Syndrome de Brugada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Syndrome de Brugada
Classification et ressources externes
Brugada EKG Schema.jpg
A) ECG normal, dérivation précordial V1 à V3, (B) modification lors d'un syndrome de Brugada (type B)
CIM-10 + I45.130 Q24.8 + I45.130
CIM-9 746.89
OMIM 601144
DiseasesDB 31999
eMedicine med/3736 
MeSH D053840
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le syndrome de Brugada est une maladie génétique rare caractérisée par un sus-décalage du segment ST au niveau des dérivations précordiales droites V1, V2 et V3, et un aspect de bloc de branche droit à l'électrocardiogramme associés à un risque élevé d'arythmie ventriculaire pouvant entrainer syncope et mort subite, sur un cœur structurellement sain. La transmission se fait sur un mode autosomique dominant et la pénétrance est variable. Des mutations génétiques entraînent des anomalies au niveau des canaux ioniques. L'âge moyen du premier épisode clinique est de 40 ans, avec une forte prédominance masculine. La prévalence estimée est d'environ 1/1000 dans les pays asiatiques, probablement plus faible ailleurs. Le pronostic est grave chez les patients présentant des symptômes et la mort subite peut être prévenue par la pose d'un défibrillateur automatique. Ce syndrome a été décrit pour la première fois en 1992 par les frères Pedro et Josep Brugada.

Historique[modifier | modifier le code]

Le syndrome a été décrit pour la première fois par les frères Brugada[1].

Étiologie[modifier | modifier le code]

Le syndrome de Brugada est une canalopathie sodique. L'une des causes est une mutation du gène SCN5A 600163 (en) situé sur le chromosome 3[2]. Près de 300 mutations différentes ont été identifiées sur ce gène mais ces mutations ne sont retrouvées que dans un cas de Brugada sur cinq[3]. La mutation sur le gène de l'enzyme glycerol-3 phosphate dehydrogenase-1 like (GPD1-L) provoque une maladie semblable[4].

Il s'agit d'une maladie de transmission autosomique dominante avec une pénétrance faible (peu de porteurs de la mutation présentent les signes de la maladie).

La mutation du gène SCN5A n'est pas la seule cause de la maladie, en effet on peut être porteur d'un syndrome de Brugada (symptomatique ou non) sans avoir de mutation sur le gène SCN5A. Il est possible de mettre en évidence une mutation génétique du SCN5A sur seulement 10 à 25 % des patients atteints d'un syndrome de Brugada. Pour les autres patients atteints sans avoir de mutation du SCN5A,la maladie est bien là, mais la mutation d'autres gènes non encore identifiés sont certainement en cause. Des recherches génétiques sont en cours et notamment par le Docteur Ramon Brugada à Montréal.

Au niveau électrophysiologique, il semble exister une hétérogénéicité des délais de conduction dans le ventricule droit qui pourrait être le substrat au déclenchement et la pérennisation des troubles ryhtmiques[5]. Elle serait associée à une conduction ralentie au niveau de la chambre de chasse du ventricule droit[6].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La fréquence est estimée à 1 sur 1000 dans les populations asiatiques où le syndrome de mort brutale au cours du sommeil est fréquent; il s'agit de la seconde cause de mort subite de l'homme jeune en Asie, après les accidents de la route.

L'âge moyen du diagnostic ou de la mort subite est de 40 ans plus ou moins 22 ans, avec des extrêmes allant entre deux jours de vie jusqu'à plus de 80 ans.

Il semble plus fréquent chez les hommes, ces derniers ayant des formes plus graves[7].

Description[modifier | modifier le code]

Le diagnostic de syndrome de Brugada repose sur l'association d'anomalies à l'ECG (sus-décalage du segment ST), et d'événements de type syncope ou mort subite. Dans un nombre de cas croissant, les cardiologues sont amenés à se prononcer sur la réalité de ce diagnostic chez des patients asymptomatiques présentant uniquement un aspect anormal à l'ECG (sus-décalage du segment ST).

