Tunnel de Gibraltar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tunnel de Gibraltar
Projet
Vue du détroit de Gibraltar au printemps 1994 depuis Endeavour (navette spatiale)
Vue du détroit de Gibraltar au printemps 1994 depuis Endeavour (navette spatiale)

Type tunnel ferroviaire sous-marin
Itinéraire Espagne - Maroc
Traversée Détroit de Gibraltar
Ouverture à la circulation Projet
Coordonnées 35° 57′ 55″ N 5° 34′ 24″ O / 35.965336, -5.57327335° 57′ 55″ Nord 5° 34′ 24″ Ouest / 35.965336, -5.573273  

Géolocalisation sur la carte : Maroc

(Voir situation sur carte : Maroc)
Tunnel de GibraltarProjet

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Tunnel de GibraltarProjet

Le tunnel de Gibraltar ou Afrotunnel est un projet de tunnel sous-marin ferroviaire entre l'Europe et l'Afrique sous le détroit de Gibraltar reliant le Maroc et l'Espagne.

Objectifs[modifier | modifier le code]

La jonction entre ces deux pays permettrait d'établir un lien direct entre deux continents : l'Europe et l'Afrique. Par ailleurs, cela permettrait de mettre en place un moyen de transport plus rapide que le bateau et moins coûteux que l'avion. D'autre part, cela renforcerait la coopération économique déjà existante entre ces deux pays. On pourra citer le tourisme ou encore les échanges commerciaux. Enfin, à plus grande échelle, cela favoriserait davantage d'échanges entre l'Europe et l'Afrique.

Oppositions[modifier | modifier le code]

Certaines personnes au Maroc ont posé la question de l'utilité d'un tunnel au coût aussi exorbitant et à la rentabilité plus que douteuse, au vu de la faillite économique du financement du Tunnel sous la Manche. Ils avancent qu'une somme aussi importante peut être utilisée de manière plus judicieuse au Maroc, un pays dont les ressources financières sont très limitées. À cela, ils ajoutent qu'avec l'ouverture du port de Tanger Med, Algesiras en Espagne n'est plus qu'à 30 minutes des côtes marocaines en bateau. L'avantage alors d'un tel tunnel se révèle moins évident, surtout que ce dernier ne pourra être que ferroviaire (tunnel routier technologiquement irréalisable à cause du problème des gaz d'échappement) nécessitant donc une rupture de charge, avec l'embarquement des voitures sur des wagons navettes, comme c'est le cas avec les ferrys.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premiers projets[modifier | modifier le code]

L'idée d'un lien fixe entre l'Espagne et le Maroc existe depuis longtemps. Le plus ancien projet de tunnel connu est celui de l'ingénieur Laurent de Villedemil en 1869. Au début du XXe siècle, le percement d'un tunnel sous le détroit de Gibraltar va enflammer les imaginations. Parmi les projets les plus aboutis on peut citer : le tunnel Tarifa-Tanger de 41 km proposé par Jean-Baptiste Berlier (1895) ; la ligne ferroviaire de l'Algérie à la France via Gibraltar d'Emile Pichon (1905) ; les tubes d'acier submergés de Garcia Faria ; le chemin de fer ibéro-afro-américain du marquis de Camarasa ; ou encore le projet de double tunnel de Carlos Ibanez de Ibero (1908) qui le premier mentionne qu'il faut éviter la zone la plus profonde du détroit[1].

Tentative de percement[modifier | modifier le code]

En 1918, Alphonse XIII d'Espagne démarche les gouvernements de Paris et de Londres pour lancer le projet, mais la crise de 1919 le fait renoncer[2].

En 1926, le lieutenant Pedro Jenevois parvient à relancer le projet avec l'appui des gouvernements français et espagnol et deux puits d'exploration de 400 m de profondeur sont forés à Tarifa et à la Pointe Altares de Tanger[3] mais la proclamation de la seconde République espagnole et la crise financière entrainent le gel du projet, malgré une tentative de réactivation en 1932[2].

Reprise des démarches[modifier | modifier le code]

Dans les années 1950, l'ingénieur Alfonso Peña Boeuf (es) propose de construire un pont sur le détroit [4].

