Toucher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tactile)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Toucher (aéronautique).

Le toucher, aussi appelé tact ou taction, est l'un des sens de l'humain ou de l'animal, essentiel pour la survie et le développement des êtres vivants, l'exploration, la reconnaissance, la découverte de l'environnement, la locomotion ou la marche, la préhension des objets et la nutrition, le toucher d'un instrument de musique, la recherche de l'exposition solaire ou la quête d'un espace agréable, les contacts sociaux, la sexualité...

Il existe avec des variantes dans tout le règne animal et, beaucoup moins observables du fait de l'immobilité apparente, végétale. Notons que certains végétaux ont également des réactions tactiles avec des temps de réponses suffisamment courts pour être observables. Le toucher se confond aussi avec le contact impliquant au moins un être vivant.

On a récemment montré la complexité du toucher. Chez le fœtus humain, c'est le premier des cinq sens à se développer même s'il ne s'agit pas d'un sens indépendant des autres. Le sens haptique permet notamment, chez l'homme, de mieux connecter la vision et l'audition, et peut même significativement faciliter l'apprentissage de la lecture chez l'adulte[1].

Fait trivial souvent oublié, se toucher ou se faire toucher de façon positive est crucial pour la survie de l'homme. Toucher les objets et les autres êtres vivants favorise l'apprentissage chez l'enfant, jusqu'à faciliter l'apprentissage de la lecture chez l'enfant qui s'initie à la lecture, comme chez l'adulte apprenant une langue étrangère. Enfin, il existe un nombre gigantesque de thérapies impliquant le sens du toucher.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le toucher donne des informations par contact de la peau avec la surface des corps solides et accessoirement par exposition aux fluides (eau, air, etc.). Une bonne partie de ces informations sont spécifiques : la température ou la consistance ne pourraient être connues autrement.

C'est dans les différents corpuscules tactiles, structures plus ou moins spécialisées de la peau, qu'il faut chercher les prémisses des différentes informations élaborées par le système nerveux.

Le toucher dans sa dépendance à la peau est le sens le moins vulnérable : quand la vue ou l'ouïe sont altérées, le tact permet encore une interaction fine avec le monde environnant. Il est donc exploité par les amblyopes qui utilisent en particulier l'extrême sensibilité des doigts pour s'informer et améliorer leur communication. L'accès aux textes par le braille est l'application majeure de ce potentiel.

En considérant la peau comme l'organe le plus important du corps, du moins par son étendue, et connaissant la densité du réseau nerveux de l'épiderme, il est compréhensible que le toucher permette les sensations les plus fortes, agréables ou douloureuses et qu'il constitue un générateur non seulement de plaisirs d'une grande variété, mais aussi de sentiments parmi les plus profonds :

« C’est par la peau principalement que nous sommes devenus des êtres aimants. »

— Harlow, The maternal affectional system of rhesus monkeys

« Les mains sur la peau touchent l'âme à vif. »

— Christian Bobin

« La caresse recrée l'être qu'elle caresse. »

— Jean-Paul Sartre

« Faites les gestes, et les sentiments entreront dans le cœur. »

— Confucius

Le potentiel érogène du toucher lui confère une place centrale dans la vie des êtres humains : il est à l'origine de relations d'attachement et permet des échanges sélectifs avec d'autres personnes. Des expériences sur de jeunes singes, et même sur des rats ont montré le rôle vital des caresses dans l'équilibre psychique et même physique.

« D’autres expérimentateurs s’intéressant aux rats ont montré que les animaux caressés sont détendus, calmes, souples, confiants et même audacieux, leur apprentissage est meilleur, leur croissance plus rapide, leur résistance aux affections plus grande, leur cerveau plus lourd. Par contre, les rats recevant les soins minimaux dans la stricte indifférence sont tendus, agités, craintifs et agressifs. »

— Dr Gérard Leleu, Le Traité des caresses

Son rôle est considérable dans l'expérience et l'expression de la tendresse, les échanges [ (étreintes, baisers, caresses buccales, caresses manuelles, frottements, etc.), ces échanges présentant une grande variété selon les cultures. Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort présente ainsi l'amour comme « l'échange de deux fantaisies et le contact de deux épidermes ».

La place occupée par le toucher est investie par de nombreuses pratiques ou techniques visant l'épanouissement des individus ou la disparition de troubles ou pathologies diverses. La plus répandue de ces pratiques est le massage, appliquée par exemple aux prématurés.

Physiologie[modifier | modifier le code]

Tact fin (épicritique)[modifier | modifier le code]

Tact grossier (protopathique)[modifier | modifier le code]

Valorisations techniques[modifier | modifier le code]

Le toucher est exploité dans un grand nombre de domaines, et notamment dans la création d'objets tactiles réagissant à tout contact, par exemple d'un doigt ou d'un stylet : écrans tactiles, les gants à retour de force en réalité virtuelle.

Pour les personnes mal ou non-voyantes, la perception tactile permet de prendre connaissance d'informations signalétiques par des procédures d'exploration tactiles. C'est le cas de lecture de planches en relief ou de texte en écriture braille à l'aide des mains. En outre, des surfaces podotactiles (cheminement, guidage, dalles) permettent de ressentir avec les pieds une variation de la surface du sol signalant un danger, une alerte ou une zone spécifique afin de guider les mal-voyants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) E. Learning of arbitrary association between visual and auditory novel stimuli in adults : the « bond effect » of haptic exploration. PloS One. Fredembach, B., Boisferon, A. et Gentaz ; étude publiée le 16 mars 2009 par l'équipe d'Édouard Gentaz, du CNRS (laboratoire de Psychologie et Neurocognition de Grenoble ; CNRS/Université Pierre Mendès France de Grenoble)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le toucher, un art de la relation, Christian Hiéronimus, éditions Le Souffle d'Or, 2003
  • La sensualité du toucher, Christian Hiéronimus, éditions Le Souffle d'Or, 2005
  • La puissance du toucher, Marie-Claire Zimbacca, éditions du Dauphin, 2005, ISBN 978-2-7163-1305-6
  • La main, le cerveau et le toucher. Apprendre neurocognitive du sens haptique et des apprentissages. Gentaz, E. (2009). Paris : Dunod
  • Les bienfaits du toucher, Tiffany Field, Payot, Paris, 2001, 235 pages. Traduction par Françoise Bouillot de Touch, Massachusetts Institute of Technology, 2001. ISBN 2-228-89707-8

Articles connexes[modifier | modifier le code]