Roi et pion contre roi seul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Roi et pion contre roi seul est une des finales élémentaires du jeu d'échecs.

Comme le mat est impossible à réaliser avec un seul pion, l'objectif de l'attaquant (respectivement défenseur) est d'assurer (respectivement empêcher) la promotion du pion en pièce capable de mater, c’est-à-dire une dame ou une tour (le mat avec fou ou cavalier seul étant impossible).

Les exemples qui suivent font ressortir quelques thèmes classiques de ce type de finale. Ils permettent de savoir si la liquidation des autres pièces peut conduire au gain ou ne pas suffire. En effet, l'éventuel pion de plus peut faire toute la différence. De plus, ces thèmes se retrouvent dans les finales où chaque camp possède un ou plusieurs pions.

Le carré du pion[modifier | modifier le code]

La « règle du carré » permet de déterminer si le pion peut être promu sans l'aide de son roi. On trace un carré virtuel ayant pour côté une ligne dont les extrémités sont la case du pion et la case de promotion (cf. diagramme ci-dessous).

  • Si le roi ennemi ne peut pas entrer dans le carré, le pion peut « aller à dame » sans assistance.
  • Si le roi ennemi peut pénétrer à l'intérieur du carré, il pourra prendre le pion (éventuellement juste après sa promotion). Dans ce cas, le pion a besoin du soutien du roi pour être promu.

Exception : lorsque le pion est encore sur sa case d'origine, le carré doit être tracé à partir de la case située devant le pion. Le pion peut en effet entamer sa marche par un mouvement de deux cases.

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Case noire b8 vide
Case blanche c8 vide
Case noire d8 vide
Case blanche e8 vide
Case noire f8 vide
Case blanche b7 vide
Case noire c7 vide
Case blanche d7 vide
Case noire e7 vide
Case blanche f7 vide
Case noire b6 vide
Case blanche c6 vide
Case noire d6 vide
Case blanche e6 vide
Case noire f6 vide
Case blanche b5 vide
Case noire c5 vide
Case blanche d5 vide
Case noire e5 vide
Case blanche f5 vide
Pion blanc sur case noire b4
Case blanche c4 vide
Case noire d4 vide
Case blanche e4 vide
Case noire f4 vide
Roi noir sur case blanche g4
Roi blanc sur case noire f2
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : la règle du carré

Dans le diagramme ci-contre., le Roi noir ne peut empêcher la promotion que s'il parvient à pénétrer dans la zone symbolisée par le carré de croix. Le destin de la partie dépend du joueur qui a le trait.

  • si les noirs ont le trait, ils peuvent empêcher la promotion et obtiennent le match nul.
    1... Rg4-f4 (le roi est dans le carré) ; 2.b4-b5 Rf4-e5 3.b5-b6 Re5-d6 4.b6-b7 Rd6-c7 5.b7-b8=D+ Rc7xb8 ;
  • si les blancs ont le trait, le roi noir est distancé et ne peut empêcher la promotion.
    1.b4-b5 (le carré diminue) Rg4-f5 (le Roi noir ne peut pas pénétrer dans le nouveau carré du pion) 2.b5-b6 Rf5-e6 3.b6-b7 Re6-d7 4.b7-b8=D.
    La finale Roi et dame contre roi seul est aisément gagnée.

Le cas du pion-tour[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Roi noir sur case blanche a8
Roi blanc sur case blanche a6
Pion blanc sur case blanche a4
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : pion sur la bande

Les pions des colonnes a ou h sont ceux qui offrent le moins de possibilités de promotion, car souvent la position conduit à une position de pat, et donc de partie nulle. Si le roi noir contrôle la case de promotion, le pat ne peut pas être évité. Le roi noir oscille entre a8 et b8, et attend patiemment le pat. Ex : 1. Ra6-b6, Ra8-b8 ; 2. a4-a5, Rb8-a8 ; 3. a5-a6, Ra8-b8 ; 4. a6-a7+, Rb8-a8 ; 5. Rb6-a6 pat

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Roi blanc sur case blanche a6
Roi noir sur case blanche c6
Pion blanc sur case blanche a4
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : pion-tour