La décision de mener les premières études de faisabilité fut prise dans le cadre des accords bilatéraux signés par le roi du Maroc Hassan II et le roi d'Espagne Juan Carlos en 1979 ; les gouvernements du Maroc et de l'Espagne souhaitant un rapprochement économique et politique caractérisé par la construction d'un ouvrage commun aux deux pays. Plusieurs autres accords entre les deux pays, en 1980 et 1989, rappelaient ce projet avec la création par les deux gouvernements d'un « Comité mixte hispano-marocain chargé de l'étude de faisabilité d'une liaison fixe Europe-Afrique à travers le détroit de Gibraltar » et de deux sociétés, l'une marocaine, la SNED et l'autre espagnole, la SECEG SA, pour porter ces études.

L'idée alors la plus courante était celle d'un pont. Un des projets avancés avait été imaginé par un cabinet d'ingénierie californien (OPAC) et par le professeur Lin, au milieu des années 1990[5]. Il prévoyait une combinaison de ponts suspendus avec des portées de plus de 5 000 mètres et une hauteur de piles centrales de plus de 300 mètres, dépassant de très loin tout ce qui existe actuellement. En effet, le détroit a par endroit une profondeur de 300 mètres et une longueur d'environ 14 kilomètres à son point le plus étroit. Mais le doute sur la faisabilité et le coût d'un tel pont (estimé alors à 15 milliards de dollars) firent que le projet ne fut pas retenu.

D'autres projets, restant souvent à l'état de dessins, virent le jour. On peut citer celui de l'ingénieur américain Eugene Tsui qui était la combinaison d'un tunnel et d'une île flottante[6]. Cette solution posait aussi problème en raison du grand nombre de navires franchissant le détroit et des forts courants océaniques.

Ces différents projets firent l'objet d'un documentaire sur Discovery Channel Engineering the Impossible - Part 1.

L'idée d'un tunnel routier fut aussi abandonnée à cause de difficultés techniques insurmontables pour la ventilation et l'extraction des gaz d'échappement.

En 1996, l'idée retenue est celle d'un tunnel ferroviaire, solution alors adoptée ailleurs dans le monde pour des projets de tunnels aussi longs et que les nouvelles technologies de tunnelier permettaient. Son fonctionnement serait similaire au tunnel sous la Manche avec le passage de trains de marchandises et de passagers et celui de rames-navettes transportant voitures et camions entre les deux gares terminales aux extrémités du tunnel. L'écartement des rails dans le tunnel serait bien sûr standard, l'Espagne abandonnant progressivement les voies larges [7],[8],[9].

Planification[modifier | modifier le code]

Photo du détroit vu du rocher de Gibraltar. Les montagnes marocaines du Rif sont en arrière plan.

En décembre 2003, les choses s'accélèrent. L'Espagne et le Maroc signent un accord pour étudier la possibilité d'un tunnel ferroviaire sous-marin connecté à leur réseau ferré respectif. Une étude de 3 ans pour un tunnel ferroviaire est alors lancée conjointement par les gouvernements espagnol et marocain. Cette étude est pilotée par le comité mixte déjà créé.

En 2006, on estime que le projet pourrait se réaliser à l'horizon de 2025, sous réserve de faisabilité technique[10]. Fin 2006, Lombardi Engineering Ltd, une société suisse d'ingénierie, est retenue pour concevoir le tunnel[11]. Les études préliminaires se sont terminées courant 2008.

En mai 2007, Karim Ghellab, ministre marocain des Transports, a indiqué[12] que 30 millions de dollars avaient déjà été dépensés dans les études géologiques et physiques. L'état d'avancement des études a été présenté lors d'une rencontre entre les premiers ministres espagnol et marocain à Rabat en mars 2007. Une étude sur l'impact socio-économique du tunnel a été lancée en mai, mais aucune date du lancement du projet de construction n'a été encore fixée. Il a également indiqué que la Banque mondiale, la Banque européenne d'investissement, des fonds arabes de financement et le Fonds africain de développement souhaitent contribuer au financement de la construction de ce tunnel. Le Maroc et l'Espagne sont d'accord pour la création d'un consortium ouvert aux bailleurs de fonds internationaux[13].

