableau de Théodore Chassériau de 1855, représentant Jésus chez Marthe et Marie, est volé. 45 ans après, nous ne savons toujours où est le tableau. L'église a été inscrite aux monuments historiques le [1].

Description[modifier | modifier le code]

La nef, construite en silex est le reste de la chapelle du prieuré dédié à Saint-Wandrille. Elle aurait été édifiée entre 1142 et 1170. Mais elle aurait pu être construite avant l'an Mil puisque le Cartulaire de Longpont mentionne un curé, Pierre, en 1120. Le clocher, lui, en meulière, aurait été construit au début du XIIIe siècle Le chœur, en pierre taillé de grès date du XVe siècle les clefs de voûte sont ornées des armes des Montagu et des Graville. À droite de la nef se trouve une chapelle à voûtes d'arêtes. La façade de style gothique flamboyant est surmontée d'un clocheton. Le clocher est lui surmonté d'une lanterne en meulière au toit octogonal[2],[3],[4],[5].

Mobilier[modifier | modifier le code]

À l'intérieur de l'église, le chœur est surmonté d'une poutre de gloire du XVIe sur lequel on retrouve les armes des Graville et meublé d'un autel néogothique du XIXe siècle. Une statue de la Vierge à l'Enfant en marbre de Carrare datant du XVe siècle, sculptée par Jean de Cambrai a été classée aux monuments historiques[6] de même que les quatorze stalles du XVIIIe siècle[7] et la cloche datée de 1765[8].

La verrière axiale, Jésus chez Marthe et Marie, a été réalisée par les ateliers Lorin de Chartres en 1887 et signée par la veuve de Nicolas Lorin, Marie Françoise Dian (baie 0)[9].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]