En pratique, il faut distinguer le syndrome de Brugada diagnostiqué d'un simple aspect de Brugada sur l'électrocardiogramme, souvent découvert fortuitement, et dont les risques sont très variables (mais en moyenne inférieur).

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Les éléments intervenant dans le diagnostic sont :

  • Antécédents familiaux de Syndrome de Brugada, de mort subite ;
  • Antécédents personnels de mort subite ressuscitée ;
  • À l'électrocardiogramme : aspect de bloc de branche droit associé à un sus-décalage du segment ST et des anomalies de l'onde T dans les dérivations précordiales droites (V1 à V3). On décrit 3 types d'anomalies ECG :
    • Le type 1 : sus-décalage du segment ST en forme de dôme.
    • Le type 2 : sus-décalage du segment ST en forme de selle de cheval.
    • Le type 3 : même figure sur l'électrocardiogramme que le type 2 mais en aplatie.
  • Positivité du test à l'Ajmaline ou à la Flécaïne ;
  • Identification de la mutation du gène codant SCN5A.

La distinction en trois types suivant l'électrocardiogramme est parfois délicate, car ce dernier peut varier d'un jour à l'autre chez le même individu, passant d'un type à l'autre[8]. Le sus-décalage peut augmenter à la phase de récupération lors d'une épreuve d'effort dans un tiers des cas, et serait alors péjoratif en termes de pronostic[9]. De plus, le type 1 est retrouvé plus fréquemment si les électrodes sont placées sur la poitrine un espace intercostal plus haut que d'habitude[10]. D'autres anomalies électriques peuvent être associées : ainsi, une repolarisation précoce (sus décalage concave le haut du segment ST) dans les territoires inférieurs se voit dans un cas sur 10 et serait un critère péjoratif[11].

ECG d'un syndrome de Brugada.

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Les dernières recommandations sur la prise en charge du Brugada ont été publiées en 2005[12].

La prise en charge dépend du type d'anomalie ECG, du résultat du test pharmacologique, des antécédents familiaux de mort subite, des symptômes et troubles du rythme présentés par le patient. Dans le cas d'un syndrome de Brugada complet et typique avec antécédent personnel de mort subite et absence de doute diagnostique, l'indication de la pose d'un défibrillateur automatique implantable (DAI) est communément admise. Cette indication est plus discutée dans les autres cas (notamment anomalie isolée de l'électrocardiogramme), le risque de mort subite étant notablement plus faible. Il n'est cependant pas nul et le problème repose essentiellement sur la stratification de ce risque.

Il existe actuellement un débat scientifique qui n'est toujours pas tranché sur la conduite à tenir en cas d'aspect électrocardiographique spontané de type 1 chez un patient asymptomatique. Une exploration électrophysiologique était précédemment recommandée avec protocole de stimulation ventriculaire droite programmée afin de rechercher un trouble du rythme ventriculaire déclenché, les premières données semblant montrer qu'il s'agissait d'un critère péjoratif[13] mais cela n'a pas été confirmé par des données plus récentes[14]. De même, un antécédent familial de mort subite ne semble pas augmenter ce risque chez la personne asymptomatique[14]. La "sanction" thérapeutique varie, en fonction de la balance entre bénéfices et risques, d'une absence de recommandation particulière (sujet dont on estime que le risque personnel est celui de la population générale saine), jusqu'à la mise en place d'un défibrillateur automatique implantable qui assurera un choc électrique (défibrillation) en cas de survenue de troubles du rythme ventriculaire.

Il n'existe pas actuellement de traitement médicamenteux prévenant les troubles du rythme ventriculaire dans le syndrome de Brugada. La quinidine est employée par certains, pour l'instant de manière empirique[15].

Conseil génétique[modifier | modifier le code]

Les données actuelles sur le mécanisme de cette maladie étant en faveur d'un grand nombre de cas de mutations sur les récepteurs de canaux notamment sodiques au sein des cellules myocardiques, il est parfois possible de tenter la recherche de mutations familiales lorsqu'existent des arguments pour de multiples cas familiaux. Cette recherche est cependant discutable, en pratique, la présence d'une mutation ne semblant pas être corrélée avec une augmentation du risque de survenue d’évènements graves[16].