L'autre cas de nullité apparaît lorsque le roi blanc est maintenu par le roi noir sur le chemin de son pion. Ici, c'est le roi blanc qui finit pat. Par exemple, avec trait aux noirs : 1. ... Rc6-c5 ; 2. Ra6-a5, Rc5-c6 ; 3. Ra5-a6, Rc6-c5 ; 4. a4-a5 (si 4. Ra6-a7 ou b7, alors Rc5-b4 et prend le pion) 4. ... Rc5-c6 ; 5. Ra6-a7 (pas le choix), Rc6-c7 ; 6. a5-a6, Rc7-c8 (et pas 6. ... Rc7-c6, car sinon le roi blanc se sort de la trappe par 7. Ra7-b8, et le pion va à dame) 7. Ra7-a8 (si 7. Ra7-b6, Rc8-b8 et va contrôler la case a8, nous sommes ramenés au cas précédent) 7. ... Rc8-c7 ; 8. a6-a7, Rc7-c8 pat

Roi plus pion, hors bande[modifier | modifier le code]

L'opposition[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Roi noir sur case noire e7
Roi blanc sur case noire e5
Pion blanc sur case blanche e4
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : l'opposition

Dans ce type de finale, le but des blancs est de contrôler avec leur roi la case de promotion du pion, tout en gardant ce dernier à portée de main, pour le défendre. Le but des noirs va bien sûr être de s'opposer à ce dessein, et d'obtenir une position de pat. Les blancs comme les noirs vont manœuvrer selon leurs intérêts, en mettant en œuvre une notion fondamentale dans les finales de pion : l'opposition. Cette notion découle de deux principes des règles du jeu d'échecs :

  • chaque joueur est obligé de jouer un coup à son tour (il ne peut pas « passer ») : voir Zugzwang.
  • le roi ne peut pas s'approcher à moins d'une case du roi adverse

Le fait que chaque joueur doive jouer à son tour donne toute son importance, dans une position donnée, au trait (celui dont c'est le tour de jouer a le trait). Dans l'exemple :

  • si le trait est aux blancs : 1. Re5-d5, Re7-d7 ; 2. Rd5-e5, Rd7-e7 – le roi noir suit les déplacements latéraux du roi blanc, qui n'en peut mais (évidemment, si le roi blanc recule, le roi noir le suit de la même façon). Dans le cas présent, c'est le roi noir qui tient l'opposition
  • si le trait est aux noirs, ce n'est pas du tout la même chose : 1. ... Re7-d7 ; 2. Re5-f6 ! Rd7-e8 ; 3. Rf6-e6 (tient à nouveau l'opposition), Re8-f8 ; 4. Re6-d7, et contrôle la case e8 – celle où le pion viendra à promotion). Dans ce cas là, c'est le roi blanc qui tient l'opposition

Quand un joueur tient l'opposition, il peut (et a intérêt à) la garder ; une imprécision et il la perd.

Le roi blanc est devant son pion, le roi noir contre la bande[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Roi noir sur case noire d8
Roi blanc sur case noire d6
Pion blanc sur case blanche d5
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : roi devant son pion (1)

Quel que soit le trait, les blancs gagnent. La notion d'opposition ne joue pas :

  • trait aux noirs : 1. ... Rd8-e8 ; 2. Rd6-c7 et le pion va à dame
  • trait aux blancs : 1. Rd6-e6, Rd8-e8 ; 2. d5-d6, Re8-d8 ; 3. d6-d7, Rd8-c7 ; 4. Re6-e7 et gagne

Le roi blanc est devant son pion, mais le roi noir n'est pas coincé contre la bande[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Roi noir sur case blanche d7
Roi blanc sur case blanche d5
Pion blanc sur case noire d4
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : roi devant son pion (2)

Si le roi noir n'est pas acculé à la bande, il existe un cas de nullité :

