Vilmos Apor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vilmos Apor
Image illustrative de l'article Vilmos Apor
Statue commémorative, Budapest
Évêque - martyr
Naissance 28 février 1892
Sighișoara
Décès 2 avril 1945 (à 53 ans) 
Győr
Nationalité Flag of Hungary.svg Hongroise
Vénéré à Györ
Béatification 9 novembre 1997 Rome
par Jean-Paul II
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 2 avril

Bienheureux baron Vilmos Apor (Boldog altorjai báró Apor Vilmos en hongrois), est un évêque hongrois tué en 1945 par un soldat russe alors qu'il défendait un groupe de femmes réfugiées à l'évêché de Györ.

Vie[modifier | modifier le code]

Vilmos naît à Sighișoara en Transylvanie dans la partie hongroise de l'Empire austro-hongrois (actuelle Roumanie) d'une famille noble hongroise, dont il est le huitième enfant sur neuf, le 29 février 1892.

Son père, le baron Gábor Vilmos (1851-1898) qui fut főispán de Nagy-Küküllő et Sous-secrétaire d'État aux Affaires étrangères, meurt en 1898 et Vilmos reçoit l'éducation de sa mère et de précepteurs particuliers. Il intègre ensuite le lycée jésuite de Kalksburg en Autriche, puis celui de Kalsca en Hongrie. C'est en 1909 qu'il entre au séminaire de Győr.

Vilmos poursuit ses études de théologie à l'Université jésuite d'Innsbruck et est ordonné prêtre en 1915. Pendant la Guerre, il est vicaire à Gyula et ensuite chapelain militaire de la Croix-Rouge austro-hongroise.

Il est ensuite préfet au séminaire de Nagyvarad avant de devenir curé de Gyula.

L'après-guerre est une période très difficile. Aggravée par l'invasion militaire de Gyula, Vilmos Apor montre à la fois son esprit de charité et son ferme caractère, défendant les otages, soutenant les droits de l'Église sous le régime de Miklós Horthy, s'opposant aux idées du National Socialisme, tout en ne négligeant pas le soin des plus démunis. Il est alors surnommé le Curé des pauvres[1].

Le cardinal Pacelli, futur pape Pie XII, fait un voyage en Hongrie lors du Congrès Eucharistique de Budapest, en mai 1938, et c'est en 1941 qu'élu pape, il nomme Vilmos Apor évêque de Győr alors que la Hongrie bascule dans le camp du Troisième Reich.

En 1944, la Hongrie est occupée par le Reich, et des lois raciales sont promulguées. Monseigneur Apor s'éleve vivement contre celles-ci, protestant contre la création d'un ghetto à Győr, faisant parvenir des secours aux déportés, tout en multipliant les sermons et la prédication de l'Évangile.

En novembre 1944, les Soviétiques sont aux portes de la ville qu'ils prennent définitivement en mars 1945 pendant la Semaine sainte.

Sarcophage de marbre rouge du Bienheureux Vilmos Apor par Sándor Boldogfai Farkas (1948), Basilique de Győr

Martyre[modifier | modifier le code]

C'est le 28 mars 1945, (mercredi saint) que des soldats soviétiques se présentent à l'entrée de l'évêché où s'était réfugié un grand nombre de femmes des environs. Monseigneur Apor refuse de les livrer aux soldats, craignant pour leur vie et pour leur dignité.

Il célèbre sa dernière messe le Jeudi Saint, et le lendemain, les soldats reviennent et exigent qu'on leur livre les femmes. Refusant à nouveau, les soldats lui tirent dessus à bout portant avant de s'enfuir.

Vilmos Apor est transporté à l'hôpital où il est opéré. Il communie le jour de Pâques et meurt le lendemain de suites de ses blessures.

Vénération[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

  • Devise de Vilmos Apor, évêque :
« La croix fortifie le faible et rend doux le fort. »
  • du Pape Jean-Paul II dans l'homélie de la cérémonie de béatification :
« ...Ainsi réalise-t-il sa "Pâque personnelle en passant du témoignage d'amour envers le Christ et de solidarité envers ses frères à la couronne de gloire promise au fidèle serviteur"  »[2]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Osservatore Romano : 1997 n.45 p.1.11
  • Documentation Catholique: 1997 n.21 p.1049

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nominis
  2. he was shot to death while defending his flock. Through his martyrdom he thus experienced his own Passover, passing from the heroic witness of love for Christ and of solidarity with his brothers and sisters to the crown of glory promised to faithful servants.