Département de Constantine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Constantine.

Département de Constantine

18481962
19621968

Description de cette image, également commentée ci-après

Département de Constantine, dans ses limites de 1905 à 1955.

Informations générales
Statut Département français d'Algérie, puis département d'Algérie
Chef-lieu Constantine
Démographie
Population 1 208 355 hab. (1954)
Superficie
Superficie 87 578 km2 (avant 1957)
19 899 km2 (après 1957)
Histoire et événements
9 décembre 1848 Création
7 août 1955 Séparation du département de Bône
10 janvier 1957 Fin de l'administration des Territoires du Sud
20 mai 1957 Réorganisation et division
17 mars 1958 Séparation du département de Bougie
7 novembre 1959 Réintégration du département de Bougie
1962 Indépendance de l'Algérie
1968 Transformation en wilaya

Entités suivantes :

Le département de Constantine est un des départements français d'Algérie, qui a existé entre 1848 et 1962.

Considérée comme une province française, l'Algérie fut départementalisée le 9 décembre 1848. Les départements créés à cette date étaient la zone civile des trois provinces[1] correspondant aux trois beyliks de l'État d'Alger récemment conquis. Par conséquent, la ville de Constantine fut faite préfecture du département portant son nom, couvrant alors tout l'est de l'Algérie. Les autres départements étaient le département d'Alger au centre du pays et le département d'Oran à l'ouest.
Les provinces d'Algérie furent totalement départementalisées au début de la IIIe république, et le département de Constantine couvrait alors environ 192 000 km2[2]. Il fut divisé en plusieurs arrondissements, avec six sous-préfectures : Batna, Bône, Bougie, Guelma, Philippeville, Sétif.

Le département comportait encore à la fin du XIXe siècle un important territoire de commandement sous administration militaire, notamment dans sa partie saharienne[3]. Lors de l'organisation des Territoires du Sud en 1905, le département fut réduit à leur profit à 87 578 km2, ce qui explique que le département de Constantine se limitait à ce qui est aujourd'hui le nord-est de l'Algérie.

Réorganisation et indépendance[modifier | modifier le code]

Le département de Constantine de 1956 à 1962.

Le 7 août 1955, le département de Constantine fut amputé de sa partie orientale, avec la création du département de Bône.

Le 28 janvier 1956, une réforme administrative visant à tenir compte de la forte croissance démographique qu'avait connue le pays amputa le 20 mai 1957, le département de ses régions occidentales et méridionales par la création de deux départements supplémentaires : le département de Sétif et le département de Batna.

Réduit à la région de Constantine et à sa côte, le nouveau département de Constantine couvrait alors 19 899 km2, était peuplé de 1 208 355 habitants, et possédait sept sous-préfectures : Aïn Beida, Aïn M'lila, Collo, Djidjelli, El-Milia, Mila et Philippeville. Une dernière modification lui fit perdre temporairement au nord, l'arrondissement de Djidjelli vers un éphémère département de Bougie, du 17 mars 1958 au 7 novembre 1959.

Maintenu après l'indépendance de l'Algérie dans son cadre géographique et ses fonctions administratives, tout en connaissant des réformes organiques et structurelles importantes dès août 1962[4], le département algérien de Constantine devint la wilaya de Constantine par une ordonnance de 1968.


Liste des préfets[modifier | modifier le code]

Liste des préfets
Période Identité Fonction précédente Observation
1848 ...
1884 1893 Jules Mengarduque[5] Sous Préfet de Saintes [6]
1894 1949
17 septembre 1949 1951 Maurice Papon Préfet de Corse
1951 1956
1956 1958 Maurice Papon secrétaire général du protectorat du Maroc
1956 1962

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté du Président du Conseil des 9 décembre 1848 et 16 mars 1849, article 1: « La division actuelle de l'Algérie en trois provinces est maintenue. Chaque province sera divisée en territoire civil et en territoire militaire. Le territoire civil de chaque province formera un département »
  2. Tableau général des communes d'Algérie: 1884 ; 1902
  3. Cercles de Biskra et de Touggourt, recouvrant une surface totale de 109 239 km2 - "Tableau...", opus cité.
  4. Ahmed Mahiou, Les collectivités territoriales algériennes, éditions du CNRS, Paris 1970, pp.285-287 ; Lire en ligne
  5. « Notice no LH/1825/14 », base Léonore, ministère français de la Culture
  6. Gallica Bibliothèque numérique : La Presse Paris 1836