Une demande de financement a été soumise à l'Union Européenne le 13 octobre 2008, durant le Conseil d’Association UE-Maroc[14], les instances européennes n'ont pas donné de suite à cette requête[15]. En 2007 le tunnel avait été mentionné par la Commission Européenne, à la demande du Maroc, comme un projet de développement possible dans le cadre de la politique européenne de voisinage (PEV). Ce programme ne bénéficiant que d'un budget limité, une participation effective de l'UE nécessiterait un accord de financement entre l'Espagne et l'Union au titre du FEDER[16].

En mai 2009 le Conseil économique et social des Nations unies a remis un rapport qui pointe la difficulté technique du projet et les incertitudes sur sa viabilité économique. Il recommande d'engager des études complémentaires pour évaluer ces difficultés et donc l'opportunité d'entreprendre des investissements plus importants[17].

Aspects techniques[modifier | modifier le code]

Compte tenu des risques de collision, d'intempéries et du trafic maritime très important dans la zone du détroit de Gibraltar, il a été choisi de construire un tunnel sous-marin. La position géographique du tunnel a été déterminée en se fiant aux paramètres de distance et de profondeur qui sont les plus favorables au passage d'un tunnel sous-marin. Ce tunnel passerait donc au seuil du détroit de Gibraltar ; la distance serait de 65 km. Le moyen de transport retenu est le train car celui-ci comporte moins de risques de défaillance qu'une série de véhicules.

Le tunnel ferroviaire se composerait de deux tubes plus une galerie centrale de service. Il mesurerait 37,7 km de long (42 kilomètres de gare à gare) dont 27,7 en tunnel sous-marin. Les prévisions de trafic sont de 9 millions de passagers dès la première année d'exploitation, prévue pour 2025[18].

Chacune des galeries aurait donc des voies d'accès tous les 350 mètres destinées à l'entretien et au secours. Chaque voie de transport aura un diamètre de 8,7 m et la voie centrale, un diamètre de 5,5 m. Les voies d'accès quant à elles auront un diamètre de 4 mètres. La circulation maximale autorisée ne sera que d'un train sur chaque voie, par souci de sécurité. La traversée prendrait alors 45 minutes d'un bout du tunnel à l'autre. Enfin, sa profondeur maximale sera de 250 m. La vitesse maximale autorisée des trains s'élèverait à 170 km/h à l'intérieur du tunnel[réf. souhaitée].

La totalité du tunnel serait forée par des tunneliers spéciaux qui seront construits pour sa réalisation. Après chacun de leur passage, le tunnel sera recouvert en intégralité d'une couche de béton armé. Deux forages seraient effectués respectivement du côté espagnol et marocain. La galerie de service serait creusée par deux tunneliers qui se rejoindront au milieu du tunnel. Les deux autres galeries correspondant aux futures voies de transport seraient creusées par les deux tunneliers restants qui ne feraient que se croiser[réf. souhaitée].

L'ensemble des travaux serait administré par une entreprise hispano-marocaine. Afin de réaliser les travaux de forage, des architectes seraient appelés à concevoir les plans du tunnel. Des topographes seraient également inclus pour assister les architectes dans leur tâche. Ceux-ci seraient amenés à prendre des relevés de mesure puis de planifier et dresser le plan de l'ensemble du tunnel. Enfin, les géologues auraient pour but de déterminer les différentes couches présentes sous la surface de la terre le long du passage du tunnel[réf. souhaitée].

Sa construction pourrait prendre 15 ans. Aucune donnée officielle sur le coût du projet n'a été annoncée mais selon d'anciennes estimations, le coût pour un tel tunnel serait d'au minimum 5 milliards d'euros[18]. A titre de comparaison, le creusement du tunnel sous la Manche avait duré 6 ans.

