There is no alternative

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

There is no alternative (TINA, en français « Il n'y a pas d'autre choix ») est un slogan politique couramment attribué[1] à Margaret Thatcher[2] lorsqu'elle était Premier ministre du Royaume-Uni. Ce slogan signifie que le marché, le capitalisme et la mondialisation sont des phénomènes nécessaires et bénéfiques et que tout régime qui prend une autre voie court à l'échec. Margaret Thatcher a toutefois peu utilisé cette expression en ce sens au cours de sa carrière[3] dans ses interventions officielles. L'expression, notamment sous forme de l'acronyme « TINA », est restée[4].

Cette formule caractérise, selon les altermondialistes, l'ordre mondial actuel (voir nouvel ordre mondial). Jean Ziegler, par exemple, dans son livre Les nouveaux maîtres du monde (2002), décrit ce slogan comme celui du troisième pouvoir totalitaire après le bolchevisme et le nazisme : « Il n'y a pas d'alternative au système émergeant du mercantilisme mis en place par les entreprises s'appuyant sur l'État et décliné à l'aide de différents mantra tels mondialisation et libre-échange ». Pour Noam Chomsky toutefois, « se battre contre “Tina”, c’est affronter une emprise intellectuelle qu’on ne peut pas assimiler aux camps de concentration ni au goulag » car il existe selon lui une « opposition contre la globalisation économique à l’échelle mondiale »[5].

Exemples[modifier | modifier le code]

La compagnie pétrolière anglo-hollandaise Shell fait abondamment référence à l'acronyme « TINA » dans certains de ses scénarios d'anticipation économique[6]. « What the world has learned in the 1990s is that ‘THERE IS NO ALTERNATIVE’ to adapting to these powerful forces – ‘TINA’[7] », « The power of TINA does not mean the end of history. Other forces – cultural, social, political – interact with those of TINA[8]. »

En France le livre Il n'y a pas d'alternative ! : trente ans de propagande économique (voir bibliographie) débute par une liste de citations utilisant cette construction[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « A lifetime of public speaking », BBC News, 22 mars 2002.
  2. [1]
  3. « The boneless wonder of New Labour », The Daily Telegraph, 1er avril 1997.
  4. Voir par exemple l'éditorial de Courrier International d'Éric Chol daté du « Europe : les errements de Tina » (lire en ligne)
  5. « Le lavage de cerveaux en liberté », Le Monde diplomatique, août 2007.
  6. Notamment dans les scénarios publiques Global scenarios 1995 - 2020 et Global scenarios 1998 - 2020 Shell > Our strategy > Looking ahead: scenarios > Past scenarios
  7. Global scenarios 1995 - 2020 - page 1 - TINA and the Learning Scenarios
  8. Global scenarios 1995 - 2020 - page 4 - Two possible futures -
  9. Extrait de l'introduction du livre Il n'y a pas d'alternative ! : trente ans de propagande économique 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  • Altermondialisme : ensemble de courants s'opposant à la mondialisation actuelle ;
  • Libéralisme économique : doctrine généralement attribuée aux politiques économiques de Margaret Thatcher ;
  • Shikata ga nai : expression japonaise dénotant également une certaine approche fataliste ;
  • Le Plan B : ce journal français (2006-2010) a choisi son titre en opposition à TINA, l'expression « il n'y pas de plan B » indiquant une absence de solution alternative.

Lien externe[modifier | modifier le code]