Sidi Embarek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sidi Embarek
Noms
Nom algérien سيدي مبارك
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Bordj Bou Arreridj
Daïra Bir Kasdali
Code ONS 3410
Démographie
Population 11 641 hab. (2008[1])
Géographie
Coordonnées 36° 06′ 14″ N 4° 54′ 43″ E / 36.1039, 4.9118836° 06′ 14″ Nord 4° 54′ 43″ Est / 36.1039, 4.91188  
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj
Localisation de la commune dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Sidi Embarek

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Sidi Embarek

Sidi Embarek (anciennement Paul Doumer) est une commune de la wilaya de Bordj-Bou-Arreridj en Algérie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à une dizaine de kilomètres de Bordj Bou Arreridj, elle est traversée par la route nationale 5 qui relie Alger à Sétif, son climat est semi aride.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant l'Algérie française, Sidi Embarek était un douar et un village (Paul Doumer) de la commune mixte des Maâdid créée par arrêté gouvernemental du 22 mai 1890 dans l'arrondissement de Sétif (Département de Constantine)[2]. Sidi Embarek était peuplée par la puissante tribu des Hachem qui fut dépossédée de toutes ses terres soit 50 000 hectares après l'insurrection de 1871[3].

La ville contient les vestiges d'une église romaine ainsi que trois sites de vestiges préhistoriques tels que des armes en silex, pointes de flèches et de lances ainsi que des poteries diverses témoins de peuplement de la région aux différentes époques du mésolithique et du néolithique. L'existence de ces vestiges témoigne de l'apparition de l'industrie lithique dans la Wilaya de Bordj Bou Arreridj sous ses diverses formes, de l'usage de la pierre pour les besoins quotidiens tels que la chasse et le refuge, et son évolution vers le néolithique où cette industrie est d'une grande précision.

Cette commune porte le nom d'un marabout, Sidi Ali Embarek, de la tribu des Hachem, dont l'un des descendants Mohammed Ben Allel combattit sous les ordres d'Abd el-Kader.

Administratif[modifier | modifier le code]

La population est de 11641 habitants. La ville est composée de plusieurs localités dont Aïn Trab.

Santé[modifier | modifier le code]

La ville possédé un centre médico-pédagogique pour handicapés ainsi qu'un centre paramedical[4].

Sports[modifier | modifier le code]

La ville possède un complexe sportif[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Wilaya de Bordj Bou Arreridj— Population résidente par age et par sexe
  2. « La superficie de la commune mixte des Maadid est (en 1907) de 192,290 hectares. Cette commune comprend dix villages français : Galbois, Cérez, Bordj-Redir, Lecourbe, Sidi-Embarek, La Barbinais, Lavoisier,Davout, Macdonald, Medjez et onze douars arabes : Rabta, Mekarta, Ksour, Zeggueur, Maadid, Sidi-Embarek, Ghilassa, Zemala, Taglaït, Aïn-Turc, Ghrazela...Les Indigènes des douars Taglaït, Maadid, Ghilassa et Zemala prétendent avoir eu pour ancêtres les berbères Adjica. Ceux du douar Ksour, Rabta, Zeggueur, Mekarta descendraient de la fameuse tribu berbère Sanhadja; quant aux indigènes des douars Sidi-Embarek, Aïn-Turc et Ghrazela ceux du premier douar revendiquent les Hachem comme ancêtres et ceux des derniers les Djebaïlia du Guergour et les Ameur de Sétif.», Etudes palethnologiques dans la commune mixte des Maadid in Recueil des notices et mémoires de la Société archéologique de la province de Constantine, 41e volume, Année 1907, pp.185-219
  3. Victor Spielmann, La tribu des Hachem : expropriation de 50.000 hectares de terre ou Un aspect de la propriété indigène, Paris, 1931
  4. a et b [1]