  • trait aux noirs, les blancs gagnent : 1. ... Rd7-c7 ; 2. Rd5-e6, Rc7-d8 ; 3. Re6-d6, Rd8-e8 ; 4. Rd6-c7 et le pion va à dame
  • trait aux blancs, les noirs vont réussir à annuler ! Démonstration : 1. Rd5-e5, Rd7-e7 ; 2. d4-d5, Re7-d7 ; 3. d5-d6, Rd7-d8 ! (et surtout pas ailleurs, ex : 3. ... Rd7-e8 ; 4. Re5-e6, Re8-d8 ; 5. d6-d7, Rd8-c7 ; 6. Re6-e7 et gagne) 4. Re5-e6, Rd8-e8 ! 5. d6-d7+, Re8-d8 ; 6. Re6-d6 (obligé, mais c'est pat)
a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Roi noir sur case blanche d7
Roi blanc sur case blanche d5
Pion blanc sur case blanche d3
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : roi devant son pion (3)

Pour que, trait aux blancs, ces derniers puissent forcer la décision, il suffit que le roi blanc soit au moins une case devant son pion : 1. d3-d4 ! et nous sommes ramenés au cas du trait aux noirs, les blancs vont donc gagner.

Le roi blanc est derrière son pion[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Roi noir sur case noire d6
Pion blanc sur case blanche d5
Roi blanc sur case noire d4
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : roi derrière son pion

C'est partie nulle, quel que soit le trait :

  • trait aux blancs : 1. Rd4-e4, Rd6-d7! ; 2. Re4-e5, Rd7-e7 (opposition !) ; 3. d5-d6+, Re7-d7 ; 4. Re5-d5, Rd7-d8 ! (et nulle part ailleurs, sinon les blancs prennent l'opposition et gagnent. Ex : 4. ... Rd7-e8 ; 5. Rd5-e6, Re8-d8 ; 6. d6-d7, Rd8-c7 ; 7. Re6-e7 et gagne) 5. Rd5-e6, Rd8-e8 ; 6. d6-d7+, Re8-d8 ; 7. Re6-d6 pat
  • trait aux noirs : 1. ... Rd6-d7 ; 2. Rd4-e4, Rd7-d6 ; 3. Re4-d4, Rd6-d7 ; 4. Rd4-e5, Rd7-e7 (opposition, et la partie est nulle comme dans le cas précédent)

L'idée est que les blancs sont gênés par leur propre pion pour prendre l'opposition. Ils ne pourront jamais la prendre sur la colonne "d". Les noirs ont donc juste à jouer leur coup d'attente sur cette même colonne, laisser le roi blanc s'avancer sur la colonne "c" ou "e", et prendre l'opposition à ce moment.

Quand deux pions vivent seuls[modifier | modifier le code]

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Roi noir sur case blanche b7
Pion noir sur case blanche b5
Pion blanc sur case blanche f3
Pion blanc sur case blanche h3
Roi blanc sur case noire g1
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : deux pions séparés d'une colonne

Une variante de finale roi plus un pion contre roi seul : roi plus deux pions contre roi plus un pion. Considérons le diagramme ci-contre, où les blancs ont le trait. Le roi noir n'est pas dans le carré du pion blanc h3, donc celui-ci peut aller à dame sans que le roi noir puisse le rattraper. Mais ils ne vont même pas essayer : leur propre pion part aussi à dame, et arrive juste avant le pion blanc : 1. h3-h4, b5-b4 ; 2. h4-h5, b4-b3 ; 3. h5-h6, b3-b2 ; 4. h6-h7, b2-b1=D+, et les noirs vont gagner. La bonne stratégie pour les blancs est d'empêcher le pion noir d'aller à dame, en allant vers lui. Si de son côté, le roi noir se précipite vers les deux pions blancs, cela n'est pas grave car ils ne peuvent être pris par lui ! Démonstration : 1. Rg1-f1, Rb7-c6 ; 2. Rf1-e2, Rc6-d5 ; 3. Re2-d3, Rd5-e5 ; 4. Rd3-c3 (le roi blanc va faire son affaire au pion noir, ce n'est plus ça le problème. La question, c'est « Est-ce que le roi noir va réussir à faire la même chose aux pions blancs – auquel cas la partie est nulle ? »)