Mode de transmission[modifier | modifier le code]

Transmission autosomique dominante

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Brugada P, Brugada J, Right bundle branch block, persistent ST segment elevation and sudden cardiac death: a distinct clinical and electrocardiographic syndrome. A multicenter report, J Am Coll Cardiol, 1992;20:1391-1396
  2. Chen Q, Kirsch GE, Zhang D et als. Genetic basis and molecular mechanism for idiopathic ventricular fibrillation, Nature, 1998;392:293–296.
  3. Kapplinger JD, Tester DJ, Alders M et Als. An international compendium of mutations in the SCN5A-encoded cardiac sodium channel in patients referred for Brugada syndrome genetic testing, Heart Rhythm, 2010;7:33–46
  4. London B, Michalec M, Mehdi H et als. Mutation in glycerol-3-phosphate dehydrogenase 1 like gene (GPD1-L) decreases cardiac Na+ current and causes inherited arrhythmias, Circulation, 2007;116:2260–2268
  5. Lambiase PD, Ahmed AK, Ciaccio EJ et al. High-density substrate mapping in Brugada syndrome: combined role of conduction and repolarization heterogeneities in arrhythmogenesis, Circulation, 2009;120:106–4
  6. Colonel R, Casini S, Koopmann TT et al. Right ventricular fibrosis and conduction delay in a patient with clinical signs of Brugada syndrome: a combined electrophysiological, genetic, histopathologic and computational study, Circulation, 2005;112:2269–2277
  7. Benito B, Sarkozy A, Mont L et Als. Gender Differences in Clinical Manifestations of Brugada Syndrome, J Am Coll Cardiol, 2008;52:1567-1573
  8. Richter S, Sarkozy A, Veltmann C et Als. Variability of the diagnostic ECG pattern in an ICD patient population with Brugada syndrome, J Cardiovasc Electrophysiol, 2009;20:69–75
  9. Makimoto H, Nakagawa E, Takaki H et Als. Augmented ST-segment elevation during recovery from exercise predicts cardiac events in patients with Brugada syndrome, J Am Coll Cardiol, 2010;56:1576–1584
  10. Shimizu W, Matsuo K, Takagi M et Als. Body surface distribution and response to drugs of ST segment elevation in Brugada syndrome: clinical implication of eighty-seven-lead body surface potential mapping and its application to twelve-lead electrocardiograms, J Cardiovasc Electrophysiol, 2000;11:396–404
  11. Sarkozy A, Chierchia GB, Paparella G et Als. Inferior and lateral electrocardiographic repolarization abnormalities in Brugada syndrome, Circ Arrhythm Electrophysiol, 2009;2:154–161
  12. Antzelevitch C, Brugada P, Borggrefe M et Als. Brugada syndrome: report of the second consensus conference, Heart Rhythm, 2005;2:429–440
  13. Brugada P, Brugada R, Mont L et Als. Natural history of Brugada syndrome: the prognostic value of programmed electrical stimulation of the heart, J Cardiovasc Electrophysiol, 2003;14:455–457
  14. a et b Probst V, Veltmann C, Eckardt L et Als. Long-term prognosis of patients diagnosed with Brugada syndrome: results from the FINGER Brugada Syndrome Registry, Circulation, 2010;121:635-643
  15. Viskin S, Wilde AA, Tan HL et Als. Empiric quinidine therapy for asymptomatic Brugada syndrome: time for a prospective registry, Heart Rhythm, 2009;6:401–404
  16. Probst V, Veltmann C, Eckardt L et al. Long-term prognosis of patients diagnosed with Brugada syndrome: results from the FINGER Brugada Syndrome Registry, Circulation, 2010;121:635–43

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Online Mendelian Inheritance in Man, OMIM (TM). Johns Hopkins University, Baltimore, MD. MIM Number:601144 [1]
  • (en) GeneTests: Medical Genetics Information Resource (database online). Copyright, University of Washington, Seattle. 1993-2005 [2] Les auteurs de cet article sont les docteurs Brugada.