Les principales différences entre la construction de ce tunnel et celui sous la Manche sont la profondeur de la mer et les conditions géologiques. La zone du détroit est moins stable que dans le pas de Calais et plusieurs tremblements de terre majeurs ont été recensés dans la zone du détroit[19]. Le tunnel serait construit entre le cap Malabata près de Tanger et la pointe Paloma, près de Tarifa, 40 km à l'ouest de Gibraltar[20]. Les dernières études géologiques menées laissent penser que le profil de tracé retenu sera celui d'un tunnel avec une profondeur maximale de 400 mètres (dont 300 mètres de hauteur d'eau) afin d'éviter les sables et les brèches. La première idée de choisir l'endroit le plus étroit du détroit fut abandonnée à cause des 900 mètres de profondeur atteints à cet endroit. Celle-ci en ferait le tunnel sous-marin le plus profond du monde, record actuellement détenu par le tunnel d'Eiksund, en Norvège, qui se situe à 264 mètres sous le niveau de la mer.

Les études géologiques ont révélé fin 2008 la présence de deux zones argileuses qui compromettent la faisabilité du tunnel. Il a été proposé de forer une galerie de reconnaissance depuis la côte marocaine pour vérifier la nature exacte de ces zones argileuses, ce qui couterait environ un milliard de dollars et prendrait huit ans[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Méfiance cordiale: Les relations coloniales franco-espagnoles de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale p. 317, Jean-Marc Delaunay 2000
  2. a et b [doc.rero.ch/lm.php%3Furl%3D1000,25,21,1939-08-02.pdf Un projet gigantesque Le tunnel sous Gibraltar] Jean-Pierre Daix, Le confédéré, 2 août 1939.
  3. Le détroit de Gibraltar : les courants ; les projets de tunnel sous-marin p. 442-444 Annales de Géographie n°220 C. Vallaux, 1930
  4. http://books.google.fr/books?id=atQO32ZnI7oC&pg=PA418
  5. « Projet de pont suspendu sur le détroit de Gibraltar », OPAC Engineers et professeur Lin (consulté le 1er juin 2007)
  6. « Strait of Gibraltar Floating Bridge », tsui design and research (consulté le 1er juin 2007)
  7. M. Chafik Jilali, secrétaire général de la Société nationale d'études du détroit de Gibraltar, lors de la conférence « Le Projet du canal de Gibraltar : défis et perspectives d'avenir », Abhou Dhabi, mai 2007.
  8. Europe-Africa rail tunnel agreed sur BBC.co.uk, 14 décembre 2003
  9. Africa and Europe set for tunnel link sur BBC.co.uk, 13 mars 2007
  10. (en) Giles Tremlett, « By train from Europe to Africa - undersea tunnel project takes a leap forward », The Guardian, Londres,‎ 20 octobre 2006 (lire en ligne)
  11. swissinfo with agencies, « Swiss plan tunnel under Strait of Gibraltar », swissinfo.org (consulté le 10 janvier 2007)
  12. Interview de M. Ghellab au journal égyptien Al Hayat du 30 mai 2007
  13. http://passion-trains.over-blog.com/article-10663191-6.html
  14. http://www.lesafriques.com/gestion-publique-ppp/maroc-espagne-vers-la-concretisation-du-tunnel-2.html?Itemid=308?articleid=9781
  15. http://www.bladi.net/projet-tunnel-detroit-gibraltar.html
  16. http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+CRE+20070621+ANN-01+DOC+XML+V0//EN&query=QUESTION&detail=H-2007-0383
  17. Projet de liaison fixe Europe-Afrique à travers le détroit de Gibraltar Conseil économique et social des Nations Unies, 6 mai 2009
  18. a et b « By train from Europe to Africa - undersea tunnel project takes a leap forward », The Guardian (consulté le 10 janvier 2007)
  19. « Gibraltar tunnel biggest task for 80-year-old Swiss engineer » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), International Construction Review - iCON. Consulté le 10 janvier 2007
  20. « Spain and Morocco agree to rail tunnel under Gibraltar strait », wsws.org (consulté le 10 janvier 2007)
  21. Doutes sur la faisabilité du tunnel entre le Maroc et l'Espagne, Defawe Philippe 29/09/2008 www.lemoniteur.fr

Traduction[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]