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Pion noir sur case blanche b5
Roi noir sur case noire e5
Roi blanc sur case noire c3
Pion blanc sur case blanche f3
Pion blanc sur case blanche h3
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : deux pions séparés d'une colonne

La tentative 4. ... Re5-f4 ; 5. h3-h4 ! Les noirs n'ont pas de solution : s'ils prennent le pion f3, le pion h4 part à dame et ne peut être rattrapé. De plus, il leur est impossible d'accéder directement au pion h4, car le couple de pions f3 et h4 contrôle les cases d'accès g4 et g5. Le roi noir ne peut que reculer) 5. ... Rf4-f5 ; 6. Rc3-b4 (et surtout pas f3-f4, car le roi noir serait en mesure de prendre f4 puis de rattraper h4. On ne bouge pas pour l'instant !) 6. ... Rf5-g6 ; 7. f3-f4 ! (là, il faut avancer, sinon le roi noir peut croquer au moins h4 et rendre aléatoire la fin de partie, ex : 7. Rb4xb5, Rg6-h5 ; 8. Rb5-c5, Rh5xh4 ; 9. Rc5-d5, Rh4-g5, etc.) 7. ... Rg6-h5 ; 8. f4-f5 ! et on est ramené à la position d'il y a trois coups. Le roi blanc va paisiblement cueillir le pion b5, puis revenir soutenir ses deux pions f et h pour en promouvoir un.

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Pion noir sur case noire a5
Roi noir sur case blanche f5
Pion blanc sur case blanche a4
Pion noir sur case noire b4
Roi blanc sur case blanche b3
Pion blanc sur case blanche f3
Pion blanc sur case blanche h3
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : deux pions séparés d'une colonne

Si les pions blancs ne peuvent être pris, ils ne peuvent pas non plus avancer seuls. Exemple, à partir du diagramme ci-contre :
1. h3-h4, Rf5-f4 ; 2. Rb3-b2, Rf4-f5 ; 3. Rb2-b3, Rf5-f4 ; 4. h4-h5 ? Rf4-g5 ; 5. f3-f4+, Rg5xh5 ; 6. f4-f5, Rh5-g5 ; 7. f5-f6, Rg5xf6, et les noirs vont maintenant gagner.

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Pion noir sur case noire a5
Roi noir sur case noire g5
Pion blanc sur case blanche a4
Pion noir sur case noire b4
Pion blanc sur case blanche g4
Roi blanc sur case blanche b3
Pion blanc sur case blanche f3
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : deux pions liés


Deux pions liés se défendent l'un l'autre encore plus facilement que quand ils sont séparés par une colonne. Si le roi noir s'avance pour prendre le pion f3, g4 part à dame et n'est plus rattrapé.

a b c d e f g h
8
Chessboard480.svg
Pion noir sur case noire a5
Roi noir sur case blanche f5
Pion blanc sur case blanche a4
Pion noir sur case noire b4
Roi blanc sur case blanche b3
Pion blanc sur case noire e3
Pion blanc sur case blanche h3
8
7 7
6 6
5 5
4 4
3 3
2 2
1 1
a b c d e f g h
Finale de pion : deux pions séparés de deux colonnes


Deux pions séparés par deux colonnes ne survivent pas. Par exemple, avec trait aux blancs 1. Rb3-b2, Rf5-e4 ; 2. h3-h4 (pour résister un instant, car sinon le roi noir prend tout de suite e3 puis le pion "h" quelques instants plus tard) 2. ... Re4-f5 ! 3. Rb2-b3 (si 3. e3-e4+, Rf5xe4, puis le pion "h" – et si 3. h4-h5, Rf5-g5, puis prise du pion "h", puis ce sera le tour du pion "e", et enfin le roi noir viendra soutenir ses pions "a" et "b" et gagner) 3. ... Rf5-g4 ; 4. e3-e4, Rg4xh4 ; 5. e4-e5, Rh4-g5 ; 6. e5-e6, Rg5-f6 ; 7. e6-e7, Rf6xe7 et gagne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]