Wendy Brown

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wendy Brown (née le 28 novembre 1955) est professeur de sciences politiques de l'université de Californie à Berkeley. S'appuyant sur les travaux de Marx et Foucault, elle a tenté d'élaborer une théorie nouvelle du pouvoir moderne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Citations[modifier | modifier le code]

« Pour le néolibéralisme, toute action humaine ou institutionnelle est conçue comme l'action rationnelle d'un entrepreneur, sur la base d'un calcul d'utilité, d'intérêt et de satisfaction, conformément à une grille microéconomique moralement neutre, dont les variables sont la rareté, l'offre et la demande. »[1]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Manhood and Politics: A Feminist Reading in Political Thought, 1988
  • States of Injury: Power and Freedom in Late Modernity, 1995
  • Politics Out of History (sample chapter), 2001
  • Left Legalism/Left Critique (coédité avec Janet Halley), 2002
  • Edgework: Critical Essays in Knowledge and Politics, 2005
  • Regulating Aversion: Tolerance in the Age of Identity and Empire, 2006
  • American Nightmare: Neoliberalism, Neoconservatism, and De-Democratization, Political Theory, Vol. 34, No. 6 (Dec., 2006), pp. 690-714
  • Walled States, Waning Sovereignty, 2010
  • Is Critique Secular? Blasphemy, Injury, and Free Speech (coécrit avec Talal Asad, Judith Butler et Saba Mahmood), 2011

Publications traduites en français[modifier | modifier le code]

Articles
  • « Néolibéralisme et fin de la démocratie », Vacarme, n° 29, automne 2004[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. In Didier Long, Capitalisme et Christianisme, Bourin Éditeur, 2009, p. 26.
  2. Article en ligne traduit par Philippe Mangeot & Isabelle Saint-Saëns.

Liens externes[modifier | modifier le code]