Roi (échecs)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir roi.

Le roi (♔, ♚) est la pièce clé du jeu d'échecs. Si le roi d'un joueur est menacé de capture au prochain coup de façon imparable, il est dit échec et mat et le joueur concerné perd la partie.

Dans une partie d'échecs classique, les blancs commencent avec le roi au centre-droit au premier rang (entre la dame et le fou du côté du roi). Les noirs commencent avec le roi situé à l'opposé du roi blanc sur la même ligne. En notation algébrique, le roi blanc est à e1 et le roi noir à e8.

Déplacement[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Case blanche d5 vide
Case noire e5 vide
Case blanche f5 vide
Case noire d4 vide
Roi blanc sur case blanche e4
Case noire f4 vide
Case blanche d3 vide
Case noire e3 vide
Case blanche f3 vide
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Mouvements possibles du roi
a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Tour noire sur case noire f8
Case noire c5 vide
Case noire e5 vide
Roi noir sur case noire d4
Case blanche e4 vide
Case noire c3 vide
Case blanche d3 vide
Case noire e3 vide
Fou blanc sur case blanche a2
Case blanche g2 vide
Case noire h2 vide
Roi blanc sur case noire g1
Case blanche h1 vide
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Mouvements possibles du roi lorsqu'il est sur le bord de l'échiquier ou quand il est entouré par d'autre pièces

Un roi peut se déplacer d'une case dans toutes les directions (horizontalement, verticalement, ou diagonalement), mais il ne peut aller sur une case où il serait menacé par une pièce ennemie (se mettre en prise, en échec). En conséquence, on ne verra jamais les deux rois ennemis côte à côte. Comme toutes les autres pièces, il ne peut aller sur une case déjà occupée par une pièce de son camp, et il prend en se déplaçant sur la case occupée par une pièce ennemie.

Pour se déplacer de e1 à e8 en 7 coups, le roi dispose de 393 chemins différents possibles[1].

Roque[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Roque (échecs).

En association avec une tour, le roi peut faire un déplacement particulier appelé roque. Le roque consiste à déplacer le roi de deux cases vers l'une des deux tours, puis de déplacer la tour sur la case que le roi vient de traverser. Le roque est permis uniquement quand ni le roi ni la tour concernée n'ont préalablement bougé, qu'aucune case entre ces deux pièces n'est occupée, et qu'aucune des trois cases du déplacement du roi n'est sous la menace d'une pièce adverse.

Échec et échec et mat[modifier | modifier le code]

Si le déplacement du joueur met en prise le roi adverse, ce roi est dit en échec, et le joueur en échec doit immédiatement remédier à cette situation. Il existe trois possibilités de sortir le roi de l'échec :

  • en déplaçant le roi sur une case non menacée.
  • en masquant l'échec (en intercalant une pièce entre le roi et la pièce attaquante, ce qui n'est pas possible si l'échec est effectué par un cavalier).
  • en prenant la pièce attaquante (avec le roi ou autre pièce).

Si aucune de ces trois options n'est possible, le roi est échec et mat et le joueur perd la partie.

Pat[modifier | modifier le code]

Un pat se produit lorsque le roi n'est pas en échec et que le joueur au trait ne peut jouer aucun coup. La partie est alors nulle. Un joueur qui a peu de chances de l'emporter tente souvent de le provoquer pour éviter la défaite.

Rôle dans la partie[modifier | modifier le code]

Selon Aaron Nimzowitsch, le roi en milieu de partie n'a rien à voir avec le roi en finale[2]. Si en milieu de partie le roi est « peureux », se réfugiant dans le roque et restant entouré de pièces qui le protègent, en finale il devient un « héros », son rôle étant d'autant plus grand que se trouvent peu de pièces sur l'échiquier. Il se centralise alors et sa participation est cruciale lorsqu'il s'agit de mener à bien la promotion d'un pion.

Représentation[modifier | modifier le code]

Le roi dispose de deux caractères Unicode pour le représenter :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Youri Averbakh, Bauern-Endspiele, page 18
  2. Aaron Nimzowitsch, Mon Système, vol. 1, Petite Bibliothèque Payot Échecs,‎ , 190 p. (ISBN 2-228-88696-3), p. 91